Knut Vonnegut “Messieurs et Mesdames de l’an 2088”

by Elisabeth Guerrier

Il est tout à fait évident que tous les constituants de l’idéologie du bonheur individuel occidental et tous ses outils et modes d’accès à une forme d’Eden quotidien omniprésent dans les discours, les formules-clefs comme “positiver” “voir le verre à moitié plein”, et tant d’autres qui ont petit à petit pris tout l’espace de la distance et de l’esprit critique s’accorderont mal avec la position délibérément pessimiste de quelqu’un comme Vonnegut. Il a rédigé cette lettre aux hommes et femmes de 2088 en 1980. Et ce qui reste encore, et c’est à craindre restera toujours la question fondamentale à poser à l’espèce humaine est celle de ses propres limites et de son incapacité à maîtriser et créer la technique sans pouvoir envisager qu’elle n’a rien à voir avec le progrès.  Que, en ce qui concerne les charges existentielles avec lesquelles l’homme se débat, il n’y a et n’y aura jamais aucun progrès. Vonnegut a vécu et écrit sur le bombardement de Dresde. Bombardement est presque un euphémisme puisque la volonté alliée était de TOUT détruire. Non pas pour neutraliser de potentielles poches de résistance, Dresde n’en comptait aucune, mais pour exhiber avec force la puissance et l’effroi. Il semble que ce genre de spectacle doive laisser comme un arrière-goût de désespérance. Mais contrairement à ce qui est martelé avec une sorte de fièvre dans les slogans de l’idéologie post-capitaliste, “positiver” n’est pas le moteur dont nous avons besoin maintenant. Avant de positiver, il faut regarder, et de près ce qui est en jeu, ce qui constitue d’une façon vraisemblablement phylogénétique nos faiblesses absolues et ce quelle que soit la civilisation qui nous engendre. La peur de la mort et le pouvoir. Et ces deux éléments moteurs devraient nous laisser aux prises avec un désespoir éclairé et une volonté et non avec les rêves d’une paix et d’une égalité toujours à venir dont on sait qu’ils ne pourront jamais, sous aucun régime politique se matérialiser.EG

 

 

360full

Knut Vonnegut.

Ladies & Gentlemen of A.D. 2088 :

Messieurs et Mesdames de l’an 2088 :

 

Il a été suggéré que vous pourriez accueillir favorablement quelques paroles de sagesse venant du passé et que venant du 20ième siècle, plusieurs  parmi nous devraient vous en envoyer quelques unes. Connaissez-vous ce conseil de Polonius dans le Hamlet de Shakespeare : ” Ceci plus que toute autre chose, demeure fidèle à toi-même.” Et ces instructions de Saint Jean ” Crains Dieu et rends lui hommage parce que l’heure de ton jugement est venue ? ” Le meilleur conseil que je puisse vous adresser ou qui puisse être utile pour n’importe qui à n’importe quel moment, je suppose, est une prière utilisée d’abord par des alcooliques qui espéraient ne plus jamais boire à nouveau : ” Dieu, accorde-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celle que je peux changer et la sagesse qui puisse m’aider à faire la différence.”

Je pense que notre siècle n’a pas été aussi libre en mots de sagesse que les autres parce que nous étions les premiers à obtenir des informations fiables sur notre condition humaine : combien nous étions, combien de nourriture nous pouvions produire et rassembler, à quelle vitesse nous pouvions produire, ce qui nous rendais malade, ce qui nous faisait mourir, comment nous endommagions l’air et l’eau et les sols desquels la plupart des formes de vie dépendaient, comme la nature peut-être violente et sans cœur etc. etc. Qui pourrait faire reluire la sagesse avec autant de mauvaises nouvelles nous tombant dessus?

Pour moi, la nouvelle la plus paralysante a été que la Nature n’était pas auto-conservatrice. Elle n’avait pas besoin de notre aide pour éclater la planète et la rassembler d’une autre façon, sans nécessairement l’améliorer  du point de vue du vivant. Elle déclenchait des incendies de forêt avec des éclairs. Elle recouvrait de vaste étendues de terre arable avec de la lave qui ne pouvait pas plus supporter la vie que des parkings de grande ville. Elle avait dans le passé envoyé des glaciers du Pôle nord pour concasser des parties importantes de l’Asie, de l’Europe et de l’Amérique du nord.  Et il n’y a aucune raison de penser qu’elle puisse ne pas le refaire un jour. En ce moment, elle transforme des fermes africaines en déserts et nous pouvons nous attendre à voir se lever une vague déferlante ou à recevoir un énorme caillou brûlant venant de l’espace à n’importe quel moment. Si les gens pensent que la nature est leur alliée, alors c’est qu’ils n’ont à coup sûr pas besoin d’ennemi.

Oui et comme vous, qui vivez dans une centaine d’année et comme vos enfants le sauront encore mieux : la nature est sans pitié quand il s’agit de faire correspondre la quantité donnée de vie et la quantité donnée de nourriture n’importe où et n’importe quand. Et donc qu’avez-vous fait et qu’a fait la nature à propos de la surpopulation ? En 1988, nous nous considérions comme une nouvelle sorte de glacier, à sang chaud, intelligent, impossible à arrêter, prêt à avaler tout ce qui bougeait et puis faire l’amour ensuite et doubler notre taille.
À la réflexion, je ne suis pas sûr que je pourrai tolérer d’entendre ce que vous et la nature avaient fait du trop grand nombre d’humains et du trop petit nombre de ressources.

Et là me vient une idée folle que je vais tester sur vous : Est-il possible que nous nous dirigions des lance-missiles avec des bombes à hydrogène les uns vers les autres afin de nous ôter de l’esprit une question plus grave, celle de la cruauté avec laquelle la nature peut nous traiter, un de ces jours, la nature étant la nature ?
Maintenant que nous pouvons discuter du bazar dans lequel nous sommes avec quelque précision, j’espère que vous avez  arrêté de choisir l’ignorance abyssale de l’optimisme  comme posture de gouvernement.

Il était utile aussi longtemps que personne n’avait la clef sur ce qui se passait réellement. Pendant les dernières sept millions d’années ou à peu prêt. De mon temps, il y a eu des responsables désastreux à la tête des institutions qui avaient réellement un travail à accomplir.
Le genre de responsable dont nous avons besoin maintenant ne sont pas ceux qui promettent une dernière victoire sur la nature gagnée à force de persévérance à vivre de la façon dont nous le faisons, mais ceux qui ont le courage et l’intelligence de présenter au monde ce qui semble les préalables sévères mais raisonnable pour que la nature se rende :

  1. Réduire et stabiliser notre population
  2. Cesser d’empoisonner l’air, l’eau et le sol
  3. Cesser de se préparer pour la guerre et commencer à envisager les vrais problèmes
  4. Enseigner à nos enfants et à nous-mêmes, aussi, pendant que nous y sommes comment habiter sur une petite planète sans devoir la massacrer.
  5. Arrêter de penser que la science peut résoudre tout si on lui alloue quelques milliards de dollars
  6. Arrêter de croire que nos petits-enfants se porteront quel que soit notre niveau de gaspillage et de destruction parce qu’ils pourront avoir un joli vaisseau spatial dans lequel vivre. C’est vraiment stupide et dangereux.
  7. Etc.

Suis-je trop pessimiste à propos de la vie dans une centaine d’année ? Peut-être ai-je passé trop de temps avec des scientifiques et pas assez avec des rédacteurs de discours et des politiciens. Mais pour ce que je sais, même les  personnes sans-domicile-fixe auront tous leur hélicoptère personnel ou leur ceinture éjectable en 2088. Personne n’aura à quitter la maison pour aller au travail ou à l’école ni n’aura même à s’arrêter de regarder la télévision. Tout le monde sera assis toute la journée, manipulant des liens sur leurs ordinateurs avec tout ce qui existe, et buvant du jus d’orange avec des pailles comme les astronautes..

Bien à vous

Knut Vonnegut

 

Traduction Elisabeth Guerrier

 

Advertisements