La Mafiocratie mondiale et l’Empire de l’Economie

by Elisabeth Guerrier

 

Un projet à soutenir. Andrew Gavin Marshall est en train de travailler sur une histoire des forces en présence dans le système en en faisant…des histoires, lisibles, amusantes, terrifiantes, humaines afin de contrer le discours volontairement fumeux des technocrates et ramener les enjeux à ce qu’ils sont depuis toujours : pouvoir, dynasties, oligarques, rivalités, avec les noms des individus derrière les réunions secrètes où se décident le sort du monde. Il mettra en parallèle les mouvements de la base, ses vibrations et ses oppositions, sa force et la méconnaissance de son véritable pouvoir. Pour cela, lancer le premier chapitre, expérimental où il donnera une explication plus complète de son projet il a besoin de lever la somme de 500$. C’est peu. Mais il les faut. Je joins la version française de la présentation de son travail qui, j’en suis convaincue mérite d’être suivi de près.EG

The Global Mafiocracy and the Empire of Economics

Chers lecteurs,

Je cherche à rassembler 500$ afin de terminer et de publier pour tous  un chapitre d’introduction à mon livre sur la Mafiocratie et l’Empire de l’Économie. Le chapitre offrira un extrait du sujet traité, du style et de la démarche discutant ces questions complexes de façon à les rendre compréhensibles et accessibles pour une audience aussi large que possible. L’extrait sera achevé assez rapidement (dans une semaine ou deux), pour autant que l’objectif des subventions est atteint afin que je puisse investir le temps nécessaire pour achever l’avant-projet.

 

Quels sont donc les thèmes et les objectifs de ce livre ?

 20150311_025922

Ceci est une carte virtuelle que j’ai dessinée, soulignant quelques-unes des institutions et des connexions dans le monde de la finance mondiale, de la diplomatie et de la finance.

