La monopolisation de l’Amérique : le plus important problème économique dont vous n’entendez jamais parler. Robert Reich

Le signe est toujours ostensible, seule son interprétation change. La passion sans borne pour les “marques”, dite comme telle ou uniquement pratiquée dans l’intimité de la construction de soi, est un des stigmates de l’absorbtion de codes, applicables à toutes les aires de la vie où chacun a le sentiment de créer sa propre expérience en tant d’individu unique. Cette individualisation intégrée comme une réalité psychique de  “l’hyperconsommateur expérienciel”* se crée dans le contexte d’un lien spécifique et clos sur lui-même entre l’objet-marchandise et le consommateur, évacuant la réalité des pratiques périphériques des autres consommateurs pour se centrer sur la nature supposée, et décrite d’une façon forcenée comme telle, d’unicité du choix et de la signifiance d’excellence qu’il indique pour celui ou celle qui l’opère. Il va de soi que l’accès à la connaissance de ce qui et de qui manipule l’illusion d’une profusion de possibilités dans l’objet-marchandise ne peut que remettre en jeu cette pseudo-liberté consumériste et ne faire valoir que la prison dorée qui l’entoure.EG

* ” Gilles Lipovetsky “Le bonheur paradoxal”  Essais folio Gallimard 2013 p.150

La grande lessive Hommage aux Oligopoles. P&G ” Au plus près de la vie “

Et dans la perspective de ce monde lobbyisé où le politique n’a plus comme fonction que de s’adapter aux initiatives technocratiques. Walmart entreprend de polliniser avec des drônes.

Le monopole de l’Amérique : le plus important problème économique dont nous n’entendons jamais parler. Une seule réponse : il est temps de remettre au goût du jour les lois anti-trust

THE MONOPOLIZATION OF AMERICA: The biggest economic problem you’re hearing almost nothing about

There’s only one answer: It is time to revive antitrust.

Robert Reich / Robert Reich / Op-Ed – May 7, 2018

Il y a peu de temps j’ai rendu visite à des fermiers du Missouri dont les bénéfices disparaissent. Pourquoi ? Monsanto à lui seul possède la clef génétique de 90 % des plans de soja récoltés par les agriculteurs des US et de 80 % du maïs. Ce qui signifie que Monsanto peut élever librement ses coûts. Les fermiers sont étranglés d’un autre côté également, parce que les groupes agro-alimentaires auxquels ils vendent leurs produits sont  eux-aussi devenus des méga-compagnies qui ont un tel pouvoir sur le marché qu’ils peuvent diminuer les prix payés aux agriculteurs. Ce qui ne signifie pas des prix plus bas pour vous quant à la nourriture. Mais signifie de plus gros profits pour les monopoles.

Des monopoles partout.

L’Amérique avait des lois anti-trust qui empêchaient les corporations de monopoliser les marchés et dissolvaient souvent les compagnies coupables les plus importantes. Plus maintenant. C’est une redistribution cachée d’argent et de pouvoir de la majorité des Américains vers l’exécutif des corporations et les riches actionnaires

Vous pouvez penser que vous avez beaucoup de choix, mais regardez de plus près :

