AMONG THE THRONG

Elisabeth Guerrier Traductions Textes

La Fondation Gates est-elle une force positive ? Cinquième partie

by Elisabeth Guerrier

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

 

Cinquième partie : La Fondation et la privatisation des services de base. Les campagnes de vaccination

 

Favoriser l’avancée du programme de privatisation de la CHMI de l’HANSHEP est mis en oeuvre par le Results for Development (R4D) Institute, lui aussi financé par la BMGF, qui promeut également l’investissement du secteur privé dans les services de base.231 Les membres du conseil de la R4D incluent Carla Hills, l’ancienne secrétaire US du commerce, qui est présente actuellement dans les conseils internationaux de JP Morgan Chase et de Rolls Royce.232 Le financement de la BMGF pour la privatisation des services de base s’étend à l’éducation, un domaine clef pour la BMGF aux US. L’ancien PDG de la BMGF, Jeff Raikes a dit explicitement que le monde des affaires américain devrait jouer un rôle plus important dans le système d’éducation américain et que « de nouveaux types de partenariats et de collaborations entre et au sein des éducateurs et des affaires »  sont nécessaires.239  Dans cette stratégie, la fondation a été grandement critiquée par plusieurs professionnels de l’éducation américains. Par exempe, Diane Ravitch, une historienne de l’éducation et chercheuse à l’Université  de New York a écrit sur le financement constant de groupes promouvant la privatisation de l’éducation publique et ceux qui promeuvent un «  agenda anti-public état après état. » 240 ©  Département du développement international / Russell Watkins Melinda Gates s’adresse au Département britannique du développement international en 2010.

 

Conference on vaccines and immunization

Le businessman américain Bill Gates parle lors d’une conférence ayant pour thème “Toucher chaque enfant” organisée par l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation ( GAVI) à Berlin en Allemagne le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de l’Alliance, on trouve des membres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des OGNs. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

 

 

Pourquoi la Fondation Gates supporte-t-elle le monde de la finance international ?  Le IFC  est le bras du secteur privé de la Banque mondiale, promouvant le développement du secteur privé dans les pays en voie de développement. Et est déjà massivement finance, à hauteur de 16 milliards en 2014.233 L’IFC  a été critique depuis longtemps pour sa promotion des intérêts privés, notablement les compagnies minières et agricoles, en fait les remplaçant et étendant leurs opérations dans les pays en voie de développement.234 La BMGF a fourni 11 donations à l’IFC se montant à plus de 40 millions.235 Sa plus grosse donation, s’élevant à 10 millions et octroyée en 2009, a été faite afin d’aider l’IFC  à «  apporter une assistance technique aux gouvernements sur la meilleure façon d’interagir avec le secteur privé ».236 La BMGF travaille également en partenariat avec l’IFC au Fond africain pour la santé, Health in Africa Fund, un fond privé qui investit dans les petites et moyennes compagnies de soins privées de santé. En annonçant cette nouvelle initiative, l’IFC a dit que l’objet de ce financement était d’ « inclure l’amélioration de l’environnement opérationnel pour ces compagnies » travaillant dans le secteur de la santé en Afrique.237 Promouvoir les intérêts du secteur privé en Afrique est peut-être la seule raison de financement de l’IFC par la fondation Gates. Cependant le partenariat privé-public dans la santé s’est souvent avéré désastreux. L’analyse d’Oxfam sur de tels projets à Lesotho, dans lequel l’IFC était un conseiller, a montré qu’un hôpital qui était construit dans le cadre de ce programme engloutissait plus de la moitié du budget santé de Lesotho, laissant peu de ressources pour faire face à de sérieux problèmes de santé publique dans un des pays les plus pauvres du monde.  Oxfam a fait appel à l’IFC afin qu’elle stoppe son travail de conseils sur le partenariat public-privé jusqu’à et à la condition que le casa ait été complètement et indépendamment examiné.238 Le quartier général des trusts de la finance internationale  Washington DC. I 37 La BMGF est aussi un financeur direct de l’entreprise privée d’éducation britannique, Pearsons, dans ce qui est, comme le souligne le commentateur américain, Anthony Cody, un glissement vers la promotion toujours plus importante de la  «domination du marché» par une compagnie aux US. 241 Pearson, qui est supporté par la DFID, cherche aussi de nouveaux marchés dans le sud et a repéré 11 pays où il est montré que « les solutions éducatives à bon marché offrent des solutions.». 242 Quelques projets de la BMGF soutiennent les changements dans les réglementations des pays en voie de développement afin de paver la voie pour plus de fournitures privées des services de base. Par exemple, la BMGF est un member clef du  Global Impact Investing Network (GIIN), établi en 2007 lors d’une rencontre avec la Fondation Rockefeller par « un petit groupe d’investisseurs afin de discuter des besoins émergeants face à l’impact  des investissements ».243 L’impact des investissements a été décrit comme « les investissements dans les compagnies, les organisations, et les fonds avec l’intention de générer un impact environnemental et social en même temps que financier en retour. » 244 Comme membre du conseil des investisseurs la BMGF siège aux côtés d’un nombre de philanthropes et de compagnies comme JP Morgan et Goldman Sachs.245 Le Basic Services Programming Track de GIIN, qui se centre sur l’Asie du sud et l’Afrique sub-saharienne promeut « des solutions de marché afin de combler l’écart dans les approvisionnement » de services de bases.246 Un des aspects de ce programme est de « cartographier // les politiques et/ou les environnements dans lesquels les investissements dans les services de base peuvent avoir lieu ».247 Ce pourrait être la première étape du lobbying et de la stratégie pour amener les environnements à être plus favorables à la promotion de l’offre privée de services de base.

