La géo-ingénierie contre le réchauffement climatique ” Insensé, hautement fou et dangereux”

by Elisabeth Guerrier

Evidemment, ça inquiète,  et dans cet effroi soudain face à l’impensable, la seule question qui vient à l’esprit est ” omment en est-on arrivé là”, là, à cette folie super-humaine, à ce choc des politiques prédatrices qui pillent et lâchent leurs toxiques partout sans y accorder le moindre souci, là, après ces campagnes financées par les Frères Koch pour nier les changements climatiques et les attribuer à la volonté de Dieu, là après ces évidences martelées années après années, ces preuves dans les faits, on pourrait passer à une étape plus destructrice encore, pensant que des équilibres qui ont mis des milliards d’années à s’organiser pourraient être modifiés en un claquement de doigt. L’idéologie du libre-arbitre qui est derrière, l’art de gouverner en passant à l’acte, en revenant au bercail avec les poches pleines comme indicateurs de réussite et à peser les conséquences après, une fois que tout le mal est fait et les choix impossibles à modifier est pourtant connue, elle a fait des dégâts en veux-tu en voilà, à tous les niveaux de la société et pire, au cœur même de ce qui porte cette société même, son appartenance à la bio-diversité et sa fragilité consubstantielle.

L’Hubris comme les Américains désignent le mal qui ronge cette culture de la toute-puissance  ira-t-elle jusqu’à ce point d’aveuglement où les fauteurs de destruction n’auront plus nulle part où aller, tout comme les victimes de leur cupidité insatiable et de leur absence pathologique d’éthique.E.G

 

o-geoengineering-research-570

Al Gore fait baisser le ton sur les plans d’ensemencement des nuages ou du suçage de l’air pollué pour renverser le changement climatique.
Par Jon Queally, rédacteur.

Publié le Vendredi 16 Janvier dans Common Dreams  

Répondant à une version d’ébauche d’un rapport à venir de l’IPCC ( Intergovernemental Panel on Climate Change), obtenu et rapporté   par Reuters portant sur l’atténuation du changement climatique, l’ancien vice-président et activiste Al Gore dit que tout plan pour exécuter des solutions de géo-ingénieries face au réchauffement climatique sont «  déments, totalement folles et délirantes à l’extrême »

«  Nous sommes déjà engagés dans une expérimentation à la hauteur de la planète avec des conséquences dont nous pouvons dire déjà qu’elles seront déplaisantes pour l’avenir de l’humanité ». Aussi, la toute-puissance impliquée dans le fait de penser que nous pouvons venir avec une seconde expérimentation pour toute la planète qui contrecarrera la première expérimentation est un total délire » Al Gore

Bien que le rapport d’ébauche, présenté par Reuters, ne semble pas se faire fortement l’avocat pour certains de ces projets les plus aberrants, ce rapport note l’inévitabilité que les gouvernements mondiaux réduisent les émissions nécessitera des mesures plus agressives et pro-actives afin d’éviter la montée des températures que les scientifiques prédisent maintenant.

Comme le rapporte Suzanne Goldenberg du Guardian, les représentants  du climat aux  Nations Unies dans la prochaine édition de leur rapport, avertira que les gouvernements devraient extraire des quantités de gaz à effet de serre de l’air d’ici 2100 pour limiter le changement climatique. Mais l’ancien président des Etats Unis affirme que les recherches pour une solution immédiate, qui dit-il, sont nées du désespoir sont malavisées et ne peuvent conduire qu’à une catastrophe plus grande.

« L’idée que nous pouvons ajouter une autre forme de pollution dans l’air pour venir à bout les effets du réchauffement climatique est tout simplement folle “ a –til dit à une conference demandée par des reporters D’Afrique du Sud. »  Il a ajouté  «  Le fait que certains scientifiques qui sont supposés savoir mieux soient en ce moment engagés dans des discussions sur ces alternatives est la marque du désespoir dans lequel sont certains d’entre eux à cause de la paralysie du système politique global. »