  1. Les quatre plus grandes compagnies d’agro-alimentaire contrôlent 82 % du conditionnement du bœuf, 85 % de la transformation du soja, 63 % du conditionnement du porc, et 53 % du conditionnement du poulet.
  2. Il existe de nombreuses parques de dentifrice mais 70 % de l’ensemble ne vient que de deux compagnies.
  3. Vous pouvez penser avoir le choix parmi les lunettes de soleil, mais elles viennent toutes ou presque d’une seule compagnie : Luxottica. Qui possède aussi pratiquement tout le marché des montures de lunettes.
  4. Pratiquement tous les ceintres en plastiques d’Amérique sont faits par une seule compagnie : Mainetti
  5. Quelle marque d’aliments pour chat devriez-vous acheter ? Il semble qu’il en existe beaucoup mais que derrière elles ne soient que deux compagnies.
  6. Et les produits pharmaceutiques ? Oui vous pouvez vous procurer les génériques bon marché. Mais les compagnies pharmaceutiques payent en fait les fabricants de médicaments génériques afin qu’ils repoussent la mise sur le marché des versions moins onéreuses. De tels «  payer pour un délai » sont illégaux dans d’autres économies avancées, mais les renforcement anti-trust n’ont pas touché un seul de leurs cheveux. Ils nous coûtent aux environs de 3.5 milliards par an
    7. Vous pensez que votre assurance santé couvrira les coûts ? Les assurances santé elles aussi fusionnent. Ce qui est la raison pour la montée en flèche des coûts des premiums, copaiements, et des déductibles.
  7. Vous pensez avoir un grand choix quand vous achetez un billet d’avion ou faites une réservation d’hôtel ? Erreur. Vous n’en avez que deux, Expédia a fusionné avec Orbitz, ce qui ne fait plus qu’un compagnie, et il y a Priceline.
  8. Et en ce qui concerne le câble ou les fournisseurs internet ? Il n’y en a que quatre. Et deux d’entre eux ont annoncé qu’ils allaient fusionner.

Pourquoi le monopole en Amérique est-il un énorme problème.

Le problème avec toutes ces fusions entre les mains d’une poignée de firmes géantes est qu’elles n’ont pas besoin d’être en compétition. Ce qui signifie qu’elles peuvent faire et font monter les prix.

De telles fusions maintiennent les salaires au plus bas. Les travailleurs ont moins le choix de leur employeur tout en ayant plus de peine à obtenir une augmentation. Quand le marché local du travail est dominé par exemple par un hypermarché (big box)  ou par une seule chaîne de distribution, ce sont eux qui déterminent le niveau des salaires dans leur sphère géographique. De telles consolidations maintiennent bas les salaires. Les salariés ont moins de choix dans leurs employeurs et plus de difficultés à obtenir une augmentation. Quand le marché du travail local est dominé par un consortium uniquement, ou une marque de grande distribution par exemple, ces firmes déterminent le niveau des salaires pour la zone.

Ces corporations gigantesques ont aussi une grande influence politique. Et c’est une des raisons pour leur consolidation : le pouvoir. Les lois antitrust étaient supposées arrêter ce qui est en train de se produire. Mais aujourd’hui, elles sont presque lettre morte. Et ceci vous endommage.

Nous avons oublié l’histoire

La première loi antitrust a été votée en 1890 quand le Sénateur John Sherman a répondu à une colère populaire concernant les énormes cartels des chemins de fer, de l’acier, des télégraphes et du pétrole – alors appelés trusts qui dirigeaient alors les USA

Une poignée de responsables de corporations connus en tant que «  robber barons » présidaient à tout cela, amassant des fortunes aux dépends des travailleurs qui triaient de longues heures souvent dans de dangereuses conditions pour un maigre salaire. Les corporations dupaient les consommateurs et corrompaient la politique.

Puis, en 1901, le réformateur progressiste Teddy Roosevelt devint Président. Au même moment le public américian exigeait une action. Dans son premier message au Congrès, en Décembre 1901, seulement deux mois après avoir occupé la Présidence, Roosevelt avertit : «  Il existe une conviction répandue dans l’esprit du peuple américain que les grandes corporations, connues sous le nom de trusts sont dans certains de leurs aspects et tendances dangereuses pour le bien-être populaire général. » Roosevelt utilisé le Sherman Antitrust Act pour attaquer la Nothern Securities Company, une compagnie géante de chemins de fer dirigée par JP Morgan, l’homme d’affaire le plus puissant de la nation. La Cour suprême des US soutint Roosevelt et ordonna le démantèlement de la compagnie.

