AMONG THE THRONG

Elisabeth Guerrier Traductions Textes

Category: Bill et Melinda Gates Foundation

La Fondation Gates est-elle une force positive. Conclusion

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

Conference on vaccines and immunization

L’homme d’affaire américain Bill Gates parle à une conférence de l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation ( GAVI) autour du thème ” Toucher chaque enfant” en Allemagne, le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de la GAVI se trouvent des gouvernements, des fabricants de vaccins, des ONGs ainsi que des organisations pour la santé et la recherche. Photo:  Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

 

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

 

Conclusion

 

Recommandations

  1. La Fondation Bill et Melinda Gates devrait être sujette d’une évaluation international indépendante et international. Ceci pourrait être organisé et administré par le Comité d’assistance au développement de l’OCDE bien que cela doive impliquer un processus de contrôle transparent et inclure la participation de différents actionnaires notamment ceux impliqués dans les projets de la Fondation.
  2. L’International Development Select Committee devrait mener une enquête au sein des relations entre le Département de développement international et la Fondation Gates afin d’évaluer l’impact et l’effectivité de toutes les activités touchant la pauvreté et l’inégalité.
  3. La BMGF a besoin de cesser de supporter l’agriculture contrôlée par les corporations qui promeut des réformes comme la privatisation des semences et encourage le développement d’apport synthétiques qui amènent les fermiers à devenir dépendants de produits onéreux chaque saison.
  4. La BMGF devrait cesser de supporter tous les projets de l’ International Finance Corporation jusqu’à ce que de sérieuses prises en compte des coûts de son hôpital privé-public à Lesotho ait été complètement et indépendamment évalués.

 

Lorsqu’elle a été contactée pour donner son point de vue sur le rapport, la Fondation Bill et Melinda Gates nous a répondu ce qui suit :

Nous apprécions cette opportunité de commenter votre rapport mais nous croyons qu’il déforme la réalité de notre fondation, de notre travail et de notre partenariat. La mission de la Fondation est d’améliorer la qualité de vie des habitants les plus pauvres du monde. C’est un défi complexe et le résoudre demandera un panel d’approches autant que la collaboration des gouvernements, des OGNs, des institutions académiques, des compagnies privées et des organisations philanthropiques. Les gouvernements ne sont positionnés que pour fournir la guidance et les ressources nécessaires à faire face à ces inégalités structurelles et assurer que les bonnes solutions touchent ceux qui sont les plus dans le besoin. Le secteur privé a accès aux innovations – par exemple en science, en médecine et en technologie- qui peuvent sauver des vies. Et nous croyons que le rôle de la philanthropie est de courir des risques que les autres ne peuvent pas courir. La bonne nouvelle est le fait que le travail partagé progresse incroyablement. Depuis 1990, le monde a réduit l’extrême pauvreté de moitié, la mortalité infantile et les décès de malaria de moitié, réduit la mortalité à l’accouchement presque de 50% et conduit l’infection HIV à réduire de 40%.

Nous croyons que les prochaines quinze années amèneront encore des améliorations significatives. Dans tout notre travail – que ce soit en aidant les femmes à avoir accès aux soins prénataux ou à s’assurer que les petits fermiers puissent produire assez de nourriture pour nourrir leur famille- nos partenaires guident nos priorités et notre approche. Nous écoutons les experts et les hommes et les femmes de terrain et  agissons en fonction de preuves. Nous avons été l’une des premières fondations à joindre l’International Aid Transparency Initiative (IATI), et nos rapports à l’OCDE et à l’International Aid Transparency Initiative (IATI), ainsi que notre politique d’Accès ouvert reflète notre engagement à un échange ouvert d’informations. Enfin, il est important de noter que la dotation qui finance la Fondation Bill et Melinda Gates est gérée indépendamment par une entité séparée, le Bill & Melinda Gates Foundation Trust. Le personnel de la fondation n’a pas d’influence sur les décision d’investissement du trust et pas d’accès à ses stratégies d’investissement ou de gestion autrement qu’à travers ce qui est disponible à travers les informations publique.”

 

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier

 

Advertisements

La Fondation Gates est-elle une force positive ? Cinquième partie

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

 

Cinquième partie : La Fondation et la privatisation des services de base. Les campagnes de vaccination

 

Favoriser l’avancée du programme de privatisation de la CHMI de l’HANSHEP est mis en oeuvre par le Results for Development (R4D) Institute, lui aussi financé par la BMGF, qui promeut également l’investissement du secteur privé dans les services de base.231 Les membres du conseil de la R4D incluent Carla Hills, l’ancienne secrétaire US du commerce, qui est présente actuellement dans les conseils internationaux de JP Morgan Chase et de Rolls Royce.232 Le financement de la BMGF pour la privatisation des services de base s’étend à l’éducation, un domaine clef pour la BMGF aux US. L’ancien PDG de la BMGF, Jeff Raikes a dit explicitement que le monde des affaires américain devrait jouer un rôle plus important dans le système d’éducation américain et que « de nouveaux types de partenariats et de collaborations entre et au sein des éducateurs et des affaires »  sont nécessaires.239  Dans cette stratégie, la fondation a été grandement critiquée par plusieurs professionnels de l’éducation américains. Par exempe, Diane Ravitch, une historienne de l’éducation et chercheuse à l’Université  de New York a écrit sur le financement constant de groupes promouvant la privatisation de l’éducation publique et ceux qui promeuvent un «  agenda anti-public état après état. » 240 ©  Département du développement international / Russell Watkins Melinda Gates s’adresse au Département britannique du développement international en 2010.

 

Conference on vaccines and immunization

Le businessman américain Bill Gates parle lors d’une conférence ayant pour thème “Toucher chaque enfant” organisée par l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation ( GAVI) à Berlin en Allemagne le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de l’Alliance, on trouve des membres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des OGNs. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

 

 

Pourquoi la Fondation Gates supporte-t-elle le monde de la finance international ?  Le IFC  est le bras du secteur privé de la Banque mondiale, promouvant le développement du secteur privé dans les pays en voie de développement. Et est déjà massivement finance, à hauteur de 16 milliards en 2014.233 L’IFC  a été critique depuis longtemps pour sa promotion des intérêts privés, notablement les compagnies minières et agricoles, en fait les remplaçant et étendant leurs opérations dans les pays en voie de développement.234 La BMGF a fourni 11 donations à l’IFC se montant à plus de 40 millions.235 Sa plus grosse donation, s’élevant à 10 millions et octroyée en 2009, a été faite afin d’aider l’IFC  à «  apporter une assistance technique aux gouvernements sur la meilleure façon d’interagir avec le secteur privé ».236 La BMGF travaille également en partenariat avec l’IFC au Fond africain pour la santé, Health in Africa Fund, un fond privé qui investit dans les petites et moyennes compagnies de soins privées de santé. En annonçant cette nouvelle initiative, l’IFC a dit que l’objet de ce financement était d’ « inclure l’amélioration de l’environnement opérationnel pour ces compagnies » travaillant dans le secteur de la santé en Afrique.237 Promouvoir les intérêts du secteur privé en Afrique est peut-être la seule raison de financement de l’IFC par la fondation Gates. Cependant le partenariat privé-public dans la santé s’est souvent avéré désastreux. L’analyse d’Oxfam sur de tels projets à Lesotho, dans lequel l’IFC était un conseiller, a montré qu’un hôpital qui était construit dans le cadre de ce programme engloutissait plus de la moitié du budget santé de Lesotho, laissant peu de ressources pour faire face à de sérieux problèmes de santé publique dans un des pays les plus pauvres du monde.  Oxfam a fait appel à l’IFC afin qu’elle stoppe son travail de conseils sur le partenariat public-privé jusqu’à et à la condition que le casa ait été complètement et indépendamment examiné.238 Le quartier général des trusts de la finance internationale  Washington DC. I 37 La BMGF est aussi un financeur direct de l’entreprise privée d’éducation britannique, Pearsons, dans ce qui est, comme le souligne le commentateur américain, Anthony Cody, un glissement vers la promotion toujours plus importante de la  «domination du marché» par une compagnie aux US. 241 Pearson, qui est supporté par la DFID, cherche aussi de nouveaux marchés dans le sud et a repéré 11 pays où il est montré que « les solutions éducatives à bon marché offrent des solutions.». 242 Quelques projets de la BMGF soutiennent les changements dans les réglementations des pays en voie de développement afin de paver la voie pour plus de fournitures privées des services de base. Par exemple, la BMGF est un member clef du  Global Impact Investing Network (GIIN), établi en 2007 lors d’une rencontre avec la Fondation Rockefeller par « un petit groupe d’investisseurs afin de discuter des besoins émergeants face à l’impact  des investissements ».243 L’impact des investissements a été décrit comme « les investissements dans les compagnies, les organisations, et les fonds avec l’intention de générer un impact environnemental et social en même temps que financier en retour. » 244 Comme membre du conseil des investisseurs la BMGF siège aux côtés d’un nombre de philanthropes et de compagnies comme JP Morgan et Goldman Sachs.245 Le Basic Services Programming Track de GIIN, qui se centre sur l’Asie du sud et l’Afrique sub-saharienne promeut « des solutions de marché afin de combler l’écart dans les approvisionnement » de services de bases.246 Un des aspects de ce programme est de « cartographier // les politiques et/ou les environnements dans lesquels les investissements dans les services de base peuvent avoir lieu ».247 Ce pourrait être la première étape du lobbying et de la stratégie pour amener les environnements à être plus favorables à la promotion de l’offre privée de services de base.

 

 

 

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

 

Le besoin d’un regard indépendant – La problématique des vaccins Several dans le contexte des financements de la BMGF a été évoquée plus haut. Il y a aussi des inquiétudes particulières touchant le financement de certaines campagnes de vaccination qui demanderait l’usage d’un regard indépendant et une analyse dont les programmes de la fondation manquent. La BMGF est devenue la principale source de financement des programmes de vaccination dans les pays en voie de développement. Elle envisage de prévenir plus de 11 millions de décès d’ici à 2020. Les programmes financés par la BMGF afin de développer et de fournir les vaccins contre la polio et la méningite ont touché des millions de personnes. La fondation a fourni 2.5 milliards à GAVI alliance afin d’acheter des vaccins et de fournir son soutien technique aux pays les plus pauvres du monde.248 Cependant, à côté de ces programmes, la BMGF est aussi accusée d’assister les compagnies pharmaceutiques qui contournent ou  omettent la régulation occidentale en sponsorisant des expériences sur des produits au rabais dans les pays en voie de développement.  Cela coûte des milliards de développer de nouveaux médicaments, principalement en frais pour conduire des expériences cliniques exigées des autorités aux US et en Europe.  La BMGF dit : « Afin d’accélérer la traduction de découvertes scientifiques en solutions applicables, nous cherchons de meilleurs moyens d’évaluer et de raffiner les interventions potentielles – comme des vaccins potentiels- avant qu’ils entrent  dans la dernière étape, coûteuse et longue, des essais cliniques ».249  Ceci semble vouloir dire que la BMGF travaillera par l’intermédiare des institutions qu’elle finance ( comme la GAVI Alliance, la Global Health Innovative Technology Fund, et le Programme for Appropriate Technology in Health (PATH)) afin de promouvoir des essais cliniques, qui bien sûr commencent sur une large échelle en Afrique et en Asie du sud au milieu des années 2000.250  Cependant plusieurs rapports lèvent de sérieuses questions sur l’impact de certains de ces essais financés par la BMGF. Certains pointent le nombre significatif de maladies et même de morts chez ceux à qui on a administré ces vaccins. Le contexte est encore plus controversé, pour qui les accusations portent sur les compagnies pharmaceutiques  utilisant les populations pauvres dans le sud comme cobayes pour tester leurs produits parce que c’est plus facile que dans le monde occidental d’y conduire des expériences médicales et de recruter des participants.251 Global Justice Now n’a pas pu vérifier la véracité de ces rapports, parce que très peu d’information publiques sont disponibles. Mais ce qui est inquiétant est la façon dont les médias ont prêté attention à ces allégations. Il semble qu’il y ait un quasi silence touchant les questions associées aux projets de la BMGF. En plus, ces projets ne reçoivent que très peu de regard critique de la part des officiels, soulevant le fait que des positions beaucoup plus indépendantes doivent être prises pour juger des programmes financés par la BMGF. Le Gardasil aux Indes faisant l’objet d’un programme de la BMGF est actuellement l’objet de poursuites avec des accusations portant sur des morts et des maladies qu’auraient entraîné le “ projet de démonstration” de ce vaccin.252 Démarré en 2009, quelques 23.500 filles se sont vues administrer ce vaccin afin de prévenir les cancers de l’utérus dans le district de Khammam Andhra Pradesh et dans le district de Gujarat. Les vaccins étaient du Gardasil et du Cervarix, le premier fabriqué et distribué par Merck, le deuxième par GlaxoSmithKline, et furent administrés sous le contrôle de membres du ministère de la santé. L’ONG à l’origine de ce projet était la PATH (Program for Appropriate Technology in Health), basée aux USA qui a reçu de nombreux dons de la BMGF ( pour plus de détails voir p.21) Son but en conduisant les essais était de créer des preuves afin de supporter l’inclusion de ces vaccins dans le programme national de politique immunitaire du gouvernement.253 Plusieurs mois après que le vaccine ait été administré, de nombreuses filles commencèrent à tomber malades et en 2010, cinq d’entre elles moururent à Andhra Pradesh et deux à  Gujarat.254 Les pétitionnaires qui sont actuellement à l’origine de ces deux procès devant la Court suprême indienne affirment qu’au moins 1200 filles dans les deux états ont souffert de sérieux effets secondaires ou du développement de désordres auto-immunitaires et exigent un traitement médical continu.255