 

 

 

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

 

Le besoin d’un regard indépendant – La problématique des vaccins Several dans le contexte des financements de la BMGF a été évoquée plus haut. Il y a aussi des inquiétudes particulières touchant le financement de certaines campagnes de vaccination qui demanderait l’usage d’un regard indépendant et une analyse dont les programmes de la fondation manquent. La BMGF est devenue la principale source de financement des programmes de vaccination dans les pays en voie de développement. Elle envisage de prévenir plus de 11 millions de décès d’ici à 2020. Les programmes financés par la BMGF afin de développer et de fournir les vaccins contre la polio et la méningite ont touché des millions de personnes. La fondation a fourni 2.5 milliards à GAVI alliance afin d’acheter des vaccins et de fournir son soutien technique aux pays les plus pauvres du monde.248 Cependant, à côté de ces programmes, la BMGF est aussi accusée d’assister les compagnies pharmaceutiques qui contournent ou  omettent la régulation occidentale en sponsorisant des expériences sur des produits au rabais dans les pays en voie de développement.  Cela coûte des milliards de développer de nouveaux médicaments, principalement en frais pour conduire des expériences cliniques exigées des autorités aux US et en Europe.  La BMGF dit : « Afin d’accélérer la traduction de découvertes scientifiques en solutions applicables, nous cherchons de meilleurs moyens d’évaluer et de raffiner les interventions potentielles – comme des vaccins potentiels- avant qu’ils entrent  dans la dernière étape, coûteuse et longue, des essais cliniques ».249  Ceci semble vouloir dire que la BMGF travaillera par l’intermédiare des institutions qu’elle finance ( comme la GAVI Alliance, la Global Health Innovative Technology Fund, et le Programme for Appropriate Technology in Health (PATH)) afin de promouvoir des essais cliniques, qui bien sûr commencent sur une large échelle en Afrique et en Asie du sud au milieu des années 2000.250  Cependant plusieurs rapports lèvent de sérieuses questions sur l’impact de certains de ces essais financés par la BMGF. Certains pointent le nombre significatif de maladies et même de morts chez ceux à qui on a administré ces vaccins. Le contexte est encore plus controversé, pour qui les accusations portent sur les compagnies pharmaceutiques  utilisant les populations pauvres dans le sud comme cobayes pour tester leurs produits parce que c’est plus facile que dans le monde occidental d’y conduire des expériences médicales et de recruter des participants.251 Global Justice Now n’a pas pu vérifier la véracité de ces rapports, parce que très peu d’information publiques sont disponibles. Mais ce qui est inquiétant est la façon dont les médias ont prêté attention à ces allégations. Il semble qu’il y ait un quasi silence touchant les questions associées aux projets de la BMGF. En plus, ces projets ne reçoivent que très peu de regard critique de la part des officiels, soulevant le fait que des positions beaucoup plus indépendantes doivent être prises pour juger des programmes financés par la BMGF. Le Gardasil aux Indes faisant l’objet d’un programme de la BMGF est actuellement l’objet de poursuites avec des accusations portant sur des morts et des maladies qu’auraient entraîné le “ projet de démonstration” de ce vaccin.252 Démarré en 2009, quelques 23.500 filles se sont vues administrer ce vaccin afin de prévenir les cancers de l’utérus dans le district de Khammam Andhra Pradesh et dans le district de Gujarat. Les vaccins étaient du Gardasil et du Cervarix, le premier fabriqué et distribué par Merck, le deuxième par GlaxoSmithKline, et furent administrés sous le contrôle de membres du ministère de la santé. L’ONG à l’origine de ce projet était la PATH (Program for Appropriate Technology in Health), basée aux USA qui a reçu de nombreux dons de la BMGF ( pour plus de détails voir p.21) Son but en conduisant les essais était de créer des preuves afin de supporter l’inclusion de ces vaccins dans le programme national de politique immunitaire du gouvernement.253 Plusieurs mois après que le vaccine ait été administré, de nombreuses filles commencèrent à tomber malades et en 2010, cinq d’entre elles moururent à Andhra Pradesh et deux à  Gujarat.254 Les pétitionnaires qui sont actuellement à l’origine de ces deux procès devant la Court suprême indienne affirment qu’au moins 1200 filles dans les deux états ont souffert de sérieux effets secondaires ou du développement de désordres auto-immunitaires et exigent un traitement médical continu.255