En 1911, le John D. Rockefeller’s Standard Oil Trust était démantelé aussi. Mais lors de sa décision, la Cour suprême altéra le Sherman Act, ajoutant que les restrictions du commerce de monopole étaient critiquables uniquement si il était considéré comme « déraisonnable ». “unreasonable” – et que c’était à la cour de le déterminer. Lors de l’élection présidentielle de 1912, Roosevelt, qui se représentait à la présidentielle mais cette fis comme candidat du troisième parti, dit qu’il autoriserait certaines concentration d’industries lorsque’il y aurait une efficacité économique due à leur grande échelle.  Il aurait alors un comité d’expert régulant ces grandes corporations pour le bénéfice public. Woodrow Wilson, qui finit par gagner ces élections et son conseiller Louis Brandeis, optèrent pour une vision différente. Ils ne pensaient pas que la régulation fonctionnerait et que tous les monopoles devaient être démantelés. Pendant les 65 années qui suivirent, les deux positions se maintinrent. Il y eu des lois anti-trust fortes avec des régulations qui gardèrent le contrôle sur les corporations. La plupart des grandes fusions furent prohibées.

Même celles de grande taille étaient considérées comme un problème. En 1945, dans le cas United States v. Alcoa (1945), la Cour suprême a décidé que même si Alcoa n’avait pas acquis un monopole, elle en était devenue un en prenant une telle ampleur qu’elle était coupable de violation du Sherman Act.

Qu’est devenue la loi anti-trust ?

Tout a changé dans le années 80, après que Robert Bork, avec qui incidemment j’ai étudié les lois anti-trust à l’Ecole de droit de Yale puis avec qui j’ai travaillé lorsqu’il est devenu Avocat général sous le Président Ford – ait écrit un livre influent nommé «  Le paradoxe de l’anti-trust, qui soutenait que le seul but du Sherman act était le bien être du consommateur. Bork affirmait que les fusions et les grandes tailles créent presque toujours de l’efficacité qui permet de faire baisse les prix, et que dans ce contexte, elles devraient être légales. Les idées de Bork étaient en relations avec la conservatrice Ecole de Chicago, Chicago School of Economics, et trouva une audience fin prête dans l’administration Reagan. De même que sous mandat démocrate. Bork avait tort. Mais depuis lors, les antitrust ont quasiment disparus.

Le monopole de la «  high tech »

Nous assistons au déclin de la compétition même dans les industries de pointe et dans la haute technologie. Dans la nouvelle économie, l’information et les idées sont la forme de propriété la plus valorisée. C’est là qu’est l’argent. Nous n’avons jamais vu de concentration de cette ampleur auparavant. Google et Facebook sont là où maintenant les Américains cherchent leurs informations. Pendant ce temps, Amazon est le premier arrêt pour la moitié des Américains cherchant à acheter quelque chose. Nous évoquions le pouvoir.Contrairement à une vision conventionnelle de l’économie américaine grouillant de petites compagnies innovantes, la réalité est tout à fait différente. La proportion à laquelle les nouvelles compagnies se sont créées aux US a remarquablement ralenti depuis les années 70.  Les brevets généralisés, les plate-formes standards, les flottes d’avocats poursuivant les rivaux potentiels, les armées de lobbyists ont créé des barrières formidables pour les nouveaux arrivants. Le moeur de recheche de Google est si dominant que «  to google » est devenu un verbe.

L’Union européenne a poursuivi Google par l’intermédiaire de la loi anti-trust, l’accusant de forcer les usagers de son moteur de recherche vers ses propres plateformes d’achats. Et en juin dernier, Google a dû s’acquitter d’une amende record de 2.7 milliards. Mais pas en Amérique. Il est temps de redonner vie à l’anti-trust. Les pouvoirs économique et politique ne peuvent être séparés parce que des corporations dominantes gagnent de l’influence sur l’organisation, la maintenance et le renforcement du marché sur le plan politique- ce qui augmente encore leur pouvoir. Alors que le but premier de la loi anti-trust était de prévenir cela. Le « big tech » comme les laboratoires pharmaceutiques, les assurances, l’agriculture et les géants finaciers, dominent maintenant à la fois l’économie et le politique. Il n’y a à cela qu’une seule réponse : remettre en fonction les lois anti-trust.