La cause de la mort a, cependant, était contestée par le Dr. V.M Katoch, directeur général du Conseil indien pour la recherche médicale (Indian Council of Medical Research), qui a constaté que quatre décès à Andhra Pradesh n’étaient pas dus au vaccin mais à des empoisonnement, des noyades ou d’autres causes, pendant que deux des décès à  Gujarat étaient attribués à la malaria ou a des morsures de serpent.256 En 2013, une investigation du projet faite par un comité parlementaire a révélé une conclusion terrible. Il a constaté que la campagne de vaccination était une pratique à grande échelle d’essais cliniques conduites au nom des firmes pharmaceutiques et déguisées en «  étude d’observation » afin de contourner les exigences de statut.257 Le comité parlementaire a établi que «  Le PATH, en menant à bien ces essais cliniques pour le vaccin HPV à Andhra Pradesh et à Gujarat sous le prétexte d’un projet d’observation / démonstration [sic] a violé toutes les lois et les régulations exigées pour les essais cliniques par le gouvernement. En faisant cela, son seul but était de promouvoir uniquement l’intérêt commercial des fabricants du vaccin qui auraient récoltés des profits considérables si le PATH avait été capable d’inclure le vaccin HPV dans l’UIP (India’s immunisation programme)”.258 Le rapport du comité ajoute que les actions du PATH sont : « une violation Claire des droits humains de ces fillettes et de ces adolescents » et constituent  une « maltraitance. ».259 Le comité a aussi réprimandé le gouvernement pour « leur investigation bâclée sur les morts, affirmant que le lien avec la vaccination avait été déniées d’une façon identique pour les sept morts sans qu’il soit mené une enquête approfondie. »  260 En particulier, le comité parlementaire a accusé la procédure de faillir à obtenir le consentement de ceux qui participaient. À Andhra Pradesh, l’accord avait été donné par des directeurs de foyers sans le consentement parental pour plus de 2700 cas. À Gujarat, seulement la moitié des formulaires d’accord étaient signés, parmi d’autres irrégularités. Un grand nombre de parents ou de responsables étaient illettrés et ne pouvaient pas écrire même dans leur langue locale.261 Une enquête en Janvier 2015, menée par le journal anglais the Daily Mail, a questionné de nombreux garçons et filles qui ont dit qu’ils n’avaient aucune idée du fait qu’ils testaient un médicament et qui ont souffert de perte de poids, de fatigue, d’étourdissement et de problèmes menstruels.  Le journal a  révélé que des enfants âgés seulement de neuf ans ont souffert d’effets secondaires après avoir été utilisés comme des cobayes non volontaires pour un nouveau vaccin. 262 Le cas n’a pas été jusqu’ici couvert par le Guardian dont le site web sur le développement mondial reçoit des fonds de la BMGF. Non seulement le projet Gardasil est financé par la BMGF mais à l’époque, la BMGF Trust avaient des actions chez Merck. 263 Le comité parlementaire a statue : « Si le PATH avait réussi à faire inclure le vaccin HPV dans le programme  universel d’immunisation des pays concernés, ça aurait généré des profits colossaux pour les fabricants par l’intermédiaire de ventes automatiques, années après années, sans dépenses liées à la promotion. ».264 En réponse à ces critiques, le PATH a dit que le Gardasil e le Cervarix étaient en vente en Inde et dans plus de cent autres pays et que « la sécurité et l’efficacité de ces vaccins ont été testées dans de nombreuses études. » Il a ajouté qu’avant la licence indienne, des essais cliniques sur ces deux vaccins avaient été conduits et qu’ «  à cette date aucun décès n’a été attribué à la vaccination par le vaccin HPV en Inde ou ailleurs. » Il a ajouté aussi que les effets secondaires sérieux à ces vaccinations sont «  très rares ».265

 

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

NIAID le programme de vaccination contre la polio en Inde

Certains analystes ont aussi manifestés certaines inquiétudes à propos du programme d’éradication de la polio finance par la BMGF, un produit phare de la fondation et une de ses priorités, sur lequel Bill Gates a été très influent.266 La BMGF finance le Global Polio Eradication Initiative de WHO dans une tentative d’éradiquer la polio en «  touchant  chaque enfant dans sa première année dans les pays à haut risque avec des doses multiples de vaccin oral, à la fois à travers des campagnes de vaccination nationales et locales. » Le site web de la BMGF website note que : « L’Inde, qui était déclarée sans polio en Février 2012 est peut-être le meilleur exemple de la manière dont un pogramme complètement finance conduit par des leaders impliqués et des travailleurs motives peut atteindre le succès. » 267 Cependant, des critiques de la stratégie du programme de vaccination se sont levees ces récentes années, au moins en dehors des cercles officiels. Bien sûr, quelques analystes demandent à ce que le programme d’éradication de la polio soit stoppé. Par exemple, un article de 2002 publié dans le  Indian Journal of Medical Ethics par les docteurs du St Stephen Hospital à Delhi, a montré que le vaccine contre la polio semble causer une maladie cliniquement semblable qui est deux fois plus mortelle que la polio.  Les données du National Polio Surveillance Project d’Inde montre des preuves que les cas de paralysie flasque aigue (nonpolio acute flaccid paralysis (NPAFP) ont augmenté en proportion du nombre de doses de vaccins anti-polio administrés. En 2011, alors que l’Inde se préparait à se dire libérée de la polio, il y avait 47.500 cas supplémentaires de NPAFP. Les auteurs rapportent que, nationalement, le taux de NPAFP  est maintenant douze fois plus important que d’habitude et que les enfants identifié comme atteints avaient « deux fois plus de risqué de mourir que ceux avec la polio. ».268 Il a aussi été rapporté dans le Lancet que l’incidence du NPAFP avait augmenté d’une façon exponentielleen Inde après l’introduction du vaccin contre la polio .269 L’analyse par les auteurs indiens est que l’immunisation habituelle contre la polio est relativement sans danger mais que le risque augmente avec le nombre de doses. Les auteurs indiens écrivent aussi que en dépit de la  « charade à propos de l’éradication de la polio », la communauté scientifique sait depuis longtemps que l’éradication de la polio est impossible parce que les scientifiques ont synthétisé le virus de la polio dans un test dès 2002. Le virus ne peut donc pas être déclaré éteint car la séquence de son génome est connue et la technologie moderne peut le ressusciter in vitro. Ils continuent,  « amener les pays pauvres à faire des dépenses sur leur maigres ressources sur un rêve impossible lors es prochaines dix années est une faute éthique. ». Les auteurs sont fortement critiques sur le financement particulier contre la polio, connue sous le nom de financement vertical parce que,  « c’est une évidence de la façon dont les financements et les dons venant de l’étranger distordent les priorités locales. » Ils ajoutent : « Dans la perspective de l’Inde, l’exercice a été extrêmement coûteux à la fois en terme de souffrance humaine et en terme financier » Il est tentant de spéculer sur ce qui aurait pu être réalisé si les 2.5 milliards dépensés pour tenter d’éradiquer la polio avaient été investis dans l’eau, les équipements sanitaires et l’immunisation de routine… le programme d’éradication de la polio met en avant à peu près tout ce qui ne va pas avec les dons pour des projets verticaux touchant des «  maladies spécifiques » au dépend du coût dans des investissements dans des structures de santé de base orientées vers les communautés ( programmes horizontaux) ». 270 La même vision du problème des vaccins polio est présente dans un récent article du British Medical Journal par Dr Viera Scheibner, un éminent expert en vaccination, qui a fait la liste de nombreuses études montrant que la  paralysie associée aux vaccins (Vaccine-associated Paralytic Poliomyelitis (VAPP) – causée par l’administration du vaccin polio, «  avait lieu dans le monde entier partout où le vaccin anti-polio a été utilisé. » L’article conclut : « Ce n’est pas une surprise de constater que la récente campagne de vaccination de mase financée par la BMGF a donné lieu à un nombre plus élevé de cas de VAPP. Le seul moyen pour éradiquer la paralysie poliomyélitique est d’arrêter la vaccination. ».271

MenAfriVac au Tchad. La BMGF finance aussi le projet de vaccine contre la méningite, en partenariat avec la WHO et le PATH afin de développer et de fournir un vaccine afin d’endiguer l’épidémie de méningite en Afrique.  Quelques 217 millions de personnes dans 15 pays ont été vaccinées, MenAfriVac, depuis qu’il a été introduit en 2010.272 Une étude menée en 2013 de MenAfriVac couverte par The Lancet a montré que le vaccin réduisait les cas de méningite de 94%, un taux de succès significatif.273 Une petite partie de l’histoire cependant éveille des inquiétudes sur l’absence de contrôle médiatique et officiel de ces programmes. Le site US VacTruth est l’une des seules sources ayant rapporté quelques incidents en Décembre 2012, dans le petit village de Gouro dans le nord du Tchad où avait été administré le vaccin. La source écrit que 500 enfants ont été « enfermés dans leur école » et «  menacés de ne plus recevoir d’éducation si ils n’était pas d’accord pour se faire vacciner contre la méningite. » Sans que leurs parents soient au courant, les enfants ont tous reçu le MenAfriVac, qui, selon les sources, était un prduit sans licence, encore testé. Dans les heures qui ont suivi, selon VacTruth, 106 enfants ont commencé à souffrir de maux de tête,  à vomir et à montrer des convulsions sévères et des paralysies. Après avoir attendu un traitement médical qu’ils ont fini par recevoir, et qui les a soigné, chaque famille a reçu la somme non confirmée de 1000 livres sterling du gouvernement. Aucun document n’a été rendu public et ils ont été informés que leur enfants n’avaient pas été rendus malades par le vaccin. L’histoire a été publiée dans le journal local, le Voix et par une des chaînes principale au Tchad, qui a montré des images du Premier ministre alors en poste visitant les enfants à l’hôpital. Mais la campagne de vaccination a été présentée comme un succès 274 et n’a eu que peu ou pas de couverture médiatique ? Ces histoires, qui, nous le répétons pour lesquelles Global Justice Now n’a pas été à même de pousser les investigations et de valider posent toutes la question des investigations et mettent en lumière la nécessité de soumettre les programmes de la BMGF à un regard critique officiel.

La Fondation Gates est-elle une force positive ? Quatrième partie

 

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

 

Quatrième partie : la Fondation et la bio-technologie en Afrique

 

La BMGF promeut un certain nombre de priorités spécifiques à travers ses dons à l’agriculture, de nombreuses parmi elles compromettent les intérêts des petits agriculteurs tout en affirmant les protéger. Ceci comporte la promotion d’un modèle d’agriculture industrielle, l’usage croissant d’engrais chimiques et de céréales chères, sous patent, la privatisation des services d’extension et une large concentration sur les céréales transgéniques. La scientifique indienne,   Vandana Shiva a nommé a fondation Gates la menace la plus grande pour les fermiers des pays en voie de développement.159  La fondation finance l’Alliance  for a Green Revolution in Africa en favorisant l’agriculture industrielle. L’Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) est devenue l’organisation africaine la plus importante, visant ostensiblement à éradiquer la faim à travers le continent. Elle a été créée par les Gates et par la fondation Rockfeller en 2006 afin  d’améliorer l’agriculture africaine partout où c’est possible et pour le faire aussi vite qu’il est possible.160 Depuis lors, la BGMF a octroyé des fonds d’un montant de 420 millions de dollars à AGRA161, qui en pratique est un substitut de la BMGF. L’ancien PDG de la fondation Jeff Raikes et la Directrice de l’agriculture sont partie prenante du conseil d’administration de l’AGRA162, qui a été décrit par la BMGF comme  La voix et le visage de l’Afrique pour notre travail.163 En aucun cas l’ensemble du travail de AGRA n’est négatif. Certains de ses projets encouragent la santé des sols et l’agriculture féminine, par exemple, et sont vraisemblablement positifs bien qu’il ya ait peu voire pas d’évaluation de ces programmes. Cependant l’idée maîtresse d’AGRA, comme son om l’indique est de supporter l’agriculture industrielle- avec comme point central la promotion de technologies comme les semences hybrides et les engrais chimiques.  Le problème principal avec AGRA est qu’elle prépare le terrain pour une plus forte pénétration de l’agriculture industrielle et des engrais chimiques. Le site de la BMGF est de mauvaise foi sur son site à propos de ses supports à l’agriculture industrielle, il y est dit : « Nous encourageons les fermiers à adopter et pratiquer des techniques durables de culture qui les aident à faite croître plus sur moins de terre, d’eau, d’engrais et d’autres apports coûteux tout en préservant les ressources naturelles pour les générations futures. ».164 Cependant l’enjeu principal pur l’AGRA est de promouvoir de tels « apports coûteux », tout spécialement les engrais qui amène des risques pour la santé notoires, accentuent l’érosion des sols et peuvent piéger les petits dans des dettes invivables.165 La BGMF, par l’intermédiaire de AGRA est l’un des plus grand promoteur de’engrais chimiques au monde et certains fonds alloués par la BMGF à AGRA ont tout spécialement comme but de chercher à «  construire la chaîne d’engrais en Afrique ».166 Une des plus grandes donations d’AGRA, équivalent à 25 millions, a été pour l’aide à l’installation de l’African Fertiliser Agribusiness Parnentship ( AFAP) en 2012. 167 le véritable but est de   au moins doubler l’usage total des engrais en Afrique.168 En fait le Président d’alors d’AGRA,  Namanga Ngongi, un ancient official de l’ONU, a quitté son ancient poste à l’AGRA pour devenir le fondateur et actuel président de l’AFAP en 2012.169 En Août 2014, L’AGRA a publié un rapport majeur, se plaignant du faible usage des engrais par les fermiers africains. Il y est noté qu’AGRA supporte l’AFAP afin de développer la production de nouveau engrais, des opérations de stockages et de revente, avec le but initial de fournir 225.000 tonnes supplémentaires d’engrais aux fermiers dans trois pays. » (Le Ghana, Le Mozambique et la Tanzania).170 Le projet  AFAP est mené en partenariat avec l’International Fertiliser Development Centre, un organisme qui représente l’industrie des engrais.171

 

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

Davos 2003

Les priorités de la fondation sont une menace pour l’agroécologie. L’agenda de l’AGRA est la plus grosse menace directe au movement croissant pour la souverainenté alimentaire et les mèthide de cultures agroécologiques en Afrique. Ce mouvement oppose la récupération aux engrais, aux cereals hors de prix et au OGMs et à la place promeut une approche qui autorise le contrôle des communautés sur la façon dont la nourriture est produite, commercialisée et consommée. Il cherche à créer un système alimentaire qui ait vocation à aider les gens et l’environnement plutôt qu’à faire du profit pour les multinationales.172La priorité est donnée à la promotion d’une agriculture saine et de nourriture saine en protégeant les sols, l’eau et le climat et en promouvant la bio-diversité. Il ya des preuves palpables que l’’agriculture agroécologique peut augmenter les rendements d’une façon significative, souvent comparable ou plus importante que l’agriculture industrielle et est plus profitable aux petits fermiers.173  En 2011, l’alors Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation Olivier de Schutter a fait appel aux pays dans son rapport sur l’agro-écologie afin qu’ils réorientent leur politique agricole afin de promouvoir des systèmes durables qui permettent le droit à l’alimentation. Il a déclaré que : «  l’agroécologie permet des avantages qui sont complémentaires à des approches plus éclairés de l’agriculture conventionnelle comme le développement de variétés de graines au haut pouvoir de production et il affirme que «  l’évaluation de ces expériences est le challenge contemporain. »  .174 De Schutter a directement provoqué l’effort de la BMGF pour une revolution verte en demandant :  Les questions du pouvoir et de la participation sont des questions clefs ici. Il est irr&aliste de chercher à atteindre un progrès durable en combattant la pauvret& rurale simplement grâce à la technologie : la politique économique du système alimentaire, la question du pouvoir d’investissement, sont en fait des phénomènes clefs, aussi importants que les graines…Comment le paquet du Développement et de la révolution verts, des graines améliorées, des engrais chimiques et des pesticides, est-il durable dans un monde qui va manquer d’énergies fossiles et dont le contrôle sur tous ces éléments est entre les mains d’un nombre limité de très grosses corporations qui ne rendent des comptes qu’à leurs actionnaires ? 175