  • Traduire le monde de l’économie et des finances en Anglais de base, démanteler le langage “technique” des “experts” et le transformer en une dialectique plus directe et plus honnête.
  • Une introduction à la Mafiocratie Globale : les banques, les corporations, les firmes de gestionnaires d’actifs, les fonds souverains, les sociétés qui exercent de portefeuille et les compagnies d’assurance qui s’appartiennent collectivement les unes les autres et le réseau plus étendu des corporations mondiales et des institutions financiers, se présentant comme un relativement petit cartel d’à peine 150 grandes institutions financières qui exercent un pouvoir sans précédent sur le monde moderne. Comment ce cartel a-t-il évolué ? Quelles sont en son sein les institutions qui le dominent ?  Qui sont les individus et les groupes qui dirigent ces organisations ? Comment la richesse est elle accumulée et le pouvoir exercé dans ces cartels ? Quels rôles ces cartels jouent-ils dans la finance mondiale, l’économie, la politique ?
  • Derrière les institutions corporatistes et financières majeures sont des individus et des familles, de plus petites unités de pouvoir concentré qui possèdent les parts les plus importantes et dirigent les opérations de ces cartels au niveau mondial. Ces oligarques et ces dynasties – les Rockfeller aux USA, Wallenberg en Suède, les Agnellis en Italie, Desmarais au Canada, la maison des Saud en Arabie Saoudite, les Oppenheimer en Afrique du Sud parmi d’autres – contrôlent et/ou influencent des pourcentages importants de richesse dans leur nation respectives et dans l’économie et le commerce globalisé. Comment ces dynasties et ces oligarques ont-ils émergé ? Que possèdent-ils et contrôlent-ils ? Comment leur richesse et leur pouvoir sont-ils organisés et exercés ? Quelles sont leurs idéologies et leurs croyances ?
  • Empire/ Economie : quand des individus pense «  empire », ils imaginent souvent le vieux pouvoir colonial européen s’avançant en Afrique en Amérique Latine et en Asie où ils vont occuper militairement et coloniser des terres étrangères, des régions et des peuples pour le bénéfice de leur propre empire. Bien que le colonialisme soit largement un anachronisme historique, injustifiable et intenable d’une façon croissante dans le monde modern, l’Empire lui-même n’a jamais disparu. Pendant que les composants militaires et ouvertement politiques de l’empire et de l’impérialisme restent pertinents dans le monde moderne (pensons à l’armée américaine, au Département d’Etat, à L’OTAN etc.) les moyens les plus efficaces et évolués de l’impérialisme dans le monde sont exercés à travers les sphères économiques et financières. Dans ces royaumes, l’empire est plus efficace parce que son idéologie, ses objectifs, ses actions et ses effets sont cachés derrière un langage vague et obscure, l’ »expertise » des économistes, des ministres des finances, des banquiers de la banque centrale, et autres technocrates qui se réclament d’être séparés du politique et uniquement intéressés dans l’économie. L’empire est plus évolué dans ces sphères parce qu’il est devenu l’avant-garde d’une mafiocratie globale et d’un système impérialiste, dirigeant l’appareil politique et souvent militaire de l’empire, beaucoup plus institutionnalisé et avancé sur l’échelle mondiale qu’aucune autre sphère parallèle politique ou militaire.
  • La diplomatie mondiale et la gouvernance : quelles sont les institutions qui organisent et modèlent l’ordre de l’économie impérialiste ? Dans un monde de finances et de gouvernance, ces institutions qui exercent un pouvoir et une autorité incroyables ( et augmentant de plus en plus) restent largement inconnues et incomprises du grand public. Le livre examinera quelques-unes des origines, des évolutions et des caractéristiques de nombre d’entre elles, y compris : l’International Monetary Found ( FMI), la World Bank (Banque Mondiale) la Bank for International Settlements ( BRI Banque des Règlements Internationaux), l’Organization for Economic Cooperation and Development ( OCDE), la World Trade Organization (OMC ), les banques centrales et les ministères des finances parmi d’autres. Quels sont les rôles spécifiques, les fonctions et les objectifs de ces institutions ? Comment exercent-elles le pouvoir ? Qui les dirigent ?
  • Le pouvoir d’état : les institutions qui constituent le monde de la finance et de la gouvernance s’appuie principalement sur le pouvoir d’état pour leur légitimité et leur puissance politique. Qu’il s’agisse d’une Banque Centrale, d’un Ministère des Finances, du FMI ou d’autres agences, le rôle des puissantes nations comme les Etats Unis et d’autres pays riches est central au système et aux structures de l’empire mondial de l’économie. La centralisation du pouvoir d’état est rendue d’autant plus apparente par l’examen des origines et l’évolution moins formelle des regroupements internationaux, comme le Groupe des Sept ( G7), le Groupe des Vingt ( G 20) , le Groupe des 10 ( G 10), le Groupe des Cinq ( G5) , les forums principaux pour le système de gouvernance globalisée et impérialiste. Qui assiste à ces forums ? Quelles institutions sont-elles représentées ? Quel est le rôle des “ marchés émergents” de pays comme la Chine, la Russie, le Brésil, les Indes, la Turquie, et l’Afrique du Sud au sein du système ?
  • La Mafia Financière Mondiale : quelle est la relation entre le pouvoir d’état, les different groupes de nations, les institutions internationales, les ministères des finances et les banques centrales avec les cartels mondiaux des banques et des corporations, les oligarques et les dynasties qui contrôlent ces cartels ? Dans ces forums, est-ce que les individus qui mènent ces activités variées interagissent, coopèrent, communiquent, se fréquentent et s’organisent ? Dans de différents Think Tanks, fondations, forums, conférences et événements sociaux les technocrates de haut-niveau se rencontrent, souvent en secret, avec des PDG de banques et de corporations, les patriarches et matriarches de familles puissantes et autres oligarques. Parmi tels événements et forums on trouve : le Groupe Biderberg, La Conférence Monétaire Internationale, Le Forum Economique Mondial, La Commission Trilatérale, L’Institut de la Finance Internationale et le Groupe des 30 parmi d’autres. Ces forums et événements fournissent aux leaders politiques et aux responsables des institutions influentes un forum privé où ils peuvent avoir des discussions sans traces, souvent secrètes sur des questions d’une dimension mondiale importantes pour les populations de leurs nations respectives et pour la planète dans sa totalité.  Collectivement ce groupe, et l’institution qui le domine composent une Mafiocratie Globale : un système politique, social, et économique mondial dominé par relativement peu de nations et d’institutions qui opèrent largement dans l’intérêt d’un petit cartel criminel de banques et de corporations : une mafia financière mondiale.
  • Démarche de synthèse : ces institutions, individus et idéologies seront examinés et discutés non en tant que compte-rendu historique mais en racontant une série d’histoires. Je veux essayer de présenter cette information et cette analyse de la même façon qu’elles me satisfont le plus, le récit fantastique, intéressant, souvent horrible et choquant d’intrigues, d’empire, de pouvoirs politiques, de tyrans mesquins, de luttes intestinales, de domination, de destruction et d’empires. Je veux que les gens qui mènent et participent à ce système deviennent aussi familiers au lecteur qu’ils le sont pour moi, donner à voir une image et à lire une histoire sur les personnalités et des complexités de ceux qui règlent et mènent le monde. Ce qui en émerge est l’histoire, ou une série d’histoires, aussi valables qu’une intrigue et intéressante sur un plan historique et fictionnel sur les familles impériales et les anciens empires, les mondes mythiques, les contes fantastiques, les sociétés de science-fiction. Obtenir une vue plongeante sur notre monde.
  • Démarche analytique : parallèlement aux institutions, aux individus et aux idéologies qui dominent et modèlent le monde à partir du haut, il existe aussi des processus, des personnes, des protestations et des mouvements de masse ou des révolutions qui modèlent, recréent et réimaginent le monde à partir du bas. Pendant que les ministres des finances européens se rencontrent en secret, en dehors des enregistrements des conversations dans des châteaux éloignés situés dans le Luxembourg, décidant du destin de l’Europe et de ses citoyens, des protestations de masse, des manifestations et des émeutes ont lieu dans les rues d’Athènes, de Madrid, de Lisbonne, de Rome et de Francfort, dans lesquelles les populations s’opposent et rejettent les décisions prises dans des lieux éloignés par des technocrates non élus qui ne servent que leurs propres intérêts. Quel rôle jouent les protestations et les mouvements populaires dans le dessin et le changement du monde ? Comment les institutions dominantes et les individus vient-ils et répondent-ils à de tels événements et de telles actions ? Ont-ils peur du potentiel du peuple ? Quel est ce potentiel ou que pourrait-il être ? Quelle est l’histoire racontée par le bas de la Mafiocratie globale et de l’empire économique ?
  • Une série d’histoires : l’Histoire, ses personnages principaux, les institutions et l’évolution sont mieux comprises lorsqu’elles sont racontées comme une histoire, avec des personnages auxquels le lecteur et l’observateur peuvent s’identifier, comprendre, par lesquels ils peuvent être intrigués ou même horrifiés. Il semblerait que la meilleure façon d’expliquer le monde inutilement trop compliqué des finances et de l’économie est de l’expliquer non comme on ne pourrait le trouver ni dans un livre de classe, une publication industrielle, ni dans un reportage de la presse économique, ni à travers le discours ennuyeusement trompeur et la rhétorique des économistes, des détenteurs de chaires, des ministres des finances, des banques centrales, des technocrates ou des politiciens. Non, c’est un monde qu’on comprendra mieux à travers les histoires, les personnages, les défis, les triomphes, les désastres et les guerres déclarées par des personnalités et des individus qui ont modelé et changé le monde. Un système de «  civilisation » humaine est, après tout, finalement le produit d’humains, et il est pour cette raison, aussi profondément défectueux, complexe, conflictuel et intrigants comme le sont toutes les histoires d’ascension et de chute de monarques, de reines, d’empereurs, de dictateurs ou les triomphes et les tribulations des «  gens communs », ceux de la rue, des écoles, s’affairant dans les villes, les villages et les banlieues. L’être humain comprend les luttes humaines et les histoires humaines. C’est pourquoi ce livre n’est pas une histoire de l’économie et des finances, c’est une histoire d’êtres humains, combats, souffrance, succès et complexité. En bref, c’est une histoire comme n’importe laquelle.

J’ai besoin de votre aide afin d’écrire ces histories et de terminer ce livre, qui sera le premier de la série. Maintenant, mon objectif est d’écrire un chapitre à titre d’exemple, dessinant, à partir des plusieurs milliers de pages de recherche effectuées dans les mois récents et depuis des années. Ce chapitre sera disponible en ligne et accessible à tous, afin d vraiment gagner une meilleure compréhension des visées, des approches et des objectifs de ce livre. Afin de faire cela, j’ai besoin de votre aide. S’il s’agit de quelque chose que vous seriez intéressés à lire, pouvez-vous avoir l’obligeance de faire un don pour ce travail, de partager et de promouvoir par le biais des médias sociaux et autres.

Mon objectif est de rassembler 500$ à court terme. Si ce but est atteint, le chapitre-témoin sera terminé ( sous sa première forme) et publié en ligne avec accessibilité à tous en Avril 2015

Courte Biographie : Andrew Gavin Marshall est un chercheur indépendant et auteur vivant à Montréal, Canada. Il occupe la chaire de géopolitique du Département de l’Institut Hampton et l’adresse de son site personnel est : www.andrewgavinmarshall.com

Advertisements