Robert Reich

http://robertreich.org/

Robert B. Reich est Chancellor’s Professor de politique publique à l’Université de Californie  à Berkeley, Senior Fellow au Blum Center for Developing Economies. Il a exercé en tant que Secrétaire d’état au travail sous l’administration Clinton et s’est vu nommé par le Times magazine l’un des dix secrétaires de cabinet les plus efficaces du 20ième siècle,. Il a écrit quatorze livres, y compris les best-sellers « “Aftershock”, “The Work of Nations,” et “Beyond Outrage,” et , son plus récent, “Saving Capitalism.” Il est aussi le fondateur de l’American Prospect magazine, membre du burau de Common Cause, et memebre de l’American Academy of Arts and Sciences, co-fondateur de l’association Inequality Media and co-créateur du documenaire récompensé «  Inequality for All ».

 

Article lié ” The state of competition and dynamism: Facts about concentration, start-ups, and related policies “. The Brooking Brief

 

Traduction : Elisabeth Guerrier

 

Le sucre est l’alcool des enfants Robert Lustig

 Le sucre est “ l’alcool des enfants”, pourtant nous le laissons dominer sur la table du petit-déjeuner breakfast table

Robert Lustig

 

1710

En moyenne, les céréales contiennent l’énorme quantité de 12 grammes de sucre, tout compris, dans leur présentation habituelle matinale.Photograph: Stockbyte/Rex Features

 

Avec les enfants consommant la moitié de leur dose de sucre journalière le matin, il n’est pas étonnant qu’ils soient atteints de diabète et de maladies du foie. Il nous faut nous battre contre les intérêts des multinationales.

Le petit-déjeuner est considéré par la plupart des experts en nutrition, y compris par la Public Health England, comme étant le repas le plus important de la journée. Il permet à votre cerveau et à votre métabolisme de se mettre en route et il supprime l’hormone de faim dans votre estomac de façon à ce que vous ne mangiez pas trop au déjeuner. Mais dans nos vies occupées, il est facile de se tourner vers ce qui est vite fait, bon marché ou possible à consommer rapidement. Des céréales froides, des flocons d’avoine tous prêts. Pour ceux gardant  les anciennes habitudes du «  Je vais servir quelque chose de chaud pour le petit-déjeuner »,  c’est un sandwich à chauffer au micro-onde. Tu dois y aller maintenant ? Une barre de granola, une barre protéinée, ou un smoothie au yoghourt.

Hélas, comme l’a découvert l’enquête du National Diet and Nutrition , ce que vous faites c’est de donner à votre enfant une énorme quantité de sucre avant de les faire partir : en moyenne la moitié de leur dose quotidienne. Il y a une raison pour laquelle l’ Organisation mondiale de la santé et le Département de l’agriculture des Etats unis   ont fourni des indices de limites maximales pour le sucre, parce qu’un régime trop riche en sucre cuit le foie et le cerveau de votre enfant; exactement comme l’alcool.

L’alcool fournit des calories mais pas de nourriture ( 7kcal/g). Il n’implique pas de réaction biochimique. Consommé régulièrement et à forte dose, l’alcool est toxique, indépendamment de ses calories et de la prise de poids qu’elles entraînent. Tous ceux qui y sont exposés ne deviennent pas dépendants mais suffisamment pour justifier une taxe et des restrictions d’accès, spécialement pour les enfants. Clairement, l’alcool n’est pas une nourriture- c’est une drogue dangereuse, parce qu’il est à la fois toxique et addictif.

Le sucre compris dans l’alimentation est composé de deux molécules : le glucose et le fructose. Le fructose, tout en étant source d’énergie ( 4kcal/g) est tout de même vestigial pour l’humain, encore, il n’entraîne pas de réaction biochimique. Mais le fructose est métabolisé par le foie exactement de la même manière que l’alcool. C’est pourquoi, quand il est consommé régulièrement et à fortes doses, le fructose est tout autant toxique et addictif,  indépendamment de ses calories et de ses effets sur le poids. Et c’est pourquoi vos enfants contractent maintenant des maladies dues à l’alcool,  (des diabètes de type deux et les stéatoses hépatiques) mais sans l’alcool, parce que le sucre est «  l’alcool des enfants »  et tout comme avec l’alcool, les boissons à fort taux de sucre sont liées à des problèmes comportementaux chez les enfants.