Favoriser les semences patentées. Un autre travail essential pour l’AGRA est la régulation des semences, sur laquelle il influence régulièrement les gouvernements africains.176 Actuellement, plus de 80% des semences viennent de millions de petits fermiers recyclant et échangeant des semences d’une année sur l’autre. Mais comme le note le Centre africian de la bniodiversité ( ACB) «  une bataille est actuellement engagée sur le système de semences africain ».177   L’ACB note que bien que l’AGRA reconnaisse la biodiversité et la pluralité dans le système de semences africain ( où les fermiers utilisent d’une façon majoritaire leurs propres semences ou des semences mise de côté.) son orientation est celle de la promotion d’une introduction d’un système commercial de semences, qui risque de permettre à quelques compagnies de contrôler la recherche et le développement, la production et la distribution. Afin de permettre aux compagnies céréalières d’investir dans la recherche et le développement, ils souhaitent en premier lieu protéger leur «propriété intellectuelle ». Ceci exige une restructuration fondamentale des lois sur les semences afin qu’elle permette le système de certification qui ne se contente pas de protéger les variétés protégées et les bénéfices qui leurs sont liés mais qui en fait criminalise tout semence non certifiée. Durant les deux dernières dizaines d’années, un long et lent processus de réforme de la législation nationale sur les semences, sponsorisé par l’USAID et le G8, avec la BMGF et d’autres ont ouvert la porte aux investissements des multinationales de la production céréalière, y compris l’acquisition de toute entreprise productrice de semence du continent. Comme le note ABC, c’est une menace sérieuse pour le système des semences africain et pour la bio diversité.178 ©

 

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

Global Justice Now Global Justice Now demande à la BMGF de  « libérer les semences ». Mars 2015. Créer la demande pour la consommation et l’extension des services privatisés tout en poussant à l’usage des engrais et ses semences patentées, un autre des programmes d’AGRA depuis son implantation a été le support de petites entreprises privées fournissant les produits chimiques et les semences et les vendant aux fermiers dans plusieurs pays du continent africain. Des recherches ont montré que le réseau Malawi de vendeurs de produits agricoles était une voie de commercialisation de produits vendus par les multinationales.183 En procédant ainsi, il augmente la dépendance des fermiers aux produits chimiques et marginalise les alternatives pour une agriculture durable. Le principal fournisseur des revendeurs agricoles à Malawi est Monsanto, responsable de 67% de toutes les commercialisation.184 Un rapport d’évaluation du réseau des ventes agricoles montre que le programme a permis un croissance de 85% des ventes des revendeurs et qu’ils ont vendu 10.908 tonnes de semence et 18. 071 tonnes d’engrais entre 2007 et 2010. Environ 10 maïs hybrides ont été vendus – cinq de chez Monsanto et cinq d’autres compagnies, Seed.co.185 Que le réseau de ventes céréalières Malawi tendent à créer de la demande auprès des agriculteurs pour les produits fournis par les multinationales de l’agro-industrie est explicite dans la littérature autour du projet. «  Les revendeurs… agissent comme des vaisseaux afin de promouvoir la commercialisation des produits  de nos fournisseurs, » indique un des documents sur le projet.186 De plus, la formation sur les produits des revendeurs a été fait par les producteurs eux-mêmes. Il est aussi critique de constater que ces mêmes revendeurs sont de plus en plus la source de conseils aux fermiers et une alternative aux services d’extension agricole des gouvernements.  Une évaluation de projet a montré que 44% des revendeurs du programme fournissaient des services.187 Bien sûr un rapport de la Banque mondiale note que :  « les revendeurs sont devenus les nœuds de transmission les plus importants des zones pauvres rurales, une nouvelle forme de secteur privé est en train d’émerger dans ces pays ( Kenya, Ouganda et Malawi) comme les compagnies les plus importantes de produits agricoles organisent de plus en plus des démonstrations commerciales de nouvelles technologies dans les zones rurales avec les grossistes locaux. ».188 Des variétés de semences hybrides sont régulièrement prônées comme une solution au « problème » de productivité alimentaire de l’Afrique et sont fortement promus par une variété d’organisations supportées par la BMGF. Cependant les semences hybrides sont souvent onéreuses pour les petits fermiers et peuvent les enfermer dans la nécessité d’acheter des semences chaque année.179 Les hybrides peuvent présenter d’énormes avantages mais pas toujours, et seulement dans les bonnes conditions, comme lorsqu’ils sont couples avec l’usage continu des engrais synthétiques ( qui doivent aussi être achetés), l’irrigation, des zones plus grandes de terre et la monoculture – le kit « Révolution verte ».180 Une approche de l’ agenda de la BMGF/AGRA plus positive pour la promotion des semences patentées est de promouvoir les réserves de semences et les banques publiques de semences indigènes.

La BGMF joue un rôle majeur en aidant les multinationales à entrer en force dans le nouveau marché céréalier, comme l’a montré une conférence secrète à Londres en Mars 2015, à laquelle a assisté Global Justice Now. A la conférence, co-organisée par la BMGF avec l’USAID, les multinationales ont discuté de la façon d’augmenter leur contrôle sur le secteur mondial des semences. AGRA et l’entreprise SYGENTA étaient sur la liste des invités, parmi d’autres multinationales, mais aucune organisation d’agriculteur n’était invitée. Un des buts de la conférence a été de partager ses découvertes issues d’un rapport par Monitor Deloitte sur le secteur du développement du commerce des graines dans l’Afrique sub-Saharienne. Le rapport recommande que dans les pays où la demande pour les grains brevetées est plus faible ( c’est à dire là où les fermiers utilisent leur propres réseaux de commerce de grains) le partenariat public-privé devrait être développé de façon à ce que des compagnies privées soient protégées contre « les risques d’investissement ». Il a aussi été recommandé que  les ONGs et les donateurs encouragent  les gouvernements à introduire les droits de propriété intellectuelle pour les fournisseurs de graines et aider à persuader les fermiers d’utiliser des graines commercialisées et patentées plutôt que de compter sur leurs propres variétés traditionnelles.181 Il semble que la conférence ait évoqué le marché des graines du maïs, du riz, du sorgho,  des pois à vache, de la cassave et de la patate douce en Ethiopie, le Guana, le Nigéria, la Tanzanie et le Zimbabwe.182 Tromperies sur les OGMs. La BMGF ne suggère pas qu’il faille mettre l’accent sur les OGMs. Dans l’introduction de son travail sur l’agriculture, les OGMs ne sont pas évoqués .194 dans les informations sur le projet et dans les données des fonds de la BMGF. C’est malhonnête  au regard de l’ampleur des financements des OGMs par la BMGF. C’est aussi particulièrement malhonnête étant donné que le responsable de  « l’amélioration des rendements céréaliers » en Afrique, Rob Horsh, qui vient de chez Monsanto, a dit qu’il était spécialement recruté par la fondation afin de promouvoir la «  biotechnologie ».

Conference on vaccines and immunization

American businessman Bill Gates speaks at a conference under the motto ‘Reach every child’ of the Global Alliance for Vaccines and Immunisation (Gavi) in Berlin, Germany, 27 Janaury 2015. Among the members of the vaccination alliance are governments, vaccine manufacturers, NGOs, as well as health and research organizations. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

Dans un article de 2006, Horsh écrit  qu’il a été sollicité par la fondation et informé de sa mission : «  ma mission : améliorer le rendement céréalier à travers les sciences et les techniques les meilleures et les plus appropriées, y compris les biotechnologies, pour des problèmes dans des régions incluant l’Afrique sub-saharienne. ».195 La fondation est le financeur les plus importants du monde pour la recherche sur les OGMs. Une des plus grosses controverses touchant les financements de la BMGF est son support aux recherches en modification génétique (GM). Mais parallèlement à ces recherches, la fondation finance également des activités de relations publiques et des changements de régulations nationales afin de promouvoir l’adoption étendue des GM. Il y a plusieurs inquiétudes et plusieurs dangers lies aux OGMs. Des preuves venant du lancement des OGMs dans des pays où ils ont été adoptés montrent que ces graines poussent souvent les fermiers dans l’endettement, causent des dégâts irréversibles dans l’environnement et encouragent la concentration des terres.189 L’engineering génétique a échoué dans l’amélioration des rendements et a augmenté d’une façon importante l’usage des produits chimiques et la croissance de “super mauvaises herbes” selon un rapport rédigé dans 20 pays, par des groupes de protection de la nourriture aux Indes, dans le sud-est asiatique, l’Afrique et l’Amérique du sud.190 La BMGF est probablement les plus gros financeur mondial de la recherche sur les GMs dans la grand sud. Dans une interview avec John Vidal pour the Guardian en 2012, le responsable de l’agriculture pour la BMGF, Sam Dryden, disait que « seulement » 5% de l’argent des Gates pour l’agriculture était destine à la recherché sur le transgénique et son développement. Mais comme Vidal le note, cela peut se monter jusqu’à 100 millions depuis 2007 – plus qu’aucun gouvernement ou organisme politique au monde n’a jamais financé.191 L’ONG, GM Freeze, suggère que l’ensemble est encore plus élevé, calculant que la BMGF a alloué au moins 162 millions à des projets sur les semences génétiquement modifiées entre 2005 et 2011.192 Dryden a dit au Guardian : «  Le plus nous pouvons inscrire l’option GM dans un programme gouvernemental, le mieux c’est …nous travaillons généralement via les agences de recherches nationales. Cela leur offre l’option.193 Les principaux bénéficiaires des donations de la BMGF liées aux OGMs  comprennent la African Agricultural Technology Foundation, à laquelle la BMGF a octroyé plus de 100 millions .196, et l’International Centre for Genetic Engineering and Biotechnology, basé à Trieste, qui a reçu neuf donations de 13 millions chacune .197  L’Université de technologie du Queensland qui travaille également sur les OGMs a reçu six donations pour son secteur agricole de 14 millions chacune  .198 La Fondation pousse également la recherché en Grande Bretagne. En 2012, une équipe  de scientifiques du Centre John Innes de Norwich a gagné une donation de 10 millions afin de développer des céréales génétiquement modifiées, ceci représente le plus fort investissement dans les OGMs en Grande-Bretagne.199 Le Conseil de biotechnologie et de recherche en biologie basé à Swindon a reçu une donation de 8 millions en 2010 afin de «  supporter la recherche de haute qualité sur la production durable de céréales dans l’ Afrique sub-Saharienne et dans l’Asie du sud. 200

Cibler de nouveaux marchés en Afrique.  Les principaux bénéficiaires de l’aide de la BMGF pour les OGMs sont bien sûr les géants de l’industrie biotechnologique comme Monsanto, Syngenta, Bayer et Dupont, et les compagnies agrochimiques produisant les engrais et les pesticides dont certains sont soutenus par d’autres projets et d’autres investissements de la Fondation. La Fondation Gates est en effet en train de préparer le terrain pour que ces entreprises puissent accéder à de nouveaux marchés profitables dans certains pays en voie de développement spécialement en Afrique. La BMGF favorise tout spécialement l’adoption des OGMs en Afrique, dans de nombreux cas contre l’avis public et l’opposition gouvernementale. Le projet financé par la BMGF Water Efficient Maize for Africa (WEMA) dans lequel Monsanto est un partenaire, est en train de développer un maïs résistant à la sécheresse en Afrique du sud, en Ouganda, au Kenya en Tanzanie et au Mozambique. C’est ostensiblement un projet de recherche conventionnelle mais préparant en réalité le terrain pour l’acceptation du maïs GM.201 Monsanto a donné à cette recherché un de ses plus lucrative gène tolérant à la sécheresse mais ceci pourrait être une stratégie pour permettre des essais sur le terrain et gagner l’approbation plutôt que de passer par l’habituelle démarche commerciale. 202 Les Amis de la Terre notent que le projet WEMA fournit à Monsanto l’opportunité d’influencer la regulation de la sauvegarde agrobiologique en amenant les pays participants et les nouveaux marchés ouverts à une semence «  prête pour le climat ». C’est pourquoi le WEMA semble être un cheval de Troie pressant les gouvernements à passer des lois faibles sur la protection biologique et sur la regulation des grains et ouvrant la porte à la culture d’OGMs. Dans le milieu de l’année 2015, les autorités d’Afrique du sud ont donné le feu vert à Monsanto afin qu’il vende ses semences de maïs résitant à la sécheresse pour la culture en Afrique du sud,  un bénéfice direct du projet WEMA.203 Selon le Centre africain pour la biodiversité, le WEMA vise en dernier recours à influencer l’orientation de la propriété et la concentration de la culture du maïs, de la production de semences et de leur commercialisation  principalement vers le secteur privé et en conséquence de piéger les petits exploitants agricoles  en leur faisant adopter des variétés de maïs hybrides et les engrais et les pesticides qui les accompagnent.204 Il est clair que la BMGF veut voir les OGMs introduits dans toute l’Afrique. En Juillet 2015, par exemple, Christopher Elias, le responsable du développement mondial pour la fondation, a loué le maïs gm que la fondation promeut au Kenya à travers la WEMA et la dit qu’une application afin de permettre la culture était considérée par la National Biosafety Authority. Il ajouté : «  A travers des initiatives comme la WEMA, l’Afrique peut obtenir sa sécurité alimentaire dès 2030. Si l’Afrique veut sérieusement éliminer l’insécurité alimentaire, alors les fermiers africains devraient être capables d’avoir accès à un panel d’options pour l’amélioration des semences et pour leur protection, y compris les technologies GM. » 205 De même en Mars 2013, Sam Dryden, le responsable de l’agriculture à la BMGF a dit que les OGMs étaient une question de choix pour les fermiers et a écrit qu’il attendait que 20 millions d’entre eux plantent de nouvelles variétés de semences, y compris des GM avant la fin de la décennie.206 Jusqu’à 2008, l’Afrique du sud a été le seul pays africain à utiliser les technologies GM mais a été rejoint depuis par l’Egypte, le Burkina Faso, le Soudan. Cependant le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, le Malawi, le Mali, le Zimbabwe, le Nigeria, le Ghana sont à la recherché de semences GM et procèdent à des essais sur les plans de coton, de maïs et de sorgho, partiellement grâce à des projets comme celui de la WEMA.207 Les partenaires africains de la WEMA ont effectué des démarches essentielles en promouvant les semences GM au Kenya et le principal institut de recherche du pays, KARI, a annoncé qu’il introduirait les maïs GM chez les fermiers en 2017. En Tanzanie, les chercheurs soutenus par la BMGF et la African Agricultural Technology Foundation travaillent sur les OGM dans des laboratoires en attendant le résultats des entretiens pour des essais possibles sur le terrain, certains rapports suggèrent que la Tanzanie pourrait aussi introduire son premier maïs transgénique en 2017.208 Il a aussi été rapporté que la BMGF projetait d’établir un laboratoire de biotechnologies au Nigeria afin d’améliorer la capacité biotechnologique pour des «  amélioration de semences » . 209 Un autre projet financé par la BMGF cherche à introduire des bananes enrichies en vitamine A (matooke) en Ouganda et dans d’autres pays de l’Afrique de l’est. Des essais sur le terrain ont lieu en Ouganda, utilisant des variétés développées par les scientifiques à l’université de technologie du Queensland en Australie, aussi financée par la BMGF.210 Cela a été décrit comme un «  cas clair de bio-piratage » parce que le gène de la banane originale utilisé pour développer cette super-banane est l’Asupina Cultivar, découvert il y a 25 ans en Papouasie-  Guinée et «  la propriété de droit des nations et des communautés qui l’ont développée. » d’autant plus que la «  banane rouge » riche en pré-vitamine A est déjà cultivée dans le monde sans aucun besoin de modification génétique.211 Des compagnies américaines qui produisent  la plupart des graines GM mondiales cherchent de nouveaux marchés en Afrique et tente de changer les lois de sécurité biologique africaines afin de leur permettre cette commercialisation.212 La BMGF joue un rôle majeur dans cette stratégie en supportant les relations publiques sur les OGM, ce qui est mis en évidence par les multiples dons alloués aux institutions travaillant sur les OGM et les biotechnologies.