Longtemps une fixation pour certains, une multitude de shémas de géo-ingénierie ont circulé, basés sur l’idée que si les interférences humaines ( à travers les vastes émissions industrielles et la pollution au CO2 ) ont provoqué le réchauffement de la planète, une sorte d’interférence supplémentaire avec la nature pourrait renverser la tendance. La semaine dernière comme l’a rapporté “ Common Dreams” des études menées par les chercheurs de l’Université  de Reading montraient qu’un plan pour l’emploi «  d’aérosols stratosphériques » pour bloquer la chaleur solaire pourrait provoquer «  des effets secondaires imprévisibles qui pourraient être aussi mauvais que la hausse du CO2

Et comme la journaliste et activiste Naomi Klein l’a précisé l’an passé dans une interview au Earth Island Journal, la géo-ingénierie est l’ «  expression ultime du désir d’éviter le lourd travail de réduire les émissions, et je pense que c’est ce qui est attrayant en elle. Je pense que nous verrons cette trajectoire suivie de plus en plus au fur et à mesure que le changement climatique deviendra impossible à nier. Un grand nombre d’individus sauteront directement sue la géo-ingénierie. Son attrait est dans le fait qu’elle ne compromet pas notre vision du monde. Elle nous laisse dans une position dominante. Elle nous dit qu’il y a une trappe de secours.  Si nous commençons à bricoler avec le thermostat de la terre-  colorant délibérément nos océans en vert glauque en leur faisant  éponger le carbone et javellisant les cieux jusqu’au blanc flou pour diminuer le rayonnement du soleil ( – on porte notre influence à un autre niveau. »

Bien sûr, une distinction est nécessaire entre des plans de mitigations durables, de réductions des émissions et des projets à grande échelle de géo-ingénierie.  Comme presque tous les experts s’accordent à le dire, il va falloir trouver des solutions technologiques et scientifiques significatives pour aider à diminuer (voire à résoudre) l’impact destructif du réchauffement climatique mais Gore et Klein rejette tout spécialement les projets à grande échelle comme l’ensemencement des océans ou des nuages avec des produits chimiques dans un essai inutile de renverser les dommages entraînés par l’âge industriel.

« La plus discutée de ces soi-disant propositions de géo-ingénierie- comme mettre du dioxide de sulfure dans l’atmosphère  pour renvoyer les rayons entrants du soleil, c’est tout simplement dément » dit Gore lors de sa conférence. «  Décrivons cela clairement, c’est tout bonnement cinglé »

Il ajoute “ Nous sommes déjà engagés dans une expérimentation à l’échelle planétaire avec des conséquences dont on peut déjà dire qu’elles seront déplaisantes pour le future de l’humanité. Donc, l’hubris impliquée dans l’idée que nous pouvons nous offrir une seconde expérimentation à l’échelle planétaire qui pourrait exactement contrebalancer la première est hautement fallacieuse.

Comme l’a écrit  Naomi Klein dans le New York Times en 2012, la chose la plus effrayante dans cette proposition est que ces modèles suggèrent que bon nombre des gens pouvant être mis en danger par ces technologies sont déjà vulnérables d’une façon disproportionnée à l’impact du changement climatique. Imaginons ceci : L’Amérique du Nord décide d’envoyer du sulfure dans la stratosphère pour réduire l’intensité du rayonnement solaire, dans l’espoir de sauver ses récoltes de maïs- malgré la possibilité réelle de générer des sécheresses en Asie et en Afrique. En bref, la géo-ingénierie pourrait nous donner ( à certains d’entre nous) le pouvoir d’exiler des quantités énormes de population en sacrifiant des zones entières par un simple retournement d’aiguillage.

Les ramifications géo-politiques sont terrifiantes. Le changement climatique rend déjà difficile à savoir si des évènement auparavant identifiés dans la catégorie des actes de Dieu ( Une vague incroyable de sécheresse en Mars ou une tempête frankensteinienne à Halloween) appartiennent encore à cette catégorie. Mais si nous commençons à bricoler le thermostat terrestre nous conduisons notre influence à un autre niveau. Une sécheresse en Inde sera vue, à tort ou à raison comme le résultat de la decision consciente d’ingénieurs  de l’autre côté de la planète. Ce qui était auparavant un manque de chance pourra devenir comme une conspiration malveillante ou une attaque impérialiste.

Traduction Elisabeth Guerrier

Advertisements