La cause de la mort a, cependant, était contestée par le Dr. V.M Katoch, directeur général du Conseil indien pour la recherche médicale (Indian Council of Medical Research), qui a constaté que quatre décès à Andhra Pradesh n’étaient pas dus au vaccin mais à des empoisonnement, des noyades ou d’autres causes, pendant que deux des décès à  Gujarat étaient attribués à la malaria ou a des morsures de serpent.256 En 2013, une investigation du projet faite par un comité parlementaire a révélé une conclusion terrible. Il a constaté que la campagne de vaccination était une pratique à grande échelle d’essais cliniques conduites au nom des firmes pharmaceutiques et déguisées en «  étude d’observation » afin de contourner les exigences de statut.257 Le comité parlementaire a établi que «  Le PATH, en menant à bien ces essais cliniques pour le vaccin HPV à Andhra Pradesh et à Gujarat sous le prétexte d’un projet d’observation / démonstration [sic] a violé toutes les lois et les régulations exigées pour les essais cliniques par le gouvernement. En faisant cela, son seul but était de promouvoir uniquement l’intérêt commercial des fabricants du vaccin qui auraient récoltés des profits considérables si le PATH avait été capable d’inclure le vaccin HPV dans l’UIP (India’s immunisation programme)”.258 Le rapport du comité ajoute que les actions du PATH sont : « une violation Claire des droits humains de ces fillettes et de ces adolescents » et constituent  une « maltraitance. ».259 Le comité a aussi réprimandé le gouvernement pour « leur investigation bâclée sur les morts, affirmant que le lien avec la vaccination avait été déniées d’une façon identique pour les sept morts sans qu’il soit mené une enquête approfondie. »  260 En particulier, le comité parlementaire a accusé la procédure de faillir à obtenir le consentement de ceux qui participaient. À Andhra Pradesh, l’accord avait été donné par des directeurs de foyers sans le consentement parental pour plus de 2700 cas. À Gujarat, seulement la moitié des formulaires d’accord étaient signés, parmi d’autres irrégularités. Un grand nombre de parents ou de responsables étaient illettrés et ne pouvaient pas écrire même dans leur langue locale.261 Une enquête en Janvier 2015, menée par le journal anglais the Daily Mail, a questionné de nombreux garçons et filles qui ont dit qu’ils n’avaient aucune idée du fait qu’ils testaient un médicament et qui ont souffert de perte de poids, de fatigue, d’étourdissement et de problèmes menstruels.  Le journal a  révélé que des enfants âgés seulement de neuf ans ont souffert d’effets secondaires après avoir été utilisés comme des cobayes non volontaires pour un nouveau vaccin. 262 Le cas n’a pas été jusqu’ici couvert par le Guardian dont le site web sur le développement mondial reçoit des fonds de la BMGF. Non seulement le projet Gardasil est financé par la BMGF mais à l’époque, la BMGF Trust avaient des actions chez Merck. 263 Le comité parlementaire a statue : « Si le PATH avait réussi à faire inclure le vaccin HPV dans le programme  universel d’immunisation des pays concernés, ça aurait généré des profits colossaux pour les fabricants par l’intermédiaire de ventes automatiques, années après années, sans dépenses liées à la promotion. ».264 En réponse à ces critiques, le PATH a dit que le Gardasil e le Cervarix étaient en vente en Inde et dans plus de cent autres pays et que « la sécurité et l’efficacité de ces vaccins ont été testées dans de nombreuses études. » Il a ajouté qu’avant la licence indienne, des essais cliniques sur ces deux vaccins avaient été conduits et qu’ «  à cette date aucun décès n’a été attribué à la vaccination par le vaccin HPV en Inde ou ailleurs. » Il a ajouté aussi que les effets secondaires sérieux à ces vaccinations sont «  très rares ».265