  • En Mars 2012, elle a donné 3.99 millions à la African Agricultural Technology Foundation afin d’améliorer le partage de compétences et la conscience sur les techniques agricoles biotechnologiques afin d’améliorer la compréhension et l’appréciation.213
  • L’université d’état du Michigan s’est vu donner 13 millions afin d’aider les législateurs africains à prendre des décisions informées sur l’usage des biotechnologies.
  • En juin 2014, la BMGF a donné 5.6 millions à un autre majeur développeur et avocat des OGM, l’Université de Cornell afin «  de soutenir une plateforme de communication sur l’agriculture mondiale qui améliorera sa compréhension et ses technologies agricoles scientifiques. ».215

Le financement par la BMGF de la super-banane gm en Ouganda a été évoqué plus haut. Commentant ce projet, la scientifique et militante mondialement connue Vandana Shiva l’a appelé «  La dernière folie des ingénieurs de la génétique ».  Elle a noté que 75% des femmes indiennes souffraient d’un déficit en fer. Mais que «  n’importe quelle femme vous dira que la solution à la malnutrition est dans l’accroissement de la nutrition, c’est-à-dire dans l’accroissement de la biodiversité ce qui veut dire en conséquence planter partout des aliments riches en fer. Les femmes indiennes ont une richesse de savoirs sur la biodiverstié et l’alimentation, elles l’ont reçue d’autres générations qui l’ont également reçu de leurs mères et grand-mères.  «  Mais il y a un mythe de la création qui est aveugle aux deux, la créativité de la nature et dans la biodiversité comme la créativité et l’intelligence et le savoir des femmes. Selon ce mythe de la création du capitalisme patriarcal, les hommes riches et puissants sont créateurs. Ils peuvent posséder la vie à travers des patentes et de la propriété intellectuelle » Shiva condamne le projet des «  super-bananes » comme une  perte d’argent qui rendra les gouvernements, les agences de recherche et les chercheurs aveugles à «  des alternatives bon marché, basées sur la biodiversité, sûres, testées sur le long terme,  et démocratiques qui sont aux mains des femmes. ».220 Pour la BMGF, baser réellement ses programmes sur les besoins des fermiers en promouvant la justice économique et sociale dans le Sud exigerait des changements radicaux de sa culture corporatiste. Au pire, la fondation apparaît souvent comme une multinationale massive, intégrée verticalement, contrôlant chaque étape de la chaîne commençant dans ses bureaux de Seattle, à travers les diverses phases de la production, de la distribution à des millions d’usagers en bout de chaîne dans les villages d’Afrique ou d’Asie du sud-est.221 La recherche de GRAIN a aussi trouvé que sur les 669 millions que la fondation avait octroyé aux ONGs pour le travail agricole, plus des trois quarts avaient été donnés à des organisations basées aux US. Les organisations basées en Afrique n’en ont reçu que 4%.222 La fondation ne prête pas assez attention au savoir des fermiers ni au savoir local dans l’élaboration de ses programmes. La BMGF dit qu’elle écoute les fermiers et répond à leurs besoins spécifiques, «  Nous parlons aux fermiers à propos des semences qu’ils veulent planter et consommer, ainsi qu’à propos des défis auxquels ils sont confrontés. » Peut-on lire sur son site. 216 Bien que ceci puisse être vrai pour certains projets, l’acte d’écouter et celui de mettre en place des politiques basées sur les inquiétudes sont deux choses bien différentes. La plupart du travail de la BMGF semble négliger le savoir local. D’une certaine façon, c’est une des images de l’insistance de BMGF sur les solutions technologiques, l’absence de compte à rendre de l’organisation et ses prises de décisions d’une certaine façon personnelles, comme l’évoque tout ce qui a été noté préalablement.  Une analyse récente par l’ONG GRAIN des fonds alloués par la BMGF n’a pu trouver aucune prévue d’un support quelconque de la fondation pour des programmes de recherche ou de technologie du développement menés par des fermiers ou basés sur leurs savoirs, en dépit du nombre de ces initiatives existant en Afrique.  Les conclusions de GRAIN sont que : «  Nulle part dans le programme financé par la BMGF on ne trouve une indication qui montre que les petits fermiers africains pourraient avoir quelque chose à enseigner. »217  Au contraire, la fondation est « orientée vers l’ouverture de marches pour l’apport de nouvelles technologies en Afrique et l’ouverture des marchés pour les multinationales, plutôt que sur la construction à partir des savoirs, des compétences que les fermiers possèdent déjà. » .218 Par contraste, le seul bénéficiaire de la plus grosse donation de BMGF est le CGIAR, qui, comme note plus haut, a reçu plus de 720 millions depuis 2003. Pendant cette même période, 678 millions sont allés aux universités et aux centres de recherche nationale à travers le monde.  – dont plus des trois quarts aux US et en Europe, pour la recherche et le développement de technologies spécifiques, comme les variétés de céréales ou les techniques de croissance.  L’organisme subsidiaire de la BMGF, l’AGRA, entraîne les fermiers à utiliser ces nouvelles technologies et organise même des groupes afin de les aborder mieux mais il ne semble pas qu’une aide soit apportée aux fermiers afin de construire leur propre système d’ensemencement ou  d’organiser leur propre recherche.219 La fondation pousse vers la privatisation de la santé et de l’éducation, l’influence du secteur privé sur la santé et l’éducation a grimpé d’une façon exponentielle ces dernières années, spécialement avec une augmentation du rôle des grandes fondations privées et de partenariat public-privé. La fondation Gates est devenue un des  leaders du financement mondial des soins privés dans le sud. Elle finance aussi des projets promouvant un accroissement du rôle des associations éducatives privées. Augmenter la participation du secteur privé pour les services à la personne est hautement controversé en Grande Bretagne  comme dans les pays en voie de développement. Bien que les services de santé ou d’éducation privés existent dans presque tous les pays et peuvent présenter des bénéfices pour certaines personnes, ils ne sont pas l’objet des besoins des pays en voie de développement.  Des soins et une éducation publiques, accessible universellement, et de haute qualité devrait être la pierre de touche d’une société favorisant le bien-être de tous ses citoyens. Dans les pays en voie de développement, l’état doit être renforcé et habilité à fournir de tels services pour tous. La mise à disposition de services privés, d’autre part, tourne des besoins de base en produits accessibles  contrôlés par le marché.  De tels services sont susceptibles de n’être accessibles qu’aux riches.223 Il ya de nombreuses évidences que la promotion des marches de la santé mène à une augmentation des inégalités et à l’inefficacité. Cependant, en dépit de telles évidences, la privatisation du secteur de la santé est promue rigoureusement par des donateurs influents et par les multinationales, et est le résultat de la forte influence du secteur privé sur les politiques de soin.224 Les programmes financés par la BMGF rendent l’apport de services privés plus acceptables et plus prioritaires dans les pays en voie de développement. Les principaux bénéficiaires seront les multinationales fournissant de tels services. Aux côtés du Département britannique pour le développement international, Department for International Development (DFID), la fondation Gates est le plus gros financeur du Harnessing Non-state Actors for Better Health for the Poor, connu comme le HANSHEP.225 Le HANSHEP, qui est contrôlé par la Grande-Bretagne, est un groupe d’agence de développement et de pays, établi en 2010, cherchant à améliorer les «  secteur non publics en fournissant de meilleurs soins médicaux » L’ HANSHEP fait face « aux échecs des gouvernements qui  des marchés qui empêchent les acteurs non publics de développer certains potentiels dans les systèmes de santé».226 Son site web : «  Accroître la part du secteur privé du marché de la santé, ou bien par le financement ou par des propositions n’est pas un objectif pour les membres de l’HANSHEP ».227 Cependant, ceci est un manque d’honnêteté car le véritable but de l’HANSHEP est d’introduire e de promouvoir des systèmes de soins non étatiques dans les pays en voie de développement. L’HANSHEP a divers programmes promouvant le rôle du secteur privé dans la santé. Un d’entre eux est le partenaire African Health Markets for Equity, un investissement commun de 60 millions de la BMGF/DFID qui vise à « améliorer l’accès des pauvres à des soins de haute-qualité privés. » Opérant au Nigéria, au Kenya, et au Ghana, ce programme sur cinq ans  vise à « augmenter l’échelle et les perspectives des soins franchisés. » S’étendant du planning familial à la santé sexuelle ou reproductrice pour s’occuper aussi de la malaria,  les infections respiratoires aigües, la diarrhée, la nutrition, les soins maternels, le SIDA et la tuberculose.228. Un autre procédé de l’HANSHEP implique le Health Market Innovations (CHMI), installé à Washington, « un tissu global de partenaires qui cherchent à améliorer les fonctionnements des marchés de la santé dans les pays en voie de développement. » La Fondation Gates a financé plus de 40 projets de la CHMI .229 La CHMI promeut des initiatives qui  « rendent les soins médicaux fournis par des organismes privés accessible financièrement pour les pauvres dans le monde. 230 Elle supporte « des mises en place innovatrices et des programmes financiers qui travaillent à organiser les marchés de la santé, y compris le modèle d’implantation du secteur privé. »

La Fondation Gates est-elle une force positive ? Troisième partie

 

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

 

Troisième partie : les liens entre la BMGF et les corporations.

 

 

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

 

Les priorités de la Fondation dans son support aux compagnies. Les relations très étroites entre la Fondation et le géant des céréales et des chimiques Monsanto sont bien connues. La BMGF, qui possédait avant des actions dans la compagnie, a promu plusieurs projets dans lesquels Monsanto est le bénéficiaire, notamment dans le champ de la recherché OGM ( voir section 3) . Mais la BMGF  est la partenaire de nombreuses autres multinationales, notamment dans le domaine de l’agriculture – où la Fondation est un grand incitateur de chimiques et de semences patentées. – et dans le domaine de la santé- – où elle finance des projets dans lesquels la grosse pharmacie est la bénéficiaire. Par exemple, la Fondation travaille avec le géant Cargill sur un projet de 8 millions pour «  développer la valeur de la chaîne de soja » en Afrique du sud. Le projet est supposé durer quatre ans, commencer au Mozambique et en Zambie où il est dirigé vers 37.000 petites fermes mais il devra se répliquer dans d’autres régions. Cargill est le plus gros joueur mondial dans la production et le commerce de soja avec de lourds investissements en Amérique latine où le soja GM a déplacé des populations rurales et causé des dommages environnementaux. Le projet financé par la BMGF  rendra vraisemblablement Cargill capable de prendre possession d’un marché soja africain et de finir par introduire le soja GMs. Les finalités de ces marchés sont en relation avec l’industrie fast food, KFC, dont l’expansion sur le continent est favorisée par le projet. 108 Les petits fermiers peuvent bénéficier de ce projet mais seulement en tant que participant à la chaîne de valeur dominée par les grosses entreprises.109 La BMGF supporte également Cargill et d’autres multinationales en  fournissant 34 millions à la World Cocoa Foundation dans le cadre d’un projet tendant à «  améliorer l’efficacité commerciale, l’efficacité productive «  pour les fermiers du cacao en Afrique de l’ouest. Le projet fournit : «  des atouts correspondants aux industriels voulant se concentrer sur l’amélioration de la productivité du cacao. ». 110 La World Cocoa Foundation est un corps industriel représentant les principales compagnies alimentaires productrices de cacao comme Nestlé, Mondelez et Mars. La BMGF soutient également des projets impliquant d’autres entreprises chimiques et céréalières.

  • DuPont Pioneer est le groupe scientifique leader partenaire dans le projet finance par la BMGF de production de sorgho biofortifié. Ce qui tend à «  développer un sorgho transgénique (i.e génétiquement modifié) qui contienne un niveau plus élevé d’éléments nutritionnels , spécialement de la lysine, de la Vitamine A, du fer et du zinc. ».111
  • Syngenta est supporté par le financement de la Fondation of the Innovative Vector Consortium ( IVCC), qui cherche à développer des technologies anti-malaria. Comme partie du programme, Sygenta a mobilisé un équipe autour du spray Actellic, qui combat les insectes résistants aux insecticides.112
  • Bayer est supporté à travers le « Better Access to Safe and Effective Contraception Project », qui cherche à promouvoir la contraception pour les femmes des pays à bas revenus.113 La BMGF est aussi supposé collaborer à la promotion de la nouvelle approche chimique et de la protection biologique des semences ( i.e encourager les ventes agro-chimiques et les semences génétiquement modifiées) dans les pays du Sud.114 Certains des projets cités ci-dessus sont préoccupants en eux-mêmes. Certains, pris isolément pourraient être positifs. Mais le context est critique – les projets posent la question du financement par la BMGF des compagnies déjà avec des ressources massives à leur disposition et dont le pouvoir même est souvent partie du problème quand il s’agit de faire face à des questions mondiales. Pareillement, la BMGF supporte une quantité de laboratoires pharmaceutiques, dont certains impliquent du partenariat mondial public-privé, noté à la section 1. La BMGF a, par exemple, donné à GlaxoSmithKline deux subventions pour un vaccin anti-ebola et pour un travail anti-tuberculose et anti-malaria.115 En Juin 2013, la BMGF a aussi finance Merck afin de supporter le développement et l’enregistrement de nouvelles méthodes de traitement du schistosomiasis (une maladie cause par des vers parasites aussi connue sous le nom de bilharzia.).116 La BMGF est aussi partenaires de Merck dans leur financement conjoint du projet de partenariat African Comprehensive HIV.AID du Botswana HIV/AIDS.117 L’ONG qui a reçu les fonds les plus importants dans le domaine de la santé de la Fondation est le Programme for Appropriate Technology in Health (PATH), qui a reçu des fonds énormes, aux alentours de 1 milliard, principalement pour la recherche médicale et le développement. Ce supplément de fonds fait de PATH virtuellement un «  agent de la Fondation », selon d’expert de la santé David McCoy, écrivant dans The Lancet. 118 PATH est également fermement inclus dans l’industrie pharmaceutique. Il se décrit comme un “ innovateur en tête sur la plan de la santé mondiale et un pionnier dans l’appréciation de l’expertise et des ressources des partenaires entreprises pour conduire des innovations de taille. » PATH travaille avec plus de 60 entreprises-partenaires afin de créer « des solutions basées sur le marché » y compris des groupes pharmaceutiques comme Merck et Sanofi, la compagnie minière BHP Billiton et d’autres firmes notables – Microsoft. 119 La Fondation tire aussi profit de ses investissements dans des entreprises qui contribuent à l’injustice sociale et économique. Elle distribue des fonds à des bénéficiaires pendant que la BMGF Trust s’occupe des enjeux des dotations et investit dans les compagnies. Bill et Melinda Gates sont les seuls membres du Conseil d’administration du la Trust quand ils sont rejoints par Warren Buffet comme conseiller supplémentaire de la Fondation  .ii La plupart des fonds de la BMGF pour ses œuvres charitables dérive des investissements de la BMGF Trust dans des compagnies qui contribuent en premier lieu aux problèmes de pauvreté, d’inégalité et d’injustice.  Selon ses bilans financiers, la Trust avait 29 milliards d’investissements dans les actions et les bonds d’entreprises  en 2014.120 Les investisseurs comprennent certaines des compagnies les plus critiques au monde pour leur investissements dans les abus en droit humain ou environnemental ou en fraude fiscale.121 En ce qui concerne 2014, la BMGF Trust avait des investissements dans les compagnies minières  :
  • Barrick Gold, BHP Billiton, Freeport McMoran, Glencore, Rio Tinto, Vale and Vedanta et les Compagnies d’agrobusiness Archer Daniels Midland, Kraft, Mondelez International, Nestle and Unilever
  • Les compagnies chimiques et pharmaceutiques BASF, Dow Chemicals, GlaxoSmithKline, Novartis, and Pfizer
  • L’entreprise de boisson Coca-Cola, Diageo, Pepsico and SABMiller
  • La chaîne US multinationale Wal-Mart.