En moyenne, les céréales contiennent la quantité énorme de 212 grammes de sucre, tout compris, dans une portion moyenne. Aux USA, en 2011, l’Environmental Working Group (EWG) a identifié 17 marques de céréales pour le petit-déjeuner  dirigées vers les enfants dans lesquelles il sucre ajouté constituait plus de 50% de calories et 177 dans lesquelles il constituait 40% ou plus. En dépit de la notoriété de cette information, l’ enquête suivante  de l’EWG en 2014 a note qu’une seule marque de céréales pour le petit-déjeuner  parmi les pires de la liste avait réduit sa quantité de sucre.

Voici deux exemples des stratagèmes mis en œuvre par les multinationales pour accoutumer vos enfants au sucre. Considérons le son aux raisins secs, juste du son et des raisins n’est-ce pas ? Il y a 19 grammes de sucre dans une portion, mais le raisin n’en offre que 11 grammes. C’est parce que les raisins sont imbibés d’une solution de sucre afin de les rendre beaucoup plus sucrés. Deuxièmement, mes favoris – Lucky Charms – ils sont “ magiquement délicieux “-. Pourquoi ont-ils des marshmallows dans leur boîte ? Parce que les céréales coûtent plus cher que les marshmallows. Ils occupent de la place dans leur boîte et pourtant la compagnie les taxe plus. Une grande stratégie pour les affaires.

La conspiration du sucre

Mais ceci ne s’arrête pas là. Considérons un pot de yoghourt à la grenade, qui contient 19 grammes de sucre. Un yoghourt simple en contient 7 grammes, tout en lactose ( le sucre du lait) ce qui n’est pas un problème. Voilà pourquoi chaque yoghourt à la grenade contient 12 grammes de sucre ajouté. De plus l’industrie cache bien le sucre. Il existe 56 noms différents pour le sucre; en choisissant différents sucres comme le cinquième, le sixième, septième ou huitième ingrédient, il peut rapidement être ajouté aux ingrédients principaux. La US Food and Drug Administration a promis de changer les indications  afin d’abolir ces pratiques, mais l’EU doit encore donner suite.

Voici un des dangers les plus pernicieux dansla nourriture des enfants et des nouveaux-nés En 2015, le Centre de contrôle des maladies (US Centers for Disease Control) a examiné les informations nutritionnelles de 1074 produits alimentaires à l’usage des enfants et des nouveaux-nés. Il a trouvé que 32% des repas pour nouveaux-nés, la majorité des en-cas pour enfants et les jus de fruits pour les enfants contenaient au moins une source de sucre ajouté, avec 35% des calories provenant du sucre.

Ne laissez pas votre enfant devenir perdant en succombant aux intérêts des multinationales. Faites leur prendre un vrai petit-déjeuner de champion.

Les enfants consomment la moitié de leur dose de sucre au petit-déjeuner; Une étude.

La Santé publique du Royaume-uni a lancé une application pour lire les codes-barres après avoir trouvé que les moins de dix ans consomment trois fois plus de sucre que la limite recommandée.

4156

Les céréales sucrées, avec les boissons et les pâtes à tartiner, contribuent en moyenne à fournir 11 grammes de sucre pris par les enfant avant qu’ils se rendent à l’école. Photograph: Alamy

 Matthew Taylor

Les enfants en Angleterre consomment la moitié de la limite recommandée de leurs apports en sucre au petit-déjeuner, et à la fin de la journée ont absorbé plus de trois fois la limite supportable, selon une étude Public Health England (PHE).

L’étude, basée sur l’enquête annuelle de  National Diet and Nutrition Survey, a trouvé qu’en moyenne les enfants aborbent l’équivalent de trois morceaux. de sucre – 11 grammes- avant d’aller à l’école, principalement des céréales sucrées, des boissons  et des pâtes à tartiner mais qu’en dépit de cela huit sur dix parents pensaient que le déjeuner,de;leur;enfant était sain.

La PHE lance une campagne afin d’éveiller la vigilance sur les problèmes de santé liés au trop grand apport de sucre. Ils ont développé une application afin que les consommateurs puissent déterminer combien les produits contiennent de sucre, de sel et de graisse.