 

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

NIAID le programme de vaccination contre la polio en Inde

Certains analystes ont aussi manifestés certaines inquiétudes à propos du programme d’éradication de la polio finance par la BMGF, un produit phare de la fondation et une de ses priorités, sur lequel Bill Gates a été très influent.266 La BMGF finance le Global Polio Eradication Initiative de WHO dans une tentative d’éradiquer la polio en «  touchant  chaque enfant dans sa première année dans les pays à haut risque avec des doses multiples de vaccin oral, à la fois à travers des campagnes de vaccination nationales et locales. » Le site web de la BMGF website note que : « L’Inde, qui était déclarée sans polio en Février 2012 est peut-être le meilleur exemple de la manière dont un pogramme complètement finance conduit par des leaders impliqués et des travailleurs motives peut atteindre le succès. » 267 Cependant, des critiques de la stratégie du programme de vaccination se sont levees ces récentes années, au moins en dehors des cercles officiels. Bien sûr, quelques analystes demandent à ce que le programme d’éradication de la polio soit stoppé. Par exemple, un article de 2002 publié dans le  Indian Journal of Medical Ethics par les docteurs du St Stephen Hospital à Delhi, a montré que le vaccine contre la polio semble causer une maladie cliniquement semblable qui est deux fois plus mortelle que la polio.  Les données du National Polio Surveillance Project d’Inde montre des preuves que les cas de paralysie flasque aigue (nonpolio acute flaccid paralysis (NPAFP) ont augmenté en proportion du nombre de doses de vaccins anti-polio administrés. En 2011, alors que l’Inde se préparait à se dire libérée de la polio, il y avait 47.500 cas supplémentaires de NPAFP. Les auteurs rapportent que, nationalement, le taux de NPAFP  est maintenant douze fois plus important que d’habitude et que les enfants identifié comme atteints avaient « deux fois plus de risqué de mourir que ceux avec la polio. ».268 Il a aussi été rapporté dans le Lancet que l’incidence du NPAFP avait augmenté d’une façon exponentielleen Inde après l’introduction du vaccin contre la polio .269 L’analyse par les auteurs indiens est que l’immunisation habituelle contre la polio est relativement sans danger mais que le risque augmente avec le nombre de doses. Les auteurs indiens écrivent aussi que en dépit de la  « charade à propos de l’éradication de la polio », la communauté scientifique sait depuis longtemps que l’éradication de la polio est impossible parce que les scientifiques ont synthétisé le virus de la polio dans un test dès 2002. Le virus ne peut donc pas être déclaré éteint car la séquence de son génome est connue et la technologie moderne peut le ressusciter in vitro. Ils continuent,  « amener les pays pauvres à faire des dépenses sur leur maigres ressources sur un rêve impossible lors es prochaines dix années est une faute éthique. ». Les auteurs sont fortement critiques sur le financement particulier contre la polio, connue sous le nom de financement vertical parce que,  « c’est une évidence de la façon dont les financements et les dons venant de l’étranger distordent les priorités locales. » Ils ajoutent : « Dans la perspective de l’Inde, l’exercice a été extrêmement coûteux à la fois en terme de souffrance humaine et en terme financier » Il est tentant de spéculer sur ce qui aurait pu être réalisé si les 2.5 milliards dépensés pour tenter d’éradiquer la polio avaient été investis dans l’eau, les équipements sanitaires et l’immunisation de routine… le programme d’éradication de la polio met en avant à peu près tout ce qui ne va pas avec les dons pour des projets verticaux touchant des «  maladies spécifiques » au dépend du coût dans des investissements dans des structures de santé de base orientées vers les communautés ( programmes horizontaux) ». 270 La même vision du problème des vaccins polio est présente dans un récent article du British Medical Journal par Dr Viera Scheibner, un éminent expert en vaccination, qui a fait la liste de nombreuses études montrant que la  paralysie associée aux vaccins (Vaccine-associated Paralytic Poliomyelitis (VAPP) – causée par l’administration du vaccin polio, «  avait lieu dans le monde entier partout où le vaccin anti-polio a été utilisé. » L’article conclut : « Ce n’est pas une surprise de constater que la récente campagne de vaccination de mase financée par la BMGF a donné lieu à un nombre plus élevé de cas de VAPP. Le seul moyen pour éradiquer la paralysie poliomyélitique est d’arrêter la vaccination. ».271