 

Comme à la fin 2014, la BMGF a aussi investi à hauteur de 852 millions en construction de la Compagnie Caterpillar, qui a été accusée depuis longtemps de complicité dans l’abus des droits de l’homme sur les territoires palestiniens occupés.122 BAE Systems, le plus grand exportateur d’armes de GB est un autre investissement. 123 La BMGF Trust a un passé d’investissement dans les compagnies de fast food qui contredit ses tentatives de politique nutritionnelle mondiale – une de ses zones d’intervention prioritaire. Elle était actionnaire chez Mac Donald jusqu’à Décembre 2014. Et est toujours actionnaire de Arcos Dorados – la chaîne la plus importante de restauration rapide et la franchise Mac Donald la plus grande au monde intervenant dans 2602 restaurants.124 Des recherches récentes par The Guardian ont montré que la BMGF Trust avait des enjeux de plus de 1.4 milliards dans les compagnies d’énergies fossiles. Les compagnies ne comprennent pas que BP mais aussi Anadarko Petroleum – qui s’est vu devoir payer récemment 5 milliards d’amende pour un nettoyage environnemental et la Compagnie de mines brésilienne Vale- élu comme la compagnie la plus méprisante de l’environnement et des droits humains dans les Awards de l’œil public annuel. L’étude du Guardian a également trouvé que la BMGF Trust avait des investissements dans 35 des 200 compagnies classes pour leurs réserves de carbones. Ceci inclut le géant du charbon anglo-américain, BHP Billiton, Glencore Xstrata et Peabody Energy et les principales compagnies Shell, ConocoPhillips, Chevron, Total et Petrobras. TCes investissements promeuvent difficilement l’un des soucis principaux de la BMGF – la santé mondiale. Un rapport récent rédigé par le Journal médical The Lancet et l’University College de Londres a conclu que le changement climatique est  la menace mondiale la plus grosse du 21ième siècle .125

Conference on vaccines and immunization

American businessman Bill Gates speaks at a conference under the motto ‘Reach every child’ of the Global Alliance for Vaccines and Immunisation (Gavi) in Berlin, Germany, 27 Janaury 2015. Among the members of the vaccination alliance are governments, vaccine manufacturers, NGOs, as well as health and research organizations. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

 

Le businessman américain Bill Gates parle lors d’une conférence ayant pour thème “Toucher chaque enfant” organisée par l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation ( GAVI) à Berlin en Allemagne le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de l’Alliance, on trouve des membres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des OGNs. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

Bill Gates a annoncé en Juin 2015 qu’il investirait 2 milliards dans des projets d’énergies renouvelables.126 Cependant, Gates a dit en Octobre 2015 que l’abandon de l’énergie fossile était une fausse solution tout en accusant les environnementalistes de fausses affirmations sur le prix de l’énergie solaire.127 Le manège des entreprises La viabilité financière de la BMGF est intimement liée à la prospérité de l’Amérique néolibérale. Non seulement le BMGF Trust investit dans des corporations mais elle utilise ses fonds pour supporter certaines d’entre elles. Comme noté plus haut, le BMGF Trust a diverses actions dans des compagnies pharmaceutiques qui bénéficient du partenariat privé-public financé par la Fondation. Elle a aussi des actions dans plusieurs compagnies produisant de l’agro-chimique et des semences qui bénéficient des grosses promotions d’engrais utilisés en Afrique (voir section 3 en-dessous). La BMGF possédait 538 millions d’actions chez Coca Cola en 2014.128 En même temps,  quelques fondations BMGF encouragent les communautés dans les pays en voie de développement à devenir des affiliés de Coca.  129 La BMGF investit en collaboration avec Coca, dans la production de fruits de la passion au Kenya pour l’exportation. Dans ce projet, 50.000 fermiers sont entraînés à produire pour la chaîne d’approvisionnement de Coca.130  La présence dans la firme Coca Cola contredit les vœux clairement explicités de la Fondation de se battre pour une alimentation mondiale. Le BMGF Trust a précédemment investi dans d’autres compagnies qui bénéficiaient de ses propres financements, notablement Monsanto et un ensemble de groupements pharmaceutiques multinationaux comme Merck (dont les actions furent vendues principalement en 2009). 131 La BMGF Trust avait des actions dans Merck à un moment où elle supportait l’African Comprehensive AIDS and et le partenariat pour la Malaria, mentionnés ci-dessus. A fortiori, le plus important investissement de la BMGF Trust est dans le groupement US   Berkshire Hathaway, dont le chef exécutif est Warren Buffett – une des valeurs sûres de la BMGF – qui a donné des milliards à la Fondation.133 Berkshire Hathaway a 60 succursales principalement basées aux US dans des secteurs comme l’agriculture, l’énergie, l’alimentation, les medias, les transports, l’électronique, la chimie, la joaillerie, le mobilier et les assurances.134 Bill Gates a aussi fait office de membre du conseil d’administration de  Berkshire Hathaway. 135 qui a des actions dans de nombreuses entreprises qui bénéficient également des financements de projets de la BMGF comme  GlaxoSmithKline et Mondelez International. 136 Nombreux parmi les ONGs et bénéficiaires académiques des donations travaillent aussi en partenariat avec des entreprises dans lesquelles le BMGF Trust investit et.ou  qu’elle supporte. Par exemple, comme note plus haut, l’ONG US PATH – le plus grand bénéficiaire des financements santé de la Fondation – travaille en partenariat avec Merck. 137  Dans le domaine de l’agriculture, l’ONG  qui a reçu les fonds les plus importants de la Fondation, ( 85 millions) est Technoserve .138, don’t la devise est « Des solutions économiques à la pauvreté » et qui fonctionne comme « catalyseur et partenaire pour renforcer les marchés », croyant  dans «  le pouvoir de l’entreprise privée de transformer les vies ».139 Technoserve est l’une des nombreuses ONGs pro-business basée aux US et supportée par BMGD en lien étroit avec USAID.

 

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

Davos 2013

 

 

La BMGF fait partie du conseil d’administration de l’America Most où travaillaient précédemment des entreprises multinationals basées aux US, y compris celles dans lesquelles elle avait investi ou prmues d’une manière ou d’une autre. C’est particulièrement le cas avec les programmes de santé de la BMGF, ainsi le travail de la Fondation dans ce domaine est mené non pas par des professionnels de la santé publique que par des anciens exécutifs de l’industrie pharmaceutique. À titre d’exemple :

  • Sue Desmond-Hellmann, le PDG de la BMGF a passé 14 ans chez Genetech, une compagnie phare du secteur de la biotechnologie et était précédemment chancelière de l’Université de Californie à San Francisco où elle a appuyé la création de recherché en partenariat avec des leaders de l’industrie comme Pfizer et Bayer.140
  • Leigh Morgan, Directeur de l’exploitation, ayant précédemment travaillé chez GlaxoSmithKline et Genentech.141
  • Emilio Emini a rejoint la BMGF en 2015 comme Directeur du HIV, venant d’une position d Directeur scientifique et Vice-Président de la recherché vaccine chez Pfizer., il était déjà Conseiller principal à la Fondation Gates de l’équipe HIV. Précédemment, Emini était le Directeur fondateur du Département de recherche antivirale chez Merck et le Vice-président de la Recherche en vaccination et en biologie de chez Merck.142
  • Keith Chirgwin, Directeur des affaires scientifiques et réglementaires à la Fondation BMGF était précédemment Président de la recherché chez Merck Labs.143
  • Penny Heato, qui est repnsable du secteur du développement de la vaccination à la BMGF était Responsable mondial de la recherche Clinique et des groups de développement pour Novartis Vaccins et diagnostiques et Directeur general des vaccins et de la recherché Clinique chez Merck Laboratories.144
  • Trevor Mundel, Président de la santé mondiale à la BMGF, qui dirige la recherche à la fondation et le développement santé, vaccins et médicaments, était précédemment investi dans la recherche Clinique chez Pfizer.145

De même façon, le travail de l’agriculture et de la communication de la fondation est largement mené par d’anciens exécutifs d’entreprises de l’agrobusiness.

  • Rob Horsch, qui est responsable de l’équipe de Recherche et de développement agricole, a travaillé à Monsanto pendnant 25 ans avant de joindre la BMGF.146
  • Sam Dryden, le chef du Développement agricole à la BMGF, travaillait auparavant chez Monsanto, à la compagnie chimique géante Union Carbide (où il a aidé à établir Dow Agrosciences, une des compagnies de graines génétiquement modifiées les plus importantes au monde) et il a été responsable de deux des plus grandes compagnies de plans GM au monde) Il a aussi été PDG de Emergent Genetics, la troisième compagnie américaine de plans de coton, qui a été vendue à Monsanto en 2005.147
  • Miguel Veiga-Pestana, Responsable de la communication à la BMGF, était précédemment vice-président des stratégies durables globales et des promotions externes chez Unilever.148

25 La Fondation et les extensions de Microsoft en Afrique – comme étude de cas, il est peut-être peu connu que Microsoft – la source de l’argent de Bill Gates – a des intérêts commerciaux majeurs en Afrique. Microsoft a 22 bureaux dans 19 villes à travers 14 pays et a un réseau de plus de 10.000 partenaires en Afrique .149 La compagnie fait des affaires en Afrique depuis 20 ans, ce qui fait remonte ses activités autour de 1995, peu de temps avant que Bill et Melinda Gates commencent leurs activités d’aide humanitaire en 1997.150 Des rapports suggèrent que les investissements de Microsoft en Afrique ont crû régulièrement, avec un accent particulier mis sur le secteur de l’éducation, ainsi que sur les services financiers et le secteur du pétrole et du gaz.151.

L’expansion de Microsoft a coïncidé avec  des activités croissantes de la BMGF sur tout le continent. La BMGF et Microsoft ont toujours été  entremêlés étant donné le rôle personnel de Bill Gates dans les deux. Pareillement deux anciens chefs de l’exécutif de la BMGF étaient à Microsoft – Jeff Raikes, qui a été une des figures clef après Gates et le co-fondateur de Microsoft Paul Allen, qui a été chef de l’exécutif dans la BMGF jusqu’à 2013.152 Ecrivant dans The Guardian, Andy Beckett a spéculé que « une suspicion demeure, s’effaçant lentement  mais encore présente, que les activités de la fondation sont comme une sorte de pénitence pour le comportement de domination mondiale de Gates avec Microsoft – ou une contribution à cette domination mondiale par d’autres moyens. ».153 Le dernier point de Beckett n’infère pas de théorie du complot mais pointe plutôt les conflits d’intérêts  entre les deux organisations de Gates. Gates lui-même voit peut d’opposition entre faire de l’argent et faire le bien. Il semble simplement rationnel d’avancer que la BMGF aide Microsoft – en promouvant le développement conduit par des multinationales en Afrique, en aidant à faire élire des gouvernement favorables à l’industrie et en entreprenant des activités qui donnent à Bill Gates un bonne aura. Microsoft voit clairement l’Afrique comme l’opportunité d’un nouveau terrain de business. La Microsoft 4Afrika Initiative, lancée en  Février 2013, est comme le dit la compagnie : « un nouvel effort à travers lequel la compagnie va s’engager activement dans le développement économique africain pour améliorer sa compétitivité mondiale. »

« L’initiative promeut le développement de Windows 8 et des applications de Windows Phone et  représentent notre implication de plus en plus importante en Afrique alors que nous célébrons notre 20ième année d’échanges commerciaux sur ce continent. Comme nous attendons nos nouvelles vingt années, nous voulions explorer de nouvelles façons de relier la croissance de notre commerce avec les initiatives afin d’accélérer la croissance sur ce continent. La Microsoft 4Afrika Initiative est construite sur la double certitude que la technologie peut accélérer la croissance en Afrique et que l’Afrique peut aussi accélérer la croissance du monde ».154

Ali Faramawy, le vice-président de Microsoft pour  le Moyen Orient et l’Afrique  a écrit que : « Le monde a reconnu la promesse de l’Afrique et Microsoft veut investir dans cette promesse… A Microsoft nous voyons le continent africain comme un changeur de donne de l’économie mondiale. » 155 Faramawy note que Microsoft 4Afrika Initiative  vise à  placer des dizaines de millions de smartphones entre les mains de la jeunesse africaine d’ici 2016, principalement le Windows phone 8, un projet partagé avec la firme Chinoise Huawei. Le marché est vaste puisque en Afrique aujourd’hui, les smartphones ne sont que 10% de l’ensemble des appareils téléphoniques sur le marché.156 Fernando de Sousa, le Responsable Microsoft pour Africa Initiative  a dit que : L’usage des smartphones en Afrique croît plus rapidement que n’importe où ailleurs dans le monde.157 Microsoft affirme que : « Le lancement de Microsoft 8 et de nombreux autres nouveaux produits dans les mois qui viennent représente une nouvelle ère pour Microsoft, qui va redéfinir la technologie industrielle à un niveau mondial. Ces investissements supplémentaires sous la bannière de 4Afrika vont aider à redéfinir une nouvelle ère pour notre compagnie en Afrique. » 158

 

 

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier

 

Quatrième partie : samedi 11 juin

La Fondation Gates est-elle une force positive ? Deuxième partie

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

Troisième partie : Médias et influence des ONGs : la fondation étouffe-t-elle les critiques ?

 

Même si nous pouvions nous satisfaire de la bénignité de la Fondation Gates, ce serait encore inquiétant de les voir manier un tel énorme pouvoir de propagande. dit Mark Crispin Miller, professeur de communication médiatique et culture à la New York University.82 Pendant les dix dernières années, la Fondation Gates a consacré plus d’un milliard de dollars à la “politique et défense”. Dépensant plus sur ces programmes que la plupart des autres fondations – comme la Fondation Rockfeller ou Mac Arthur – dépensent ensemble. Les fonds de la BMGF vont a plusieurs organisations médiatiques prééminentes comme The Guardian, ABCet AllAfrica. Au-delà de ça, la BMGF a investi des millions dans des programmes d’entraînement pour les journalistes et finance la recherche sur les façons les plus effectives d’élaborer un message médiatique. Les organisations soutenues par la BMGF s’occupent de la présentation médiatique et de la presse d’opinion pendant que les publications scientifiques reçoivent l’argent des Gates pour publier leurs recherches et le “Tout le monde suit les directives de la Fondation, a dit un représentant d’une œuvre caritative implantée depuis longtemps au Guardian. “ Il semble qu’ils sont partout. A toutes les conférences où je me rends, ils y sont. Toutes les études qui sont publiées, ils en font partie. 83 Comme le notent deux analystes américains, “ il n’est pas inconcevable que nous puissions nous trouver un jour à lire une histoire à propos d’un projet de santé financé par les Gates, publié dans un journal dont la couverture santé est organisée par les Gates, rédigé par un journaliste qui a participé aux sessions de journalisme financées par eux, et citant des données collectées et analysées par des scientifiques subventionnés par les Gates.85 Sophie Harman, une universitaire de l’Université Queen Mary de Londres dit qu’il y a très peu d’acteurs préparés à dire quoi que ce soit de négatif sur le travail de la BGMF. Une des explications pour ce silence tient au fait que «  tout le monde est effrayé de critiquer Gates et le rôle de sa fondation parce que personne ne veut perdre ses subventions. ». 86  Ceci affecte aussi les OGMs dont l’absence de critique est palpable. Certes, quelques OGNs ont critiqué certains aspects du travail de la BMGF, en particulier Médecins sans frontière, Global Health Watch, GRAIN, Friends of the Earth et le Centre africain pour la biodiversité. Cependant ce sont des exceptions qui sont des ONGs ne recevant pas de subventions de la BMGF.

 

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

 

La BMGF soutient de nombreuses ONGs internationales plus grandes travaillant sur l’agriculture et la santé qui seraient autrement attendues dans la critique de certains aspects de l’agenda de la fondation et qui cependant ont choisi de rester largement ou complètement silencieuses.  La Fondation réenforce le mythe que la charité et non la justice est la clé du développement. Un Bill Gates riche dépensant de l’argent sur les pauvres dans un contexte où il est très en vue et où il traite ces questions avec la haute-technologie réenforce la notion que le développement est lié à la charité et au fait de «  donner des solutions aux pauvres ». La charité peut certainement aider à promouvoir le développement, mais quand ce modèle devient le modèle exclusif de développement, comme il aura tendance à le faire quand les donateurs ont tant de pouvoir sur les décisions, les pauvres deviennent dépendants des riches, et ces derniers sont considérés comme des sauveurs pendant que les pauvres deviennent les récipients de leurs faveurs. En ce sens, la philanthropie est l’ennemie de la justice.87 Le point est que les pauvres ne demandent pas la charité, ils exigent la justice, qui ne demande pas tant d’argent du monde riche que des changements fondamentaux dans la façon de le monde riche  : y compris l’interruption des paradis fiscaux, la limite des pouvoirs des corporations et le changement de l’économie néolibérale. Tout ceci est décidément hors de l’agenda de la BMGF et sont encore exacerbés par elle. Un problème majeur avec la centration sur la technologie est que la BMGF, avec d’autres associations philanthropiques est entrain de restructurer les politiques d’aide bien au-delà du droit et de la justice, vers un « développement autoritaire » technocratique.88 Dans sa lettre annuelle de 2015 par exemple, Bill Gates a écrit que le 15 prochaines années verraient un découverte majeure dans les pays pauvres qui  seront conduits par l’innovation dans la technologie (- allant des nouveaux vaccins aux semences plus résistantes et aux Smartphones et tablettes beaucoup moins chers ) et par des innovations qui permettront de distribuer ces choses à plus de personnes. La lettre de Gates a ensuite suggéré que le changement climatique pourrait retenir ces progrès mais que la réponse était de   « développer des sources d’énergie qui soient moins chères, puissant être délivrées à la demande et n’émette aucun carbone de dioxyde. »  89 Dans cette perspective, la technologie est reine et il est largement question d’offrir cette technologie aux pauvres. Mais faire face au changement climatique n’est pas simplement – ou même principalement- une affaire de technologies nouvelles mais des changements majeurs dans les modes de vie, les politiques publiques et le comportement des firmes. D’autres questions fondamentales oubliées dans l’analyse des Gates tiennent à la justice des impôts. – qui pourrait être beaucoup plus importante que les aides en fournissant des ressources pour le développement – et l’inégalité mondiale- qui augmentent la pauvreté et les instabilités sociales.90 Ces questions plus complexes, plus «  politiques »  devraient être le réel centre d’intérêt de la prise de décisions politiques dans le développement international. Comme l’affirme Duncan Green de Oxfam, La lettre annuelle de Bill Gates de 2015 offre un « charter de technocrates »- un univers parallèle dans lequel les nouvelles technologies vont résoudre les questions de santé, de changement climatique, d’illettrisme, et juste à peu près tout- c’est une zone de pensée et de politique – libre. ».91

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

Davos 2013

 

 

Le prééminent analyste du développement William Easterly, Professeur d’économie à l’Université de New York, émet des soucis identiques : «  Gates croit que la pauvreté s’achèvera en trouvant des solutions technologiques. Mes recherches montrent que le premier pas n’est pas d’identifier des solutions techniques mais d’assurer le droit des gens. Gates concentre les efforts de sa fondation à trouver les bons remèdes aux problèmes des pauvres de ce monde, comme des filets pour se protéger contre les moustiques de la malaria, ou des variétés de maïs résistant aux inondations afin de prévenir la famine.  Avec d’autres donateurs officiels, comme l’USAID ou la Banque mondiale, la fondation travaille avec les gouvernements locaux, généralement autocratiques sur ces solutions techniques. » Easterly cite l’exemple de la louange de Gates des leaders éthiopien, un pays décrit comme fixant des buts clairs et mesurant les résultants, mais qui ignore la répression du précédent autocrate Meles Zenawi, qui gardé le pouvoir de 1991-2012. Gates  a dit que la mort de Meles était une grosse perte pour l’Ethiopie”.92 Le choix des solutions technologiques sur celles qui s’adressent aux questions systémiques sociales, économiques, ou politiques favorisent les corporations. (puisque ce sont elles qui tendent à distribuer la technologie) et peuvent laisser les gouvernements et les donateurs hors circuit, en les autorisant à minimiser la corruption, les atteintes aux droits de l’homme, et les inégalités sociales comme cause de la souffrance humaine.93 Une approche technologique tend à considérer le développement comme un processus dépolitisé, comme si il n’y avait que peu de choix su la politique à mener – et qu’il n’y ait que des solutions technologiques. Pourtant il y a un grand débat entre les paradigmes néolibéraux et les alternatifs et une politique de développement a besoin de se déplacer hors de la globalisation menée par les corporations et vers le développement de politiques qui renforcent la justice sociale et économique. La fondation demeure largement responsable. La BMGF n’a en fait des comptes à rendre qu’à elle-même, ce qui veut principalement dire Bill et Melinda personnellement. Il n’y a pas de comité d’individus de confiance en tant que tel. Les trois attachés sont Bill, Melinda et Warren Buffet. 101 Comme fondation privée, la BMGF est obligée de seulement rapporter ses transactions financières de haut niveau au gouvernement US afin de faire appliquer l’exonération d’impôts.  La BMGF a de l’influence sans avoir de comptes à rendre. Les monopoles puissants et lucratifs de la fortune de Bill Gates proviennent largement des monopoles de Microsoft conquis dans les domaines des systèmes opérateurs et du software professionnel. En cherchant des patentes pour leurs produits, les compagnies pharmaceutiques et agricoles dépendent d’un droit de propriété intellectuelle et de lois commerciales qui a des effets contraires dan les pays en voie de développement.  Une façon particulièrement insidieuse avec laquelle les patentes globales affectent les pays en voie de développement est la « pirateriebio ». Il s’agit de l’appropriation, usuellement à travers des patentes, de droits sur du matériel biologique (comme des plantes ou de semences)  par des compagnies internationales afin de développer de la nourriture ou des médicaments, sans compensation pour le pays où ils sont  fournis. Le vrai coût de tout ceci reste inconnu mais en 2005, l’Union africaine estimait que l’Afrique avait perdu de 5 à 6.8 milliards en une année à cause des vols de biodiversité.94 Une estimation plus récente estime que les pertes pourraient être de 15 milliards par an pour l’Afrique.95 Ce qui est clair c’est que les coûts vont être beaucoup plus importants que les dépenses de la Fondation Gates pour un même pays. Les patentes ont subi un gros boost en 1994 quand, après un lobbying intense  par les multinationales, l’ Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights (TRIPS) a été adopté par l’Organisation mondiale du commerce. Ceci entérine la capacité des corporations à mettre leurs inventions sous patente et les protège avec des droits de monopole pour 20 ans ou plus. Dans le cas de drogues médicales, cela  a rendu plus difficile l’accès aux médicaments génériques aux pays en voie de développement  et les a forcé à avoir recours à des marques déposées onéreuses. 96 « Microsoft est connu pour avoir lobbyiser avec férocité pour le TRIPS et a aussi lobbyiser dans le cadre du G8 pour resserrer la protection de la propriété intellectuelle. Cette dernière étant un mouvement qui  allait aggraver la crise de la santé dans les pays en voie de développement. » dit Oxfam97 La forte propriété intellectuelle a du mérite quand elle stimule authentiquement les inventions qui fonctionnent dans l’intérêt public mais pas quand elle donne aux compagnies multinationales un pouvoir énorme, s’apparentant parois à un monopole, sur les marchés et les ressources. La compétition générique est le moyen le plus efficace de baisser les prix des médicaments d’une façon correcte mais les patentes et d’autres formes de propriétés intellectuelles l’empêche et maintiennent les prix élevés.  Le système des patentes dans le cadre du TRIPS est le cadre le plus stimulant pour le développement de nouveaux médicaments. Son cadre stimulant est généré par le profit et favorise les intérêts commerciaux sur les soucis de santé publique et il ne se concentre pas sur la production des médicaments qui rencontrent les besoin du public à un prix que les sociétés puisse se permettre sur le long terme. Ceci explique partiellement l’absence de vaccins disponibles contre les maladies tropicales qui affectent les pays en voie de développement. Les pays à bas salaires manquant de marchés favorables pour les produits pharmaceutiques souffrent le plus de ce système.98 La position de monopole de Microsoft dans son cœur du business technologique s’est finalement avéré illégal aux USA. Comme le dit Barry Ritholtz dans le Washington Post: La plus grande force de Microsoft a toujours été sa position de monopole dans la chaîne des PC. Son accord de licence exclusive avec les fabricants de PC engendrait un paiement pour une licence MSDOS que l’opérateur Microsoft soit utilisé ou non. Parce que ça n’avait pas de sens de payer pour deux systèmes d’exploitation, ça a créé une énorme barrière pour faire rentrer n’importe quelle autre firme de software. Aucun autre fabricant  de système-opérateur ne peut entrer un doigt de pied dans le marché PC. Jusqu’au moment où le Département de Justice  prenait sa décision quant à ces arrangements illégaux en 1994, Microsoft avait gardé une place dominante sur le marché de toutes les ventes de systèmes-d’exploitation. Ses trois principales lignes de produit :  Office, Server Tools et  ( maintenant glissant à la troisième place) Windows – comptent pour trois-quarts de ses revenus et presque pour tout son profit. Ce n’est pas une coïncidence que ces lignes soient les bénéficiaires directes du monopole Microsoft. Bien sûr aucun des autres domaines de Microsoft  n’a achevé le succès de ses propriétés de monopole.”

 

Conference on vaccines and immunization

American businessman Bill Gates speaks at a conference under the motto ‘Reach every child’ of the Global Alliance for Vaccines and Immunisation (Gavi) in Berlin, Germany, 27 Janaury 2015. Among the members of the vaccination alliance are governments, vaccine manufacturers, NGOs, as well as health and research organizations. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

Le businessman américain Bill Gates parle lors d’une conférence ayant pour thème “Toucher chaque enfant” organisée par l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation ( GAVI) à Berlin en Allemagne le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de l’Alliance, on trouve des membres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des OGNs. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

Microsoft a également été accusé d’actions illégales en Europe. En 2004, la Commission européenne a conclu, après une investigation de cinq ans, que la compagnie avait cassé les lois de la compétition au sein de l’UE en faisant basculer son quasi-total monopole sur le marché des systèmes d’exploitation sur le marché des systèmes d’exploitation pour serveurs de groupe de travail ou sur media player dans des pratiques qui étaient toujours d’actualité. Microsoft a été pénalisé de 497 millions. La Commission européenne a donné une position claire de la façon dont Microsoft entendait  finaliser son sa position de monopole : « Microsoft a abusé de son pouvoir de marketing en réduisant délibérément l’inter-opérationnalité entre Windows PC et des groupes de travail non Microsoft et en liant son Windows media player, un produit où il a à faire face à de la compétition, à son omniprésent Système d’exploitation Windows.  Cette conduite illégale a rendu Microsoft capable d’acquérir une position dominante sur le marché pour les systèmes d’exploitation pour serveur de groupes de travail qui sont au cœur des réseaux informatiques et il risque d’éliminer la compétition également sur ce marché.  En supplément, l’attitude de Microsoft a affaibli significativement la compétition sur le marché des média players. Les abus actuels sont un frein à l’innovation et endommagent le processus compétitif et les consommateurs, qui finissent avec moins de choix et des prix plus élevés. ».100  La Fondation n’a aucun compte à rendre et n’est pas discutable d’une façon habituelle dans aucun pays du grand sud ou face aux institutions internationales. Au contraire, comme le pointe Global Health Watch, «  Le fait que la Fondation Gates soit un fondateur et un membre du conseil d’administration des diverses nouvelles Initiatives pour la santé mondiale (e.g. the Global Fund; GAVI, Stop TB Partnership; and Roll Back Malaria) signifie que d’autres acteurs de la santé rendent des comptes à la Fondation Gates mais que ce n’est pas réciproque. » 102 En dépit de son influence mondiale, il existe très peu d’observation formelle ou indépendante des projets et des stratégies de la Fondation Gates et apparemment aucune analyse critique du tout provenant de l’intérieur du système d’aide officiel.  C’est une question qui reste sans réponse depuis longtemps : en 2009, The Lancet notait que la BMGF pouvait se targuer d’un grand nombre de réalisations dans le domaine de la santé mondiale mais qu’elle n’avait reçu que «  peu d’attention extérieure ». plus encore, « la validation par la Fondation Gates semble être largement accordée par l’intermédiaire d’un système informel de liens personnels et de relations plutôt que sur un processus plus transparent  base sur l’analyse indépendante et technique des pairs. » 103 Comme l’ont note les Peoples Health Movement, en dépit de la forte influence exercée par la Fondation sur les politiques de santé mondiale, leurs  effets n’ont jamais été évalués.104 En 2011, le Development Assistance Committee (DAC) de l’OCDE – l’organisme qui contrôle les aides des donneurs – a inclus la BMGF dans ses rapports statistiques pour la première fois. Cependant la DAC n’a pas soumis la BMGF a un examen des pairs de ses stratégies d’aide, de la même façon qu’elle le fait pour des donneurs bilatéraux.105 La  BMGF n’est pas tenue de se plier à des évaluations indépendantes de son travail, bien que les projets individuels puisse nécessiter une politique d’évaluation comme condition d’obtention.106 mais elle ne semble pas devoir publier les évaluations qu’elle demande et il n’est pas certain qu’elles soient complètement indépendantes. La BMGF a un site Web avec des rapports annuels, une lettre annuelle de Bill Gates et d’autres matériels mais cette information est pour la promotion et les relations publiques plutôt que pour une analyse détaillée du financement de ses activités.107 Le site web inclut une base de données des dons de la BMGF mais l’information est généralement d’une ou de deux phrases seulement, et il est même difficile de savoir précisément ce que la Fondation finance .La Fondation Gates travaille à proximité de nombreuses entreprises dont les rôles et les pratiques contribuent à la pauvreté actuelle. La BMGF ne considère pas ces entreprises comme un problème, mais comme des partenaires dans le développement.  La stratégie de la Fondation est un défi majeur aux acteurs et aux activistes progressistes du développement autour du monde qui veulent voir la part des entreprises multinationales dans les marchés mondiaux réduite ou éliminée. La Fondation ne finance pas seulement des projets où les trusts de l’agriculture et de la pharmacie sont les premiers bénéficiaires, le Trust BMFG investi aussi dans de nombreux d’entre eux pour fournir les fonds de ses activités «  charitables ». À plus forte raison, elle investit souvent dans les mêmes compagnies qu’elle finance, ce qui signifie que la Fondation a un intérêt dans l’actuelle profitabilité de ces entreprises. C’est un manège de corporations où la BMGF agit conséquemment dans les intérêts des entreprises. Cet état de fait n’est peut-être pas surprenant parce que les équipes de responsables sont issues très majoritairement de l’Amérique corporatiste.

 

 

Quatrième partie : samedi 4 juin

 

Traduction Elisabeth Guerrier

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

 

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

LA FONDATION GATES EST-ELLE UNE FORCE POSITIVE ?

DEUXIÈME PARTIE  Influence politique et politiques de santé : la vaccination

Janvier 2016

 

L’influence sur les politiques mondiales. Des preuves suggèrent que la fondation Gates s’est offert un rôle dans un nombre d’organisations hautement influentes. Les sommes importantes d’argent données par la BMGF lui permettent de créer un système de patronage global alors qu’en réalité elle achète la loyauté d’acteurs influents. En même temps, les critiques de la fondation sont muets et de nombreux acteurs recevant des fonds de la fondation, dont on aurait dans d’autres circonstances attendu des critiques demeurent largement silencieux.   Cette situation est clairement une menace pour la prise de décisions démocratique mondiale. Le fait qu’une fondation privée occupe ces positions influentes est un acte d’accusation du système d’aide international et des gouvernements qui devraient demander des comptes à la BMGF. Plus encore, son effet est que les décisions politiques sont tirées vers la promotion du secteur privé et vers les intérêts des multinationales. La fondation a une influence globale trop importante. Elle est particulièrement présente dans l’agriculture globale et dans la santé où elle finance un tas de scientifiques de gouvernements, de corporations, d’ONGs et de medias, provoquant  un  effet de levier considérable à la programmation des décisions politiques. Dans le domaine de la santé, le BMGF a été le premier ou le second contributeur le plus important au budget de l’Organisation mondiale de la santé ces dernières années. La BMGF a fourni 11% du budget de l’OMS en 201. 30 ce qui est 14 fois plus que la contribution de la Grande –Bretagne. La foundation est aussi devenue la principale source de financement de la recherche sur les maladies contagieuses comme la tuberculose, la malaria et le HIV, finançant plus que l’OMS elle-même.31 La BMGF est aussi un partenaire essentiel dans plusieurs partenariats public-privé de santé influents. Du capital initial de la fondation a lancé la Global Alliance for Vaccines and Immunisation GAVI ( Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation)  en 1999.32 dans le conseil de laquelle la fondation est présente au titre d’un des membres permanents ( avec l’OMS, l’UNICEF et la Banque mondiale) .33 La BMGF a donné 2.5 milliards au Fond global pour la lutte contre l’HIV.SIDA, la tuberculose et la malaria, dans le conseil duquel elle est aussi présente.35 Elle est aussi présente au conseil du H8, un groupe auto-proclamé de huit organisations liées à la santé ( avec l’OMS, l’UNICEF, l’UNFPA et l’UNAIDS, le Global Fund et GAVI) créé en 2007 pour faire face aux objectifs des problèmes globaux de santé à régler. 36 En plus, elle a été impliquée dans la création d’un agenda santé pour un groupe auto-proclamé du G8.37 En ce qui concerne l’agriculture, la BMGF a déjà dépensé 2 milliards, principalement dans l’Afrique sub-saharienne et l’Asie du sud.38 Elle est le cinquième plus grand donateur à l’agriculture, ayant dépensé 389 millions en 2013. Seulement l’Allemagne, le Japon, la Norvège et les US ont des programmes d’agriculture bilatéraux plus importants.39 En Afrique, elle a établi et finance l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA), qui est devenue sans doute le groupement le plus influent sur tout le continent (voir section 3). Avec les fonds vient l’influence. La BBC a appelé Bill Gates «  la voix privée la plus influente sur la santé mondiale ».40 The Guardian a décrit Sam Dryden, le responsable de l’agriculture à la BMGF comme  « vraisemblablement la figure la plus puissante dans le monde de l’agriculture aujourd’hui. » Aucun ministre de gouvernement, aucun banquier ou responsable de la société civile ou des entreprises n’a une telle influence avec si peu de restrictions.41 Bien sûr, la fondation a gagné accès aux plus hauts niveaux des décisions au sein des Nations unies et de plusieurs autres organisations internationales. Par exemple, la famille Gates a gagné un accès personnel considérable au sein du comité directeur de l’Organisation mondiale de la santé. En 2014, le People Health Movement a écrit à l’OMS afin de protester  contre sa dernière décision d’inviter Melinda Gates en tant qu’oratrice principale de l’Assemblée de la santé mondiale, le lieu des prises de décisions de l’OMS.  C’était la troisième fois qu’un représentant de la BMGF ou un membre de la famille était invité comme porte-parole de l’assemblée en dix ans.42  En mai 2011, le «  directeur-général de l’OMS et Bill Gates ont convenu d’une rencontre urgente sur l’éradication de la polio. »

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

11 Bill Clinton, Bill Gates, Thabo Mbeki, Tony Blair, Bono and Olusegun Obasanjo at the World Economic Forum, 2005

 

La Directrice–générale le DR. Margaret Chan et Bill Gates se sont  « rencontrés  aujourd’hui avec les Ministres de la santé des pays touchés par l’épidémie de polio et les agences de développement international afin de discuter des étapes urgentes à franchir afin d’éradiquer la polio rapidement et efficacement. ». 43 Il est inconcevable de Gates puisse jouer ce rôle dans l’Organisation si sa fondation ne la finançait pas.  En février 2012, la fondation Gates a annoncé qu’elle donnait 200 millions au Fonds international pour le développement agricole (IFAD), une des trios organisations pour l’agriculture des Nations unies basées à Rome. Le jour de cette annonce, Bill Gates avait aussi été invité à parler à prendre la parole devant le conseil de l’IFAD. Dans son discours, Gates a imploré les pays d’ «  apporter la science et la technologie aux pauvres agriculteurs » pour lesquels «  la véritable expertise est liée aux compagnies du secteur privé. » Il s’agissait d’une référence aux OGM et à la biotechnologie, domaines fortement prioritaires dans la fondation (voir section 3).44 Bien sûr le  « rapport d’intentions » que la fondation Gates et l’IFAD ont signé conjointement  en appelant à  « supporter la génération de nouvelles technologies afin qu’elle crée la possibilité d’une intensification durable de l’agriculture.45 IFAD a noté que les deux organisations coordonnaient leurs investissements. Dans des domaines comme la recherche agricole.46 Un signe montrant que l’IFAD semble avoir adopté l’agenda technologique de la BMGF se trouve dans un article de Kevin Cleaver, Vice-président associé de l’iFAD qui a écrit au même moment que l’annonce du financement de Bill Gates : « La technologie est la clef. Les avancées les plus simples : des semences plus robustes, ou même de meilleures charrues ou house – peuvent faire basculer vers la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté. Il nous faut simplement trouver ce qui fonctionne et ensuite le répliquer fiévreusement. » 47 © World Economic Forum/swiss-image.ch12

C’est une vision plutôt bizarre du développement agricole et simpliste d’une façon inquiétante de la part d’une agence internationale phare. Si la solution était simplement d’inventer de nouvelles technologies et de les transmette aux fermiers, la faim dans le monde aurait été éradiquée depuis longtemps. à la tête. Une autre organisation internationale sur laquelle la BMGF semble aussi exercer une forte influence est le Groupe consultatif pour la recherche agronomique Consultative Group on International Agricultural Research (CGIAR), un consortium de 15 centres de recherche qui est le groupe le plus influent pour la recherché dans les pays en voie de développement. Le CGIAR Fund se décrit lui-même comme : « le plus grand moyen public de financement des recherches menées pour affronter les challenges de sécurité alimentaire du 21 ième siècle. ».48 La BMGF a été le donateur le plus important du CGIAR fund (après la Grande –Bretagne et les USA) contribuant à 13% de son budget total.50 Avec les financements vient l’influence, encore. Les ressources du CGIAR sont gérées par le CGIAR find council,  au conseil d’administration duquel siègent les Gates, la seule organisation privée à avoir ce droit.  Le Conseil détermine les priorités pour l’usage des fonds et finance des experts scientifiques qui conseillent tous les donateurs.51 En mars2012, la rencontre du Fund Council s’est déroulée à la Fondation Gates à Seattle. Bill Gates a parlé de la nécessité de doubler ou tripler la productivité agricole en Afrique et en Asie et a dit que «  c’était parfaitement envisageable si le système utilise les dernières avancées scientifiques, y compris la biotechnologie agricole. ».52 Beaucoup de centres de recherche du consortium de la CGIAR, dont certains sont directement appuyés par la BMGF ont déjà des programmes actifs de recherche dans les OGMs.53 La fondation incline les politiques de santé publique vers ses propres intérêts, légitimant le rôle que les compagnies pharmaceutiques multinationales jouent dans la partenariat public-privé lourdement promu par la BMGF, avec certains de ses propres projets et investissements.( se reporter à la section 2) . Ceci provoque le renforcement de leur rôle dans les décisions touchant la santé publique et les politiques de santé.  Le Global Fund pour la lutte contre le SIDA, la Tuberculose et la Malaria, financé par la BMGF et l’Alliance du GAVI, qui sont des partenariats public-privé ont des liens très serrés avec l’industrie pharmaceutique. Merck est actuellement présent au conseil de Global Fund54 pendant que les membres du conseil de GAVI incluent toujours des compagnies de l’International Federation of Pharmaceutical manufactureurs, qui compte GlaxoSmithKline, Merck, Novartis, et Pfizer, parmi d’autres55. Global Health Watch note que l’influence du secteur privé sur le  Global Fund’s Board est importante d’une façon disproportionnée. is.56 La question du tariff des vaccins a illustré pendant longtemps le rôle dominant de compagnies privées au sein de la GAVI Alliance . Son association avec l’industrie pharmaceutique a été longtemps critique. L’Adbvance Market Commintment, par lequel des donateurs investissent des fonds afin de garantir le prix des vaccins une fois qu’ils ont été développés, afin de donner aux fabricants l’envie d’investir dans la recherche et le développement – a longtemps été considérée comme une façon de subventionner les compagnies pharmaceutiques avec des aides publiques.57 GAVI est essentiellement critiquée pour le surcoût des vaccins et les ONGs ont longtemps fait pression afin qu’ils baissent leurs prix. Oxfam a appelé toutes les compagnies pharmaceutiques à se retirer du conseil de  la GAVI parce qu’il était trop clair qu’il s’agissait de conflits d’intérêt.58 Au-delà de la GAVI, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) trouve que la propriété intellectuelle sur les vaccins permet à un petit groupe de compagnies pharmaceutiques de provoquer la flambée des prix. Elle signale que le coût d’une vaccination complète pour un enfant est 68 fois plus élevé qu’il l’était il y a une dizaine d’année. « Principalement parce que une poignée de gros lobbies industriels chargent abusivement les donateurs et les pays en voie de développement pour une vaccination qui leur rapport déjà des milliards de dollars dans les pays développés. » 59 Est à noter tout particulièrement le vaccin du pneumocoque – le plus gros tueur d’enfants en dessous de huit ans dans les pays en voie de développement.60 GlaxoSmithKline and Pfizer – qui en sont les seuls producteurs – ont fait plus de 19 milliards de bénéfices depuis son arrivée sur le marché en 2009.61 MSF demande à ces compagnies de baisser le prix de ses vaccins à 5 dollars par enfant alors qu’il est actuellement aux alentours de 60 dollars. Mais Bill Gates a personnellement refusé ces demandes de MSF en disant que de baisser les prix amènerait uniquement les compagnies pharmaceutiques à refuser de travailler sur le sauvetage des vies dans les pays en voire de développement. 62

 

Conference on vaccines and immunizationLe businessman américain Bill Gates parle lors d’une conférence ayant pour thème “Toucher chaque enfant” organisée par l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation ( GAVI) à Berlin en Allemagne le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de l’Alliance, on trouve des membres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des OGNs. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