«  Les enfants consomment beaucoup trop de sucre et la plus grande quantité est consommé avant leur première leçon quotidienne “ dit  Alison Tedstone, la nutritionniste responsable de PHE. “Il est crucial que les enfants prennent un petit- déjeuner sain mais nous savons que les matins dans une maison active peuvent être compliqués. C’est pourquoi nous avons développé cette application Food smart, afin de réduire la pression pesant sur certains parents et à les aider à choisir des aliments et des boissons plus équilibrés pour leurs enfants. »

La dose maximum recommandée pour une enfant entre 4 et 6 ans est de cinq morceaux de sucre par jour, pour un enfant entre 7 et 10 ans, elle est de six morceaux par jour. L’étude de la PHE basée sur une enquête représentative de 100 personnes a trouvé que les enfants de moins de 10 ans consommaient en moyenne plus de trois fois ces quantités.

.Sara Stanner, Directrice du departement des sciences à la Fondation britannique pour la Nutrition dit : “ quand nous analysons les petits –déjeuners des familles à travers l’Angleterre, nous sommes inquiets de voir la grande quantité de sucre libre et la faible quantité de fibres dans beaucoup d’entre eux.

«  Nous savons qu’un petit-déjeuner équilibré peut contribuer d’une façon importante à l’apport vitaminique et minéral et que sa consommation est liée à des résultats positifs sur la santé. Il y a beaucoup d’autres solutions plus saines disponibles et nous devons donc mener des campagnes comme Change4Life afin d’aider les familles. »

La Obesity Health Alliance, un groupe de plus de 30 organismes caritatifs majeurs, colléges médicaux et groupes de campagne, a également favorablement accueilli le changement, disant que les outils en ligne qui permettaient de vérifier le sucre et les graisses dans les produits de consommation pouvait aider les parents et les familles à faire de meilleurs choix alimentaires.

Plus d’un enfant sur cinq est en surpoids  ou obèse en commençant l’école primaire et le nombre monte à un tiers quand il la quitte.

Le gouvernement de Theresa May’ a été largement critiqué en 2016 après avoir  abandonné ses engagements précédants  de mettre des limites aux publicités pour la nourriture toxique et sur le rayonnage des produits malsains dans les magasins.

4528

 Le chef et responsable de la campagne pour une nourriture saine Jamie Oliver. Photograph: ITV/Rex/Shutterstock

Le chef et militant Jamie Oliver accuse les ministres d’abandonner les jeunes enfants et leurs parents en décrivant les stratégies pour combattre l’obésité comme “ les mêmes vieux trucs qui ne marchent pas depuis vingt ans.”

Comme part de la stratégie, le gouvernement est supposé créer     une taxe sur le sucre à partir d’avril 2018, qui va augmenter le prix des sodas. Il a dû subir des pressions de la part de l’industrie pour réduire ou éliminer cette taxation.

La Obesity Health Alliance dit qu’il est important que le gouvernement continue à appliquer une lutte robuste contre l’obésité.

« Les choix de santé ne sont pas toujours des choix faciles, il est donc important que nous ayons des mesures comme la taxation des industries des boissons non alcoolisées et le programme de réduction du sucre, du sel et des graisses afin d’aider à créer un environnement plus sain global. »

Le PHE va lancer cette campagne à travers la télévision, la publicité d’affichage extérieur et le net à partir de mardi. Plus de 4.5 millions de packs gratuits “ Be food smart” seront distribués aux enfants d’âge scolaire via les écoles et les autorités locales, un spectacle fera le tour d’Angleterre à partir du 9 janvier.

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier

 

Enquête ” A spoonful of sugar” sur le lobbying du sucre par a Corporate European Observatory

 

Coke et Pepsi cherchent à vous vendre du soda soi-disant artisanal Tom Philpott

 