MenAfriVac au Tchad. La BMGF finance aussi le projet de vaccine contre la méningite, en partenariat avec la WHO et le PATH afin de développer et de fournir un vaccine afin d’endiguer l’épidémie de méningite en Afrique.  Quelques 217 millions de personnes dans 15 pays ont été vaccinées, MenAfriVac, depuis qu’il a été introduit en 2010.272 Une étude menée en 2013 de MenAfriVac couverte par The Lancet a montré que le vaccin réduisait les cas de méningite de 94%, un taux de succès significatif.273 Une petite partie de l’histoire cependant éveille des inquiétudes sur l’absence de contrôle médiatique et officiel de ces programmes. Le site US VacTruth est l’une des seules sources ayant rapporté quelques incidents en Décembre 2012, dans le petit village de Gouro dans le nord du Tchad où avait été administré le vaccin. La source écrit que 500 enfants ont été « enfermés dans leur école » et «  menacés de ne plus recevoir d’éducation si ils n’était pas d’accord pour se faire vacciner contre la méningite. » Sans que leurs parents soient au courant, les enfants ont tous reçu le MenAfriVac, qui, selon les sources, était un prduit sans licence, encore testé. Dans les heures qui ont suivi, selon VacTruth, 106 enfants ont commencé à souffrir de maux de tête,  à vomir et à montrer des convulsions sévères et des paralysies. Après avoir attendu un traitement médical qu’ils ont fini par recevoir, et qui les a soigné, chaque famille a reçu la somme non confirmée de 1000 livres sterling du gouvernement. Aucun document n’a été rendu public et ils ont été informés que leur enfants n’avaient pas été rendus malades par le vaccin. L’histoire a été publiée dans le journal local, le Voix et par une des chaînes principale au Tchad, qui a montré des images du Premier ministre alors en poste visitant les enfants à l’hôpital. Mais la campagne de vaccination a été présentée comme un succès 274 et n’a eu que peu ou pas de couverture médiatique ? Ces histoires, qui, nous le répétons pour lesquelles Global Justice Now n’a pas été à même de pousser les investigations et de valider posent toutes la question des investigations et mettent en lumière la nécessité de soumettre les programmes de la BMGF à un regard critique officiel.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: