AMONG THE THRONG

Elisabeth Guerrier Traductions Textes

Month: January, 2016

La pathologie de l’homme blanc. Au coeur des fans clubs de Trump et de Sanders.

Première partie d’une promenade très savoureuse dans l’univers des élections nord-américaines. Nous accompagnons un Canadien qui aime les USA dans son voyage au coeur des campagnes de Donald Trump et de Bernie Sanders. Son regard va nous donner une idée des passions, des faiblesses et des aveuglements de l’électorat. N’oublions pas que de cette élection à venir dépend l’avenir de nos amis transatlantiques mais aussi, hélas, le nôtre. Car si Trump se sent autorisé aujourd’hui à dire qu’il pense pouvoir tuer quelqu’un en lui tirant dessus sur la 5ième avenue sans perdre son électorat, élu, il va certainement pouvoir se sentir autorisé à appuyer sur le bouton qui nous fera tous disparaître en emportant sa gigantesque forfaiture et sa mégalomanie insondable. EG

 

The white man pathology: inside the fandom of Sanders and Trump

 

La pathologie de l’homme blanc : à l’intérieur du club des adeptes de Trump et Sanders

 

1/ TRUMP en Iowa

 

1280

C’est difficile d’avoir un corps mâle et blanc et de pouvoir se représenter ses propres faiblesses. Illustration: Antony Hare

 

Stephen Marche

Dimanche 10 Janvier 2016 Modifié le mardi 12 janvier

La frontière

Vous sentez votre blancheur parfaitement à la frontière américaine. La plupart du temps, être blanc est une absence de problèmes. La police ne vous ennuie pas donc vous ne notez pas que la police ne vous ennuie pas. Vous obtenez un travail, donc vous ne notez pas que vous l’avez. Vos enfants ne sont pas confondus avec des criminels. Je vis dans le centre-ville de Toronto, dans un des voisinages les plus libéraux d’un des villes les plus ouvertes du monde, où le multiculturalisme est la valeur civique dominante et où la vertu inerte de la tolérance est l’héritage le plus proéminent de l’Empire britannique, où donc si vous clignez des yeux vous pouvez prétendre que les anciennes catégories se sont dissipées dans la brume des Lumières et des mariages interraciaux.  Mais pas à la frontière.

Le professeur canado-guyanais de mon fils et l’étudiant musulman Milton avec qui je suis allé au lycée et l’écrivain sikh avec qui je me chamaillais à propos d’Harold Innis et mon comptable Ismaélite, nous pouvons tous être de bons petits torontois de la classe moyenne, déviant les différences que nous avons été entraînés à respecter.  Mais dans une voiture prise dans la file infusant dans le monoxyde de carbone attendant d’entrer dans Détroit, leurs manières d’être divergent drastiquement des miennes.

Je suis blanc, ils ne le sont pas. Ils sont vulnérables. Je ne le suis pas. Voilà comment ça marche : j’apprécie les gardes à la frontière américaine, ils sont toujours amicaux avec moi, correctes, et même de compagnie agréable. Dans la guérite entre le pas-encore-né- de Windsor et le a-fait- son-temps de Détroit, l’officier auquel je me suis adressé avait un ventre à l’air bourru et mystérieux d’inscrutabilité intentionnelle, comme un troll sous le pont d’un conte de fée.

«  Où allez-vous ? » a-t-il demandé ?

«  Burlington,  Iowa. »

«  Quelle raison aurait-on de choisir Burlington Iowa ? » a-t-il demandé philosophiquement ?

«  Je vais voir Donald Trump et Bernie Sanders. » puis parce que ça semblait nécessiter une explication : « Ils donnent un forum à quelques jours l’un de l’autre. »

«  Pourquoi quelqu’un choisirait-il d’aller voir  Donald Trump et Bernie Sanders ? »

Je n’ai pas répondu, parce que nous étions à la frontière mais j’aurais pu dire que le chef de la police de Birmingham estimait que 30.000 personnes s’étaient rassemblées pour voir Donald Trump en Août et qu’à Dallas, il avait rempli le Centre d’American Airlines  et que son opposant, Bernie Sanders, –beaucoup plus que celui de Barack Obama à un moment similaire dans sa campagne de 2008.

«  Je suis curieux » lui ai-je dit à la place.

À ce moment-là, il m’a demandé de baisser ma vitre. Mais tout allait bien, comme je l’ai dit, je suis blanc.

Le nombre croissant de morts parmi les blancs  américains d’âge moyen pourrait excéder le nombre des victimes du SIDA aux USA.

Comme je conduisais dans la banlieue des ruines de Détroit, à travers l’I- 94, une des autoroutes américaines les plus affreuses, la familière vieille sensation de légèreté a palpité. J’aime l’Amérique. L’Amérique n’est pas ma mère. Le Canada est ma mère. Mais l’Amérique est  une incroyablement belle et riche dame étonnement  douce qui est ma voisine et semble se déliter. Je ne peux m’empêcher de l’aimer.  Pour les gens qui aiment à  se consacrer aux contradictions, les US sont le plus grand pays du monde : le pays de la liberté construit sur l’esclavage. le pays des lois et de l’ordre où tout le monde est en droit de porter une arme à feu, le lieu du progrès sans limite où l’on s’accroche au sous-développement culturel par pure obstination. Et dans ce glorieux bourbier, une nouvelle contradiction s’est récemment annoncée : les blancs, les Américains privilégiés, ceux qui ont le moins à craindre des pouvoirs en place, ceux qui sont les plus voués à un brillant future, ceux qui à partir de tous les chiffres possibles sont le groupe le plus fortuné dans l’histoire du monde commencent à mourir dans des proportions choquantes.  Le rapport Case and Deatont, Croissance de la morbidité et de la mortalité chez les Américains non-hispaniques d’âge moyen au 21ième siècle, décrit un taux de mortalité en hausse chez les blancs d’âge moyen «  comparable aux disparitions de l’épidémie de SIDA aux USA. »  Cette pointe est propre aux américains blancs – elle ne se retrouve pas dans d’autres groupes ethniques aux US ni d’autres populations blanches du monde développé, une mystérieuse épidémie de désespoir.

D’une certaine façon il a été aisé d’attribuer toutes ces morts de blancs américains  à « l’empoisonnement par l’alcool, à l’usage de drogues, au suicide, et aux maladies chroniques du foie ainsi qu’aux cirrhoses. » selon ce rapport. Il n’a pas été aussi aisé d’attribuer l’attribution.  Pourquoi les américains blancs d’âge moyen boivent-ils, se droguent-ils ou se shootent-ils à mort ? Les explications offertes étaient préétablies, pleinement branchées sur les préjugés de confirmation : c’est à cause de l’économie, à cause de la démographie, à cause de l’absence de dieu ou à cause de la religion, ou c’est à cause de l’éclatement de la famille ou de la persistance des valeurs antiques ou à cause du manque de programme social ou de la dépendance aux programmes sociaux.   Case and Deaton  nomme cela : « une épidémie de souffrance » Bien. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Sur l’autoroute I694, vous vous trouvez à vous demander : mais qu’est ce qui déconne chez ces gens-là ? Je veux dire en dehors du déclin de la classe moyenne évidemment. Et de la montée de l’emploi précaire et du fait que le mode de vie basique exige tant de sédation que presque un quart de tous les Américains sont sous  tranquillisants   et qu’entre 26.4et 36 millions d’Américains utilisent des opiacés chaque jour. Et aussi, oui, les fusillades de  masse.  Il y a eu plus d’une fusillade par jour. Et des terroristes blancs prenant à nouveau pour cible des églises noires. Et les vidéos régulièrement mises en ligne montrant   la police assassinant des noirs.  Et la police en question n’étant jamais inquiétée et a fortiori jamais condamnée à la prison. Et savez-vous ce qui inquiétait les Américains quand toute cette merde leur pleuvait dessus ? Quand toute cette folie venait blesser leur pays bien aimé ? Savez-vous quel était leur souci prioritaire,  sondage après sondage après sondage ?  Les Musulmans, les Musulmans, si vous pouvez le croire…

«  Le rêve américain est mort mais je vais le rendre plus fort. »

Mon corps est blanc et mâle. Il mesure 1, 82 mètres et pèse 86 kilos.  Il a 39 ans et a dû commencer à courir. Il a dû commencer à compter les calories. Il y a un picotement dans l’articulation de ma hanche droite aussi, je cherche à ne pas songer à mon corps. Le picotement va et vient. Je sais que mon corps va finir par me tuer.

«  Un homme qui a peur de souffrir souffre déjà de sa peur. » Comme le dit Montaigne. C’est une des raisons pour lesquelles les hommes meurent beaucoup plus jeunes que les femmes.  6 ans plus jeunes en moyenne en Amérique.  92 % des hommes dissent qu’ils attendant au moins quelques jours afin de voir s’ils vont se sentir mieux avant d’aller chez le docteur mais je sais qu’ils veulent dire quelques jours e plus que ce qui serait raisonnable. C’est difficile d’avoir un corps blanc et mâle et de concevoir sa faiblesse. Dans le même esprit, mon corps ne peut pas croire qu’il est la personnification du pouvoir,  bien que de toute évidence il l’est dans toutes les dimensions comptables de son statut social, il se sent simplement un corps. Il se sent mortel.

3597

Je n’ai jamais été dans un endroit aussi blanc que l’Iowa, c’est la pure vérité.  Photograph: Darren McCollester/Getty Images

Je n’ai jamais été dans un endroit aussi blanc que l’Iowa.  Je le jure. Quand je me rends aux USA, je vais à New York à Chicago, à Los Angeles ou en Floride.  A Burlington, chez Jerry (Jerry’s main lunch) le plat de référence est le Bazard chaud (Hot mess) des œufs, du bacon rissolés à point. Les sucriers  ont tous des craquelins à l’intérieur afin d’éviter que le sucre en poudre ne s’amalgame. Un petit morceau du bon sens et du savoir-faire américain. Le Hot mess est délicieux, pourquoi ne le font-ils pas partout ? Pourquoi n’y a-t-il pas de chaînes de Jerry’s Main Lunch servant des Hot Mess partout à travers les Middle- West ? La réponse est dans le reste de la ville: tout ce qui devait partir a déjà quitté Burlington. Les beaux immeubles de brique rouge du centre ville sont presque tous vacants. La rue la plus intéressante est la route à la sortie de la ville. Le Memorial Arena, sur les rives du Mississipi, s’est rempli très tôt. Trump ne parlait pas avant 18 heures mais à 16 heures 45, la situation sur le parking était déjà sombre. A l’extérieur du bâtiment les démarcheurs qui suivent Trump sur la route, d’un événement à l’autre, vendaient des teeshirts et des badges, trois pour 10 dollars.  « We shall overcomb » ° « cats for Trump, the time is Meow »    « AMERICA GREAT AGAIN » [ Rendre l’Amérique à sa puissance]

A l’intérieur, chaque siège avait été occupé et le plancher rapidement recouvert d’une foule debout.  Burlington est composée de 10% de noirs. Le rallye l’était de 99,99% de blancs. Les gens qui assistent à un rallye aux USA appartiennent à un genre particulier d’individus tout comme ceux qui font la queue devant l’entrée d’une discothèque. Ils savent où ils sont supposés se rendre et comment ils sont supposés se tenir quand ils y arrivent. Ils sont adaptés.  Une dame âgée assise à mes côtés arborant un chapeau avec la bannière étoilée dessus qu’elle ne sort clairement que pour ces occasions. «Vous venez de l’Illinois ? » demande-t-elle ?  Je ne suis pas de là mais je passe. Elle assiste à tous les rallies, explique-t-elle, elle a été une républicaine toute sa vie, une républicaine active, une républicaine de l’Iowa. Pendant 30 ans elle a été dans des foules comme celle-ci. Elle projette d’aller, une fois dans sa vie à la Convention nationale.  Comme aller à un concert des Stones. Quand les organisateurs sont passés avec des flyers sur lesquels était écrit «  La majorité silencieuse », elle en a pris plusieurs pour les distribuer autour d’elle.  Des femmes gaies et prévenantes composaient la moitié de cette foule. Des hommes absurdes et en colère  l’autre. Ils portaient des tee-shirts avec des paragraphes entiers écrits dessus : Je suis un vétéran de l’armée américaine. J’ai un jour fait le SERMENT SOLENNEL de défendre la CONSTITUTION contre tout ennemi, extérieur ou intérieur. Soyez prévenus que personne ne me libérera de mes devoirs à l’égard de ce serment !