Face à la complexité des enjeux et aux risques encourus par l’essence vitale elle-même, on se sent démunis, tenus de s’éparpiller dans des directions toujours plus nombreuses pour comprendre et affronter des problèmes qui sont souvent tous de nature systémique et liés les uns aux autres même si ces liens ne sont pas palpables. N’oublions jamais que la qualification même du fonctionnement social est celle de ” Société de CONSOMMATION “. Terme qui, entre parenthèse, à quelque peu disparu du lexique actuel peut-être à cause de son poids signifiant alors qu’il reste une des seules définitions de l’essence même, avec la guerre d’invasion et l’impérialisme, des caractéristiques du monde néo-capitaliste. Une des voies d’accès et de prise de pouvoir est, dans un régime oligarchique totalitaire basé sur le marché et la rentabilité cynique du Big Business, celle de celui ou celle qui est la base même de ce système, le CONSOMMATEUR. C’est lui et lui seul qui décide même si tout est fait pour le transformer en ventre muet et en manipulateur de carte de crédit. Cet article sur les travers qu’ont à affronter deux des industries iconiques du libéralisme global, Coke et Pepsi donne une parfaite démonstration de ce pouvoir détenu, sinon attribué au consommateur. Consommer est un acte hautement politique. Prouvons-le. E.G

Coke and Pepsi are trying to sell you pretend craft soda

Par  Tom Philpott

Mercredi 24 Juin

bn-it502_pepsic_j_20150604153243 Juste ajouter des moustaches : la nouvelle ligne “Stubborn” de Pepsi vous donnera accès à un ” Rituel de la fontaine à soda ” Photo: PepsiCo

Vendre des volumes gigantesques d’eau du robinet colorée, sucrée, et pétillante à un marché obèse en croissance n’est plus ce que c’était. Les ventes de soda aux US ont décliné de 10% dans la seule année 2014.

Pendant un temps, les géants Coca et Pepsi ont pu se tourner vers les sodas allégés pour faire une pause. Mais maintenant, les produits artificiellement sucrés perdent leur popularité, même plus rapidement que les sodas de base.- les ventes des boissons allégées ont chuté de près de 20% depuis leur pic de 2009 et on attend un autre plongeon de 5% supplémentaires cette année.

La ligne «  artisanale » de PepsiCo inclut des parfums comme cerise noire et estragon, orange hibiscus, crème d’ananas, et agave à la crème de vanille.

Voilà qu’entre leur nouveau sauveur : « Le soda artisanal ». Exactement comme les deux plus grandes marques de bières au monde vient leurs ventes décliner alors que des dizaines de brasseurs arrivistes participent à un développement rapide de la bière artisanale, les Big Sodas ont vus des petits joueurs comme Jones Soda et Reeds  croître rapidement, défiant la chute des sodas sur le long terme.  Et tout comme la Big Bière, les géants du soda ont choisi l’approche «  Si tu ne peux pas les battre, rachète les ou imite les. »

La motivation est claire. Non seulement les sodas artisanaux augmentent leur popularité alors que la catégorie générale s’effondre,  mais les prix qu’ils offrent sur le marché sont beaucoup plus doux.  Pour un pack de 12 Pepsi de 33 cl vendu pour la modique somme de 5 dollars, Reeds propose au même  prix un pack de 4 de sa Gingerale.

L’Associated Press rapporte que PepsiCo a récemment annoncé ses plans pour une nouvelle ligne de sodas « artisanaux » nommée “ Stubborn” (Têtu)  avec des parfums incluant cerise  noire et estragon, orange et hibiscus, crème d’ananas et agave à la crème de vanille. Sucrés avec du sucre de canne à la place du sirop de maïs très chargé en fructose, ils seront initialement servis dans des fontaines à sodas, par des machines spéciales qui servent ce que la compagnie désigne par  «  un rituel de la fontaine à soda». (Apparemment les cadres en charge de ce truc devront fournir leur propre moustache de jeune homme branché) *(Hipster mustache)

Le lancement imminent de Stubborn ( la date a été annoncée) n’es pas la première incursion de Pepsi dans le marché bourgeonnant du soda-alternatif. Plus tôt cette année ils ont lancé  « Mountain Dewshine » ( à peu près : éclat de rosée en montagne) une version plus claire et sucrée de la boisson vert-sordide, chargée au sirop de maïs et à la caféine. Employant un schéma commercial éculé en comparant la boisson à un éclat de lune illicite, PepsiCo a souligné la nature  « artisanale » de Mountain Dewshine en ne le rendant commercialisable qu’ en bouteille de verre. L’année dernière, la compagnie a introduit le Caleb’s kola  « une boisson à base de produits du commerce équitable, sucre de canne, noix de kola d’Afrique, un mélange spécial d’épice du monde entier et un zest de citron » (Caleb se réfère à Caleb Bradham, qui, en 1890 développa la recette du Pepsi. Bloomberg Report.)