Sur le parking, il y avait des véhicules enduits d’autocollants  Nous le peuple en avons ras le bol à 100%, Si les armes à feu tuent alors j’imagine que les stylos fons des faute d’orthographe (sic) que les voitures conduisent en état d’ivresse,  et que les cuillères rendent les gens obèses.  Je suis hétéro, conservateur, chrétien, et je possède un fusil. Y-a-t-il autre chose que je puisse faire pour t’emmerder ?  Une photo d’Obama avec : Est-ce que ce trou du cul rend ma voiture plus grosse ? Le style républicain pour 2016 est dans les aphorismes humoristiques violents. Derrière la comédie, une rage absurde : l’Amérique est le pays le plus grand au monde mais l’Amérique part en morceaux, le gouvernement est le problème, il faut donc que le gouvernement le résolve.

C’était une production de Trump donc naturellement il y avait une section VIP. Une porte gardée par des hommes aux crânes rasés, sans sourire, les videurs plein d’ennui qui sont pour toujours autour des célébrités indifférentes. Une porte battante sur le côté recevait et dispensait les gens les plus présentables, ceux avec la neutralité lisse des politiciens professionnels, les femmes dont les visages sont marqués d’une moue de dédain permanente, les hommes qui  se font couper les cheveux avant chaque événement. La femme à mes côtés – le chapeau à la bannière étoilée – portait un pendentif en étain en forme d’éléphant. Une jeune fille dans une robe d’un orange vif passa par l’entrée des VIP en portant un éléphant en étain incrusté de diamants. Les pendentifs en forme d’éléphant était le thème, j’ai noté, des éléphants en broche des éléphants en bagues, des éléphants en tee-shirts.  On les trouvait à différents prix et dans différents styles : des éléphants faisant penser aux bandes dessinées françaises des années 60, d’étranges trémoussements pseudo-sexuels, avec les chapeaux de paille de plaisancier des années 20 menant la parade. Il n’y avait qu’une sorte d’éléphant impossible à trouver.   Un éléphant qui ressemble vraiment à un éléphant. Un éléphant réaliste qui puisse servir d’aide-mémoire pour les centaines d’éléphants tués pour leur ivoire chaque jour. Un éléphant naturaliste serait foncièrement environnementaliste. Les éléphants se doivent tous d’être fabuleux.  Comme dans tous les bons spectacles il y avait une première partie. En fait, il y en avait deux. Trous si vous comptez la récitation du serment d’allégeance. La première était Tana Goertz, une femme de l’Iowa  qui avait été sélectionnée pour la troisième saison de « The Apprentice ». « Quelle belle foule ! » a-t-elle susurré. Elle se porta garante pour Trump en tant que femme, (Il adore les femmes !)  et comme quelqu’un qui est revenue en Iowa. (Comment serait-il possible de vivre à New York si vous n’aimez pas les gens ?) Elle a promu l’idée qui est au cœur de tout ce que fait Trump, que le simple contact avec l’homme amène la prospérité. « Quand vous montez dans le train de Trump, vous allez quelque part ! » Elle a quitté la scène sous des applaudissements iowiens polis. La foule aurait peut-être, tout bien considéré, préféré écouter la musique d’Elton John sortant des haut-parleurs à la place mais au moins elle avait fait un effort.  Un homme médiatique plus standard a suivi. Sam Clovis anime une émission radio conservatrice et est un activiste du Tea Party qui a dirigé et perdu un bon nombre de positions en Iowa. Il a attaqué d’emblée. Trump est un des hommes les plus grands qui ait jamais parlé sur cette terre. Une remarque pertinente.  La foule aurait pu rire mais elle a applaudi, prouvant ainsi qu’ou bien elle n’était pas attentive ou qu’elle était prête à avaler n’importe quoi.  Clovis compare les récents discours de Trump à celui de Reagan,  Un temps pour choisir [Time for Choosing] lors de la Convention Goldwater en 1964,  ce qui peut être à peu de choses près comme de la comparer au Sermon sur la Montagne. Clovis savait ce que la foule était venue pour entendre et il le leur a donné : L’Amérique et les Américains seront à nouveau les premiers ! Un hurlement collectif a envahi le Memorial Arena de Burlington. Ils voulaient tant être à nouveau les premiers. Premiers en quoi restait peu clair mais absolument premiers.

Lorsque les hurlements se sot calmés, la foule était prête pour Trump. Mais, art de la mise en scène, Trump a laisse la tension monter, l’homme absurde en colère et la diligente femme braillaient. Trump ! Trump ! Trump ! Je peux à peine imaginer le plaisir que son nom assourdi, scandé, a pu procurer à l’homme dans les coulisses.  Quand il est finalement monté sur scène, la foule a déferlé, ses téléphones ont déferlé, c’était une orgie de téléphones. Les hommes derrière Trump scannaient la foule avec leurs téléphones. Les caméras au dos filmaient tout le monde en train de filmer tout le monde. Trump était le seul à ne pas tenir d’écran, l’absence qui génère du désir.  Il a commencé à rugir lorsque la foule a cessé de regarder les séquences qu’elle avait filmé.  Trump a commencé par le clip qui allait apparaître dans les nouvelles le lendemain matin. Joe Biden avait laisse tomber la course et Trump l’approuvait car Biden n’avait aucune chance et qu’il voulait affronter Hillary. Les médias adroitement sous contrôle, Trump a commencé son discours par le sujet le plus cher à son cœur : son propre succès. Le rallye de Burlington marquait le 100 ième jour où il menait  dans les sondages.  Il a lu les sondages, sondage après sondage. Il ne s’est interrompu que pour demander à la foule si les sondages étaient grands. ” Battre Hillary dans tout le pays, est-ce que vous aimez ça ? La foule a approuvé les chiffres de son approbation. Donc il est passé à des aspects plus qualitatifs de sa grandeur. Ses opposants n’étaient pas des gagneurs.  “ Je parle avec mon cerveau mais je parle aussi avec mon cœur ” a t-il dit,  grondnat comme un riche oncle m’as-tu vu. “ je vais rapatrier les emplois de Chine” avec quelques brèves digressions d’auto-apitoiement : “ Macy a été très déloyal avec moi, ils ne vendent plus mes cravates. http://www.cnbc.com/2015/08/12/why-we-dropped-trumps-menswear-line-macys-ceo.html  Il a décrit, dans des revirements à la fois francs et pleins d’illusions, sa capacité si brillante à la manipulation politique. Il a parlé aux gens qu’il était en train de manipuler de la façon intelligente dont il les manipulait. Ainsi déclara-t-il ; “ Je suis un bon chrétien.” Et que  s’ il devient président “ nous souhaiterons un joyeux noël ” mais il n’a pas pu s’empêcher de faire montre de l’intelligence de sa stratégie électorale : “Si je monte sur scène avec un Bible, tout le monde m’aime mieux.” Trump amène du plus à Burlington, Iowa, et il ne refuse pas à la foule le goût pour la célébrité dont elle rêve. Que dirait-il à Caroline Kennedy, ambassadrice au Japon ? : Vous êtes virée ! Vous êtes virée !

Quelques spectateurs ont commence à sortir pour devancer le trafic et Trump a crié à propos de la majorité silencieuse, du fait qu’il dit ce que personne n’ose dire, qu’il arrêtera le libre échange et que les Mexicains sont des voleurs de voiture ( gros rires) et comment il veut un morceau des actions du pipeline du Keystone et comment il va aider la santé des femmes et comment l’Amérique a besoin d’être stimulée  « Le rêve américain est mort mais je vais le rendre plus grand et plus fort » a-t-il hurlé. A ce moment il m’est apparu de la même façon que toutes les célébrités que j’ai  rencontrées en chair et en os me sont apparues, comme une idole païenne vivante attendant le sacrifice, un Baal aux joues  rebondies. «  Nous avons tant à gagner »  a-t-il promis avant de laisser la scène au  « Nous n’allons plus le tolérer »  des Twisted Sisters We’re Not Going to Take It.

3500

 Les supporters de Trump au Mémorial des vétérans à  Cedar Rapids. Photographie: Scott Morgan/Reuters

Je suis resté afin de regarder Trump au travail. De près la coiffure est beaucoup plus élaborée que sur les écrans. Sa construction s’effectue sur trois plans, sa signification est polyvalente.  Tout d’abord, il y a la mèche rabattue, bien qu’on ne puisse la nommer “mèche rabattue” uniquement  dans la mesure où la galerie commerçante de Dubaï avec une piste de ski pourrait être nommée un “bâtiment”. Ce sont des cheveux élevés  par la prouesse technique au niveau de l’œuvre d’art, avec la qualité diaphane  d’une capeline sortie d’une légende nordique ou d’un métal dans une miraculeuse apesanteur développé dans un laboratoire allemand. Ils flottent au-dessus du crâne, comme un acte de défiance non seulement contre le vieillissement et la calvitie mais contre l’espace et le temps, contre la réalité.   Derrière cette démonstration technique de mèche rabattue, comme une sorte de contre-point, l’arrière est aussi traditionnel et vieux jeu qu’une coiffure puisse l’être.  Il s’agit d’une queue de canard classique. Tellement classique que je ne l’ai vue que dans des films des années cinquante, pas des films tournés dans les années cinquante, soyons clairs, mais des films tournés dans les années soixante-dix sur les années cinquante. Entre la mèche rabattue et la queue de canard, entre ces deux espaces folliculaires représentant le moderne et l’atavique, la fantastique et le nostalgique, on trouve une troisième tranche.  Même en sa présence, il vous faut regarder avec attention pour la situer.  Elle est enflée, légèrement mais seulement légèrement. C’est la part réelle de la chevelure, la part humaine, la part véritable. C’est le pivot de Donald Trump.  Comme la campagne de Trump pour la nomination des Républicains s’est développée, dans toute son invraisemblance, il a serré la main à des milliers d’américains, et pose avec des milliers d’américains pour des milliers de selfies. Et parmi ces milliers aucun n’a réussi à mettre le désordre dans sa coiffure. Bien que lui évoque régulièrement l’apparence physique des autres candidats, aucun d’entre eux n’a jamais évoqué le fait qu’il avait l’air ridicule. La coiffure de Trump est un acte de préemption provocateur : dis seulement que je suis bidon, je te mets au défi, je te mets complètement au défi.  Quelques fans extrémistes s’attardent sur les franges, exactement comme à un concert.  Tous les autres se dirigent vers le parking et le centre-ville de Burlington redevient bientôt désert.  Un spectacle de Trump est un bon investissement financier, tout spécialement parce qu’il est gratuit. Personne ne réclame même de dons.

 

 

Fin de la première partie

Traduction Elisabeth Guerrier

Advertisements

La civilisation de Davos

Cette traduction d’un article d’Alternet vient au moment où le Club de Davos célèbre sa grande messe annuelle et détermine ce qu’il adviendra de ses montagnes de richesse et des masses qui les leur créent. Elle sera suivie par une analyse plus longue mais beaucoup plus approfondie  de Global Justice qui met à jour les rouages des fondations caritatives qui maintiennent à coup de milliards l’illusion que ce système peut panser les plaies qu’il génère. C’est une des positions du libéralisme depuis son origine, les maux que le capitalisme engendre sont, sous couvert de religiosité, de bonne conscience ou de simple désir de notoriété, évacués dans leurs conséquences par des outils financiers qui nient leurs causes. L’article qui suit est, à nos yeux, un peu sommaire dans ses analyses et ne fait que développer superficiellement des arguments qui sont de l’ordre de la conscience populaire de base alors que ce qui manque à cette conscience sont les outils d’un savoir précis sur ce qui la manipule avec le cynisme que l’on constate chaque jour. Il a l’avantage de nous remettre au goût du jour les fêtes qui se déroulent sur notre dos et le système idéologique morbide qui les organise. Il a l’avantage de nous rappeller que nous sommes, complètement, sans rémission autre que ce qu’on imagine être une nouvelle révolution, soumis à la civilisation de Davos. EG

 

The Davos Club: Meet the people who gave us a world in which 62 people own as much as 3.8 billions.

Le Club de Davos : Rencontrez les individus qui nous ont donné le monde dans lequel 62 personnes possèdent autant que 3.6 milliards.

Ceux de Davos parlent de la pauvreté et engagent des fonds dans le caritatif. Mais pour eux, c’est de la petite monnaie.

Par Vijay Prashad / AlterNet

Le 21 Janvier 2016

 

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

 

 

Les élites mondiales se rencontrent en Suisse, dans la ville  perdue de Davos chaque année pour le Forum de l’économie mondiale [World Economic Forum]. Le conclave a commence en 1971 mais il est devenu une destination essentielle dans les années 90. Quand la globalisation est devenue le concept phare, Davos est devenu son siège.  Le monde des affaires, le monde politique et médiatique se rencontrent, échangent leurs cartes  puis s’en vont, mieux connectés  les uns aux autres. Des affaires sont parfois faites, mais plus que toute autre chose c’est l’harmonie au sein de l’élite mondiale qui est établie. C’est à ça que le Sommet de Davos sert, à créer une civilisation de Davos à l’usage des individus importants de la planète. Chaque année, avant le sommet, Oxfam International publie un rapport sur la richesse mondiale. Celui de cette année a mis à jour quelques nouvelles choquantes.  En 2010, 388 individus possédaient autant de richesse que celle de la moitié de la population mondiale, c’est à dire à peu près 3.6 milliards d’individus. L’obscénité alors a semblé dramatique. L’année dernière, ce nombre a chuté à 80 individus possédant autant que 3.6 milliards. Cela commençait vraiment à faire trop. Les  données de cette année sont encore plus  choquantes. Seulement 62 personnes possèdent autant que les 3.6 milliards. 62 !! L’inégalité a fait une marche en avant régulière.  Il est tout à fait possible que ces mêmes 62personnes ou leurs représentants soient présentes à Davos. Elles sont au cœur de la civilisation de Davos. Les bouchons de champagne vont sauter, le caviar couler sur le sol, les riches ont de quoi fêter. Même le ralentissement de la Chine ne les ralentira pas. Les 62 font  autant d’argent dans le marché baissier que dans le marché haussier. De quoi les 62 vont-ils s’entretenir à Davos ? Le thème de cette année est “comment maîtriser la  quatrième révolution industrielle. “ La première révolution industrielle est considérée comme le changement de la puissance humaine à la puissance mécanique au début du 19ième siècle. A la fin du 19ième siècle, la science a été tenue par l’industrie de produire la technologie, ou la seconde révolution industrielle. Dans le milieu du 20ième siècle, les ordinateurs ont fait leur apparition et ont ouvert la révolution digitale ou troisième révolution industrielle. La quatrième concerne la  robotisation et la mécanisation – le remplacement de l’homme par la machine.  Les 62 veulent anticiper cette révolution. La banque Suisse UBS a fait une étude sur l’impact  économique de cette quatrième révolution industrielle. Elle l’a publié juste avant l’ouverture de Davos. Le rapport suggère que ceux qui sont déjà riches et sont possédants vont vraisemblablement tirer parti de cette quatrième révolution. Ils vont : “ bénéficier du fait de posséder lesbiens dot la valeur sera augmentée par la quatrième révolution. “ écrivent les analystes de UBS. La tendance à la mécanisation va donc accroître l’inégalité, pas la diminuer. Ce thème-là a été du sucre dans la tasse des 62. Ils vont s’enrichir. Les pauvres vont s’appauvrir. C’est ce que les analystes des riches disent. T

Le people de Davos parlent de la pauvreté et offrent de l’argent aux organismes caritatifs. Mais ce n’est que de la petite monnaie qui reste là à traîner sur leur table de nuit. Les discours sur la pauvreté permettent simplement aux riches de se sentir moins mal à l’aise sur leur moralité si trempée. Ils font la grève des impôts. Ils refusent de mettre entre les mains de l’état leur part de richesse afin de mener à bien des programmes d’aide sociale.  C’est un anathème. L’horizon de leur progrès social est leur charité misérable, qui bien sûr n’est pas entièrement charitable : le chèque va avec  un gros poteau indicateur qui dit au monde que c’est eux qui ont donné cet argent. Les pauvres inquiètent les 62. Si vous créez un monde où l’essentiel de la population vit  dans des conditions catastrophiques, il ne va pas être heureux et pourrait même se mettre en colère. S’ils se mettent en colère, ils peuvent se rebeller et devenir difficiles à contrôler. Quand les ghettos se lèvent que font les riches ? La charité ne va pas contenir ces soulèvements. Ce qui est la raison pour laquelle les riches investissent dans des communautés-enclaves et dans la sécurité qui les protège, tout comme dans la sécurité qui enferme des pays entiers qui vivent dans les ceintures de pauvreté. Ce qui est la raison qui fait de l’US department of Defense un des plus gros employeurs au monde avec 3.2 millions de personnes travaillant pour lui. Ce n’est pas non plus étonnant que le troisième employeur mondial soit la firme de sécurité G4S. Elle suit Wallmar et Foxxconn. Foxconn utilise le travaille chinois pour faire des produits bon marché qui sont vendus à des consommateurs américains endettés à Walmart. Si il y a le moindre mouvement dans les travailleurs ou dans les consommateurs endettés, G4S arrive pour les calmer ou pour mettre quelqu’un en prison. G4S s’étend comme un feu de brousse.  Qu’est ce que la crise des réfugiés à l’ouest sinon la crise de la civilisation de Davos ?  Quand vous ne laissez pas les gens construire des vies protégées et productives sur leur propre sol, ils s’enfuient ailleurs. Ils vont venir dans vos maisons et demander à vivre comme vous. Mais ce qu’ils découvrent c’est que même à l’Ouest, il y a des îles d’abondance et de vastes océans de misère. Les réfugiés fuient les conflits armés et les bombardements aériens pour arriver dans des lieux où la police ressemble à l’armée et où     des drones ont aussi commencé à voler au-dessus des têtes.

 

 

Ils vont rencontrer la force de travail de G4S, qu’ils ont également rencontré dans d’autres pays. Un des sujets de Davos est l’usage de robots dans l’armée et dans la police. Les jours de Robocop ne sont pas loin. Les 62 peuvent faire confiance à une machine beaucoup plus qu’à un officier de police qui, en terme de classe, est beaucoup plus proche de la plèbe que des 62. Les 62 de Davos aimeraient croire que le terrorisme et les états incontrôlables sont des problèmes anciens qui peuvent être réglés avec une bonne dose de capitalisme. Ils aimeraient imaginer que ce que les gens en Irak et en Syrie ou en Corée du nord veulent le plus sont des centres commerciaux et des cartes de crédit. Mais c’est précisément la civilisation des centres commerciaux et des cartes de crédit qui reproduit l’inégalité, forçant des gens ordinaires à s’endetter afin de pouvoir acheter une chaîne sans fin de biens de consommation qui ont été produits pour des salaires de misère. Quand la dette les amène à devenir distraits, ils sont indifférents, désillusionnés, à la recherche d’une alternative. Et parce que la gauche est faible, l’alternative est fréquemment celle de la démagogie de la politique religieuse ou ethnique. Et comme la rhétorique de ces discours religieux ou ethnique est indisciplinée, les stratégies glissent facilement vers la violence. Le terrorisme n’est pas le fruit d’anciennes animosités mais celui des conditions sociales de notre présent, celles de la civilisation de Davos qui donne la richesse à 62 personnes et la refuse à 3.6 milliards

 

 

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier

 

TTIP: la clef pour un commerce plus libre ou pour l’avidité des entreprises ?

TTIP: the key to freer trade, or corporate greed?

The Guardian

 

Cet article du Guardian fait le point sur la situation des négociations du TTIP. Il privilégie évidemment la position du Royaume-Uni mais les points les plus importants de ce traité sont les mêmes pour les travailleurs de l’UE que de la Grande Bretagne.  Cette année s’annonce décisive pour la signature d’un gigantesque piège néo-libéral qui donnera aux USA une marge de manoeuvre commerciale sans précédent au dépend de règles environnementales et productrices comme des codes du travail européen. En un temps où plus que jamais doivent être privilégiés le commerce de proximité et la mise en valeur des productions de petites et moyennes entreprises, cet accord censé ouvrir le marché transatlantique est une porte sur le libre-échange envisagé sur le mode de la déréglementation et de l’empire des multinationales sur les états et les peuples. EG

 

 

Certains disent que les accords commerciaux EU/US qui pourraient être conclus cette année ouvriront les marchés et promouvront la croissance. (GB) D’autres craignent qu’ils ne baissent les salaires et promeuvent la privatisation.

 

3500

Des commerciaux du Chicago Mercantile Exchange : le libre-échange avec l’Europe fait partie de la stratégie de croissance d’Obama. Photograph: John Gress/REUTERS

Phillip Inman

Samedi 2 Janvier 2016  11.00 EST Modifié Samedi 2 Janvier 17.00 EST

L’huile d’olive américaine bon marché pourrait, dans quelques années figurer sur les étagères des supermarché aux côtés des variétés toscanes uniques appréciées des gastronomes anglais. Á présent, un tarif prohibitif sur les importations US  place leur prix hors de portée.

Mais un accord commercial révolutionnaire pourrait faire baisser les tarifs de 2280 euros la tonne d’huile d’olive à 46 euros pour s’adapter au coût de 46 euros que les US  appliquent su leurs importations en provenance d’Europe. Ou ces mêmes tarifs pourraient disparaître complètement. De toutes les façons, les producteurs d’olive grecs, espagnols ou italiens doivent craindre le TTIP, un accord qui tend à créer un champ identique entre eux et la production agro-industrielle massive des USA.

Les accords commerciaux ont été considérés autrefois comme la panacée pour la pauvreté mondiale. En 1990, l’Organisation mondiale du commerce (World Trade Organisation) a été créée afin d’harmoniser les régulations frontalières sur tout, des voitures aux produits pharmaceutiques et de baisser les tarifs de façon à promouvoir la libre circulation des biens et des services autour du monde.

Il demeure la crainte que, loin d’être une formule gagnante pour tous, des tarifs bas favorisent les riches et les puissant et crucifient les petits producteurs   qui lutteront pur survivre dans un environnement non protégé.

Les effets du Nafta ( North American Free Trade Agreement) signé  par les US, le Mexique et le Canada en 1993 semblent justifier cette crainte : st devenu ces dernières années une cause célèbre pour les campagnes anti-pauvreté, exaspérés par la situation critique des travailleurs mexicains. Non seulement ont-ils été soumis à des salaires bas et à des conditions de travail très dures par les entreprises américaines récemment relocalisées – et, en tant que consommateurs au pouvoir de marketing incessant de Walmart, Coca Cola et autres. Mais les bénéfices  parallèles majeurs sur la corruption demeurèrent illusoires.

Cette année, les US espèrent signer ce que beaucoup considèrent comme le successeur direct du Nafta, le TTIP. Si il obtient le feu vert du Congrès et de la Commission européenne, les accords seront un traité bilatéral entre l’Europe et les USA et, tout comme pour le Nafta avant lui, en dehors des compétences d’une Organisation mondiale du commerce dans l’impasse. Ses supporters dissent qu’il sera une amélioration sur son prédécesseur parce que ces principaux défenseurs sont un Président des Etats-Unis libéral et une Commission européenne qui se considère comme préoccupée par les travailleurs et les consommateurs.  Pourquoi, demande la Commission  28 états-membres  relativement influents, ayant des inquiétudes à l’égard du haut taux de chômage, de l’aide sociale et du changement climatique se mettraient-ils d’accord pour mettre en cause les droits des travailleurs, attaquer les services publiques ou réduire les réglementations environnementales ?  Le TTIP est aussi conçu comme un accord entre égaux qui autorisera les deux parties à promouvoir le commerce : il est dit que le salaire de base de la Grande-Bretagne pourrait augmenter de 4 à 1O livres par an, ou jusqu’à 100 livres sur dix ans.  Montant correspondant à 0.3 % d’augmentation du PIB, qui aurait fait passer la croissance attendue pour cette année de 2.4% à 2.7%.

3712

Une manifestation anti-TTIP à Berlin cette année.  Photographe : Wolfram Steinberg/EPA

Mais cela déclenche des peurs dans de nombreux cœurs, qui croient qu’il s’agit là d’un cheval de Troie pour les entreprises rapaces.  Celles-ci, voulant à tout prix faire baisser les coûts afin d’augmenter la valeur des actions, seront la fin des états providence confortables et de leur capacité à protéger les industries débutantes ou, dans le cas de l’acier et du charbon,  précipitant les industries dans la dure réalité de la compétition ouverte. Le TTIP a été comparé à l’abolition de la Loi sur le blé de 1846, qui a ou bien balayé les tarifs protectionnistes et appauvri des millions de travailleurs ou protégé une source vitale de nourriture et amené Karl Marx à demander :  « Qu’est ce que le libre-échange dans une société qui présente ces conditions ? » et sa réponse fût : « C’est la liberté qu’a le capitalisme d’écraser les travailleurs. » Est-ce le cas pour le TTIP ?

Ci-dessous cinq éléments fondamentaux à prendre en considération :

Santé et services publics

Á partir du moment où le TTIP est devenu part de la stratégie de croissance économique du Président Obama, les critiques ont craint  qu’il n’ait pas bien réalisé pas la volonté d’expansion des compagnies de services de santé ou qu’il ait été trop distrait pour y prendre garde. Les inquiétudes sont liées à la perspective des pays de l’EU, sous la pression de l’augmentation du coût des soins, offrant des parties majeures des clauses de santé au secteur privé. Une fois les services de santé aux mains du secteur privé, disent les critiques, les règles de fonctionnement du TTIP les empêcheront d’être remises sous le contrôle de l’état.  Depuis que ces craintes ont été formulées, les négociateurs du traité ont exclu les clauses qui auraient permis aux firmes de poursuivre les gouvernements pour la perte des contrats de services de soins et de santé à leur expiration.  Ceci permet au système de franchise du rail en Grande Bretagne ainsi que la sous-traitance des services de santé de se poursuivre  dans le cadre de contrats à durée limitées.

Mais l’industrie médico-pharmaceutique américaine, qui est la plus grosse au monde, regarde les luttes européennes pour  négocier avec les besoins d’une génération de baby-boomers  vieillissante comme mûres pour la cueillette. Pour cette seule raison, la sous-traitance de la distribution des médicaments, la fourniture d’équipements médicaux et l’offre de services de soins pourrait se révéler irrésistible.

Résolution des différends.

Une facette peu connue de tous les accords commerciaux est la forme séparée d’arbitrage commercial couverte par un accord, permettant ainsi d’éviter les cours civiles. En tant que tel le investor-state dispute settlement (ISDS) donne aux investisseurs étrangers le pouvoir de poursuivre les gouvernements qui introduiraient des législations pouvant nuire à leurs investissements. Cela a été fameusement utilisé par les compagnies du tabac pour poursuivre le gouvernement australien lorsqu’il a introduit l’emballage neutre des cigarettes. Avant et après le scandale, d’autres gouvernements ont été provoqués légalement par les entreprises préoccupées par des réformes qui leur retiraient des sources de revenus.

Au printemps 2014, le représentant des Nations unies et avocat des droits humains Alfred de Zayas  a appelé à un moratoire sur les négociations du TTIP jusqu’à ce que l’ISDS soit exclu. Il a averti que les tribunaux des cours secrètes  sensées légiférer étaient considérés  comme antidémocratique.  Leur usage d’un petit groupe de juristes spécialisés  signifie également que les arbitres présents pour le jugement sont les mêmes que ceux qui, à d’autres moments représentent les entreprises clientes.

De Zayas craint que les plus petits états ne se trouvent dans la même position que de nombreux gouvernements dans les différends commerciaux, victimes de contraintes légales énormes  et de longs délais pour les réformes de politique publique. Il est rejoint dans sa mission par des ONGs et , plus important, par des Parlementaires de Strasbourg. Comme première concession, les USA se sont mis d’accord pour que les compagnies écrans – celles qui existent uniquement par leur nom sans employés ou activité- n’ait pas le droit de poursuivre un gouvernement. Ceci afin d’éviter la réplique de l’incident australien quand le bras ukrainien de la firme de tabac Philip Morris, effectivement compagnie écran, a conduit les attaques contre l’emballage neutre.

3550

 La Commissaire européenne  Cecilia Malmström a proposé la création d’une cour internationale d’arbitrage des différends d’investisseurs.  Photographie : Emmanuel Dunand/Getty

De nombreux politiciens de l’Union européenne disent que cette concession était trop facile à détourner, laissant aux trusts dans une position puissante. Le négociateur en chef de l’Europe, la Commissaire suédoise Cecilia Malmström, a donc mis au point un schéma de cour internationale d’arbitrage – un forum ouvert publiquement à la place de la cour privée.  Même ses critiques ont dit que c’était un changement audacieux et qu’il allait probablement être inacceptable pour les Américains.

Washington  a répondu par une proposition d’une cour ISDS plus transparente, avec des sessions  filmées et la publication de tous les documents. Pas assez, a dit Zayas, qui a écrit récemment : « Hélas, des publications innombrables d’ISDS ont montré un biais favorable à  l’industrie qui choque les consciences. Dans la mesure où les procédures ne sont pas transparentes, les arbitres ne sont pas toujours indépendants et l’annulation de la procédure est pratiquement inutile, L’ISDS devrait être aboli  comme incompatible avec l’article 14(1) de l ‘ICCPR [International Covenant on Civil and Political Rights] qui exige que toute poursuite pénale soit décidée par des tribunaux indépendants et compétents selon l’état de droit.  Les deux parties ont encore à discuter officiellement chacune des propositions : dans le cadre des pourparlers entre les US et le Japon, et l’UE et le Canada, cette question avait à peine été mentionnée, mais elle est supposée maintenant être la plus litigieuse. »

Régulations

Michael Froman, le négociateur en chef des US, a décrit la tâche d’harmonisation des régulations comme suit : «Pendant des années les US et l’UE ont accepté leurs propres inspections des avions parce qu’il était évident qu’ils ne pourraient pas contrôler chaque avion dans leur juridiction. Nous cherchons à étendre cette pratique à d’autres domaines.»

Donc, comment Froman pourra-t-il appliquer ceci au fait que les voitures américaines seront encore équipées d’une conduite à gauche, limitant leur usage sur les routes britanniques ?

Il argumente que le coût des voitures importées, le développement et les tests peuvent malgré tout bénéficier d’une régulation harmonisée de chaque côté de l’Atlantique.  Cependant il n’y a rien que les régulateurs de l’alimentation outre-Atlantique apprécieraient moins que d’accepter que la nourriture conditionnée soit testée par des  représentants officiels de l’EU ayant échoués à identifier le scandale de la viande de cheval.   Et les régulateurs européens  ont le devoir de rejeter les aliments contenant des OGMs après des manifestations prolongées organisées par les consommateurs dans un conflit direct avec les agriculteurs US.  Washington affirme qu’elle acceptera la science quand elle s’applique aux régulations qui supportent les aliments GM acceptés par l’UE en tant que partie du TTIP, tout comme ils font partie des accords de la WTO ( Organisation mondiale du commerce).

Tarifs

Se passer de tarifs semble un processus simple compare au fait de s’attaquer à des régulations complexes. Avec le TTIP, les tarifs des marchandises et des services vont disparaître, bien qu’il soit envisagé que certains soient seulement réduits  et que d’autres mettent des années à suivre le cour de l’histoire..

Sous le Trans Pacific Partnership (TPP) récemment signé mais pas encore mis en œuvre, entre les US, le Japon, l’Australie, le Vietnam et d’autres pays de l’est asiatique, tous les produits, du porc aux véhicules, sont couverts.

Un bon exemple du temps nécessaire aux tarifs pour baisser est celui de la taxe appliqués aux véhicules japonais vendus aux US, s’élevant à 2,5%  : elle sera d’abord progressivement baissée 15 ans après que les accords aient pris effet, réduite de moitié dans 20 ans et éliminée dans 25 ans. En échange, le Japon devra, parmi d’autres choses, baisser ses tarifs sur la viande de boeuf importée  de 38.5% à 9% sur 16 ans. Un programme identique pourrait être possible avec le TTIP, avec les tarifs de l’huile d’olive baissés sur 25 ans.

Code du travail et droits des travailleurs

Les syndicats japonais ont supporté les transactions du TTP et on attend que les syndicats européens suivent le TTIP. Ils acceptent que les règles du travail soient laissées en dehors d’un accord et que leurs gouvernements puisse donc continuer  à mettre en œuvre  la législation sur le salaire minimum et d’autres mesures  de soutien sans être sanctionnés.

Mais les syndicats, où ils existent, tendent à représenter les travailleurs dans les industries prospères,  qui accueillent favorablement l’accès à de plus larges marchés. Les travailleurs de zones plus faibles de l’économie pourraient voir mis sous pression leurs emplois pour l’harmonisation des régulations, les tarifs plus bas ou simplement l’exposition à des rivaux US  dont l’éthique professionnelle dénie aux employés plus de deux semaines de congés par an.  Le TTIP est important pour le gouvernement  britannique parce que les US sont le deuxième marché pour les biens de consommation et les services après l’UE. Il est considéré comme particulièrement important pour les petites et moyennes industries, qui apprécient l’absence de barrière langagière. La grand Bretagne a aussi un surplus commercial avec les US : nous exportons plus que nous importons, ce qui aide à contrebalancer l’énorme déficit commercial du pays.   L’élan est tel derrière les pourparlers  qu’un accord pourrait être conclu à la fin de l’année et être soumis au Congrès et au Parlement européen en 2017. Mais le conflit à propos de l’ISDS et les protestations de agriculteurs pourraient  annuler les espoirs d’Obama sur les vents d’huile d’olive.

 

Traduction : Elisabeth Guerrier