33 cl de Mountain Dewshine apportent 42 grammes de sucre – Presque autant que le sucre contenu dans un Mountain Dew ( 46 grammes)

Le rival Coca-Cola est aussi en train de tester les eaux manufacturées.  En Juin, la compagnie lançait le Hansen et le Blue Sky, marques de «  soda naturel » – apparemment le premier mouvement fait par sa nouvelle unité de Boissons Artisanales, que Coca Cola a montée en Mars, selon le rapport du Wall Street Journal. La compagnie doit encore lancer un produit artisanal fait maison, mais étant entendu qu’elle a cru bon de dévouer une unité entière à ce concept, nous allons certainement entendre parler d’un projet de soda artisanal d’ici peu de temps.

La question est, se revêtir du halo « artisanal » suffira-t-il à raviver les chances chancelantes du Big Soda ?

Je pense que non. La brasserie artisanale s’est développée intensément durant ces dernières années parce que les consommateurs étaient fatigués des produits sans goût comme Bud et Miller et commencèrent à chercher ailleurs de plus robustes alternatives. Avec les boissons non alcoolisées, par contre, les gens ne cherchent pas des produits gazeux, saturés de sucre et ayant plus de goût. Ils en ont juste assez des boissons trop sucrées. Point. Parce qu’il est de plus en plus clair que des énormes quantités de sucre génèrent des effets désastreux sur la santé, de l’obésité au diabète jusqu’à ( peut-être) la maladie D’Alzheimer. 

Comme en témoigne ma collègue Maddie Oatman au mois de Mars,  L’Organisation Mondiale de la Santé ne recommande la consommation que de 25 grammes de sucre ajouté par jour (environ 6  cuillères à café, 5ml).

mountaindeweu_500_1Une dose de Mountain Dewshine délivre aux alentours de 42 grammes de sucre presque autant qu’un Mountain Dew (46 grammes). Le business du Big Soda  était Florissant lorsque les gens n’y regardaient pas à deux fois avant d’écluser plusieurs Mountain Dews par jour. Les consommateurs qui se détournent maintenant de Mountain Dew à cause du sucre qu’il contient ne vont vraisemblabement pas faire machine arrière pour retrouver leurs vieilles habitudes simplement parce le Mountain Dew est servi en bouteilles de verre. Et qu’il est plus cher, pour l’achever.

Un article récent de Food Dive résume la situation : « Les gens aiment le soda. Ils ne boivent simplement plus autant de sodas qu’avant parce que cela ne fait plus partie de leur régime » dit Jonathan Texeira, co-propriétaire des distributeurs de boissons Refreshments Direct et de la marque Batch Craft Soda. « Occasionnellement, ils vont vouloir une bière d’origine, disons deux à trois fois par semaine, et quand ils en choisissent une, ils vont alors vouloir une bonne bière d’origine. »

le-benefice-trimestriel-de-coca-cola-en-hausse

Il y deux problèmes pour le Big Soda dans cette phrase, le premier est que lorsque les gens veulent une  « vraiment bonne bière » pourquoi se tourneraient-ils vers Coke ou Pepsi, plus connus comme des eaux grasses pour la masse, quand tant de fabricants de sodas plus petits, régionaux sont en train de fleurir ? Le second est le   morceau de « deux ou trois fois par semaine ».  Le modèle entier du business du Big Soda – ses usines immenses, ses flottes de frets, ses contrats de distribution avec des sous-traitants comme Walmart- est supposé débiter et vendre des quantités importantes de produit bon marché à un public qui considère le soda comme un produit quotidien de base, pas comme un plaisir. Je prédis que le soda artisanal restera une niche de marché – mais qui ne ramènera les bulles aux ventes de Pepsi et de Coke

* Hipster mustache  voir référence

Traduction : Elisabeth Guerrier