Établir le (mauvais) agenda. L’absence de comptes à rendre de la BMGF et sa prise de décisions personnalisée (voir plus bas) lui fait favoriser les organisations privées et promouvoir son propre agenda. Le soutien considérable de la fondation à la OMS par exemple, est lié aux projets qu’elle veut voir finances, plus qu’à ceux proposes par l’assemblée de l’OMS.  63 L’influence de la BMGF dans les décisions concernant l’agenda de la santé est critique dans la mesure où les ONGs et les universités qui ne s’alignent pas peuvent se faire marginaliser et les problèmes de santé que la fondation ne considère pas comme importants peuvent être négligés. Comme le déclare l’expert de la santé de l’University College de Londres, David McCoy,  « C’est cohérent parce que la façon dont les problèmes de santé des populations pauvres sont définis et  traités en priorité est cruciale dans la construction d’une réponse efficace. » 64 La dominance de Gates dans les agendas de la recherche est aussi un sujet d’inquiétude. Depuis 2008, le responsable de la recherche sur la malaria de l’OMS  Aarata Kochi, accuse la BMGF dans une lettre à son responsable de « supprimer la diversité d’opinion scientifique, affirmant que ses prises de décisions étaient un processus interne clos, et pour autant qu’on puisse le constater, n’ayant aucun compte à rendre à quiconque qu’à elle-même. » Il dit que la domination croissante de la fondation sur la recherche sur la malaria risqué d’étouffer une diversité de vues au sein des scientifiques et d’anéantir le rôle de l’agence pour la santé dans les prises de décisions. Beaucoup des scientifiques experts de la malaria sont «  enfermés dans un cartel »   avec leur financements liés à ceux de ceux appartenant au groupe » et puisque « chacun a un intérêt direct à sauvegarder le travail des autres. » écrit Kochi, obtenir des points de vue indépendants dans les propositions est devenu  « de plus en plus difficile ». 65 Il y a eu d’autres critiques sur l’agenda de la BMGF biaisant les priorités de santé. En 2009, des éditeurs et d’autres experts de santé écrivant pour le journal médical Le Lancet ont souligné un certain nombre de critiques sérieuses portant sue la fondation. La fondation a été reconnue comme accordant la plupart de ses subventions aux organisations des pays à hauts revenus, exacerbant donc  l’inégalité de la recherche et les infrastructures de développement entre les pays riches et les pays pauvres. Elle donne priorité au financement de la malaria et de l’VIH/ SIDA, tout en négligeant presque complètement les fonds alloués pour les maladies chroniques non transmissibles. Les articles du Lancet   notent que pendant que la BMGF a donné un fort élan  au financement global de la santé, «  les subventions octroyées par la fondation ne reflètent pas le fardeau de la maladie subit par ceux qui vivent dans la plus extrême pauvreté » Les subventions pour la recherche sur la pneumonie, la diarrhée et la sous-alimentation maternelle et infantile – qui cause 75% des décès chez les enfants- étaient relativement peu financés par la BMGF. Face à ces maladies, la clef n’est pas de nouveaux vaccins largement promus par la fondation mais des mesures de prévention effectives qui sont déjà parfaitement connues, comme l’allaitement au sein et les traitements, y compris les antibiotiques contre la pneumonie, la thérapie par réhydratation orale, et le zinc contre la diarrhée.66 Les éditeurs du Lancet ont conclu en notant les inquiétudes de «  nombreux scientifiques qui ont travaillé depuis longtemps dans les secteurs à revenus faibles «  « de voir les programmes de santé largement compromis par les financements importants de la BMGF ». Par exemple, une concentration sur la malaria dans des zones où d’autres maladies causent plus de pertes humaines crée des motivations perverses chez les politiciens, les décideurs et les travailleurs de la santé. «  Dans certains pays, les ressources matérielles de la fondation sont perdues ou détournées des besoins les plus urgents. ». 67 Depuis 2009, la BMGF semble intensifier les programmes liés à la pneumonie et à la nutrition infantile par exemple. Cependant, elle a toujours une orientation sans comparaison sur les vaccins. Un des problèmes sur la concentration importante de la BMGF sur les vaccins est que cela détourne du reste, de plus urgent priorités de santé comme celle de construire des systèmes publics de santé plus résistants. Cependant, en mai 2011, Bill Gates a déclaré lors de l’assemblée de l’OMS «  Tout comme nous réfléchissons à la façon de déployer nos ressources plus efficacement, une intervention se détache : les vaccins. Aujourd’hui, je souhaiterais parler de  la façon dont vous pouvez fournir le leadership d’une décade qui sera celle de la vaccination. ».68

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

 

Cependant pourquoi les vaccins devraient-ils s’affirmer comme un besoin critique entre tous. Selon Bill Gates, «  Les vaccins sont une technologie extrêmement élégante. Ils ne sont pas chers, sont facile à délivrer, et ils ont fait leurs preuves pour protéger les enfants contre les maladies. À Microsoft, nous rêvons de technologies qui soient à la fois si puissantes et si simples » Il semble que la fondation applique la même logique à la santé mondiale qu’elle l’a fait pour construire un empire électronique. Gates a terminé son discours en appelant tous les pays à suivre son choix concernant la vaccination.  «  Pays donateurs,  vous devez augmenter vos investissements dans les vaccins et l’immunisation même si vous devez affronter des crises budgétaires… Tous les 193 états membres, vous devez faire de la vaccination le point central de votre système de santé. ».69 La BMGF a été largement critiquée pour sa priorisation de la technologie, en particulier les vaccins et les médicaments, comme solutions de développement. La recherche sur de nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins a été la seule destination des fonds de la BMGF, à concurrence d’un tiers de tous les fonds alloués entre 1998 et 2007 par exemple.70 Beaucoup de ce centration est positive – par l’intermédaire de la GAVI par exemple, l’usage des vaccins contre l’hépatite B et l’HIB ( grippe) ont été largement répandus.71 Mais comme Steven Buchsbaum, Directeur de la découverte et des sciences transnationales à la BMGF le note dans une citation en 2015 , la transition de l’intérêt envers la technologie  à l’intérêt envers la distribution «  n’a pas été plus développé au sein de la Fondation. ».72 L’intense centration sur les vaccins risque de détourner la politique mondiale de la santé de ses autres priorités. La professeure de santé publique de l’Université de Toronto,  Anne-Emmanuelle Birn a écrit en 2005 que la BMGF « avait conçu la santé d’une façon limitée, comme le simple produit d’interventions technologiques, en la dissociant des contextes économiques, sociaux et politiques. » .73 Selon expert de la santé, David McCoy, « plutôt que de considérer la mort de centaines de milliers d’enfants à cause d’une infection au rotavirus comme une question clinique qui nécessite une réponse par la vaccination, une meilleure approche aurait pu être de le considérer comme un problème de santé publique qui nécessitait des interventions sociale, économiques ou politiques afin d’assurer l’accès universel à l’eau potable et aux installations sanitaires. ».74 Au sein des zones vises par la BMGF, comme la recherche sur la malaria, certains spécialistes critiquent également la fondation pour son absence de prise en compte dans ses programmes des demandes locales et des besoins. Par exemple, Global Health Watch note que le schéma d’action de la BMGF  Grand Challenge traite les maladies à transmission vectorielle comme la malaria comme beaucoup trop statiques, privilégiant les vaccins et le schéma de modification génétique, ce qui néglige le fait que l’éradication de la malaria en Europe a été le résultat du drainage des marécages et d’une amélioration des équipements sanitaires, associés avec un développement économique à grande échelle.75 Contournement des systèmes de santé. La centration de la plupart des projets de la BMGF à l’effet de contourner les systèmes de santé publique. Devi Sridhar,  un spécialiste de la santé à l’Université de Oxford a averti du fait que les interventions philanthropiques  « orientent littéralement les programmes de santé publique vers les questions qui inquiètent le plus les donateurs fortunes – questions qui ne sont pas nécessairement les premières priorités des personnes des pays bénéficiaires. » 76 Les projets de la BMGF sont souvent des projets finances verticalement orientés vers des maladies spécifiques ou des problèmes de santé, contournant largement les programmes de santé existant déjà. Le Global Fund, qui est soutenu par la BMGF, dit que l’essentiel de ses financements se concentre sur des maladies spécifiques et que seulement 10% des 25 milliards qui ont été déboursés depuis 2002 est allé vers le renforcement des systèmes de santé existants.77 L’échec à investir d’une manière adéquate afin de construire des systèmes de santé et les pressions des donneurs vers d’autres priorités peuvent avoir des conséquences tragiques. En septembre 2014, Margaret Chan, la Directrice générale de l’OMS a dit au New York Times dans une interview à propos de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest, «  Mon budget est fortement caractérisé par ce que j’appelle les intérêts des donateurs. » Chan a ajouté : « Quand il  se passe un événement nous avons de l’argent. Puis, après ça, l’argent cesse d’affluer et vous devez terminer les contrats de toutes les équipes embauchées pour répondre sur place.  Je n’aime pas tous ces hauts et ces bas. Quand il n’y a pas de guerre à mener, ces équipes pourraient aider les pays à construire leurs mesures d’anticipations, à construire des réponses systémiques. Tout comme dans une équipe de pompiers. Quand il n’y a pas de feu, vous aidez le pays à construire ses capacités. ».78 L’insinuation, dans les remarques de Chan est que l’OMS dont le plus gros donateur est la BMGF, est incapable de répondre adéquatement à Ebola et à d’autres épidémies parce que les intérêts des donateurs les empêchent de construire des systèmes de santé adaptés dans les pays en voie de développement. Plus de ressources doivent aller aux infrastructures de santé comme la formation des personnels de santé, l’approvisionnement correct en médicaments ou le développement des systèmes de prévention des déclenchements d’épidémies. C’est pourquoi l’approche spécifique de la maladie a été critique par plusieurs experts de la santé. Stephen Gillam, consultant en santé publique écrit dans le British medical Journal que « les initiatives globales s’attaquant aux maladies prioritaires comme le SIDA, la tuberculose et la malaria peuvent compromettre des services plus élargis de service de santé à travers la duplication des efforts, la distorsion des plans et des budgets de santé nationale  en particulier par le détournement d’équipes peu entraînées. ».79 David Evans, directeur du Département des systèmes de santé à l’OMS a aussi averti que l’argent étranger allait principalement aux laboratoires et aux cliniques qui soignent une seule maladie, plutôt que de fournir des services de santé de base et que les effets néfastes de ces aides étrangères sur les systèmes de santé empirent quand les donateurs se concentrent sur les résultats.80 L’étude de 2009 du Lancet montre que seulement 1.4 % des fonds alloués par la Fondation sont allés au secteur public entre 1998 et 2007. Depuis lors, les dons de la BMGF ont continués à être offerts aux organisations privées préférées, notablement aux ONS s qui, bien qu’e faisant du bon travail, peuvent contribuer à exacerber la fragmentation d’une politique de santé que les gouvernements peuvent trouver difficile à coordonner et à aligner avec les priorités nationales. Une autre conséquence de cette approche est la fuite des cerveaux dans la mesure où le secteur public peut perdre des employés qui fassent le choix des ONGs mieux payées.81

 

Suite Samedi 28 Mai

 

Traduction Elisabeth  Guerrier

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

Le texte qui suit est le fruit d’un long travail d’expertise  et d’enquêtes extrêmement pointues menées par Global Justice  Now touchant les secteurs d’intervention de l’empire Gates. Nous y apprenons, sur plus de soixante-dix pages qui seront publiées par thèmes, la force d’intervention de la Fondation Gates dans les affaires publiques du monde et en particulier celles des pays en voie de développement où elle pratique des opérations de promotion de ses valeurs et, comme tout dans ce système de l’ultra-libéralisme qu’elle défend, de ses intérêt, au détriment de la conscience politique et de l’action des peuples auxquels elle impose ses choix et de leurs gouvernements, trop démunis pour résister à des propositions de solutions massives importées pour combler les failles juridiques ou pratiques de leur fonctionnement. Est-il normal, dans un contexte de démocratie, de voir livrés au bon vouloir d’un seul homme et de ses subalternes les choix touchant les années à venir de millions d’individus ? Est-il concevable que la dimension caritative et toute sa constitution subjective soit plus puissante que la dimension politique et les rouages de délégations qu’elle implique ? Le poids financier et décisionnel de Gates et des acolytes des bio-technologies et de l’empire pharmaceutique qu’il soutient est plus lourd que celui de nations entières ? Ce simple fait n’est -il pas le signe d’un dysfonctionnement structurel majeur ? E.G

 

La Fondation Gates est-elle une force positive ?

Janvier 2016

Recherches et rédaction : Mark Curtis www.curtisresearch.org

Remerciements à : Heidi Chow, Mathilde Dahl, Nick Dearden, Aisha Dodwell, Paul Eagle, Dan Iles, Polly Jones, Marsha Mcpherson-Joseph

 

Introduction 6 1.

Influence sur la politique mondiale. 10 2.

Promotion des intérêts des trusts 20 3.

Soutien de l’agriculture industrielle 26 4.

Encouragement de la privatisation 34 5.

Nécessité d’un regard indépendant Vaccination et politique de santé 38.

Recommandations 42.

Références 44.

 

150122112330-bill-melinda-gates-780x439

Chaque mois de janvier, Bill Gates présente sa vision d’un monde meilleur et du rôle que la fondation Bill et Melinda Gates peut jouer dans cette perspective dans une lettre annuelle adressée à nous tous.  Avec un budget de  43.5 milliards de dollars, la fondation est le plus important organisme caritatif du monde. Elle est sans doute l’acteur le plus influent sur des questions comme la santé ou l’agriculture mondiales et distribue plus d’aide pour la santé que tout autre gouvernement. Cette influence a gagné à la Bill et Melinda Gates Fondation une place dans le rapport régulier sur les aides au Sud effectué par l’OCDE. Mais ça n’a pas été accompagné des habituels compte-rendu et analyses publiques menées dans le cadre des aides publiques allouées par les gouvernements. A présent, la fondation n’est tenue que de présenter au gouvernement américain ses données financières et ses programmes ne sont pas l’objet d’une évaluation publique indépendante. Global Justice Now a fait ses preuves en forçant le gouvernement britannique à rendre des comptes sur la façon dont ses aides étaient dépensées afin d’assurer qu’elles touchaient les gens qui en avaient réellement besoin et faisaient une différence à long terme sur les niveaux de pauvreté et d’inégalité. En 1994, nous avons amené le gouvernement devant les tribunaux, et gagné à propos d’un barrage hydroélectrique en Malaisie, échangé contre la vente d’armement britannique pour 1 milliard de livres sterling au gouvernement malaisien, argumentant que cela n’allait pas s’effectuer au bénéfice du people malaisien.

Aujourd’hui nous sommes en campagne afin d’arrêter les aides finançant la privatisation du réseau électrique nigérian et la nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition [New Alliance for Food Security and Nutrition] parce que aucun de ces deux programmes ne réduit effectivement la pauvreté et l’inégalité dans les pays du Sud. D’autant que les programmes d’aide du Royaume uni  rendent de plus en plus prioritaires les intérêts des entreprises privées au lieu de s’attaquer aux racines de l’inégalité et de la pauvreté. Bien que les affaires  jouent un rôle de plus en plus grand dans le développement international une étude récente des relations entre les affaires et le Département du développement international de Grande Bretagne [Department for International Development (DFID)] la Commission indépendante sur l’impact des aides, [Independent Commission for Aid Impact] est extrêmement critique  sur son échec à être bénéfique aux peuples vivant dans la pauvreté. Le Gated Development démontre que la tendance à impliquer le monde des affaires dans la lutte contre la pauvreté et l’inégalité est centrale aux priorités et aux financements de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Nous argumentons en disant qu’il ne s’agit pas du tout d’une stratégie charitable neutre mais qu’au contraire, c’est un engagement idéologique à promouvoir les décisions politiques néolibérales et la globalisation des corporations. Le monde des affaires bénéficie directement, en particulier dans le secteur de la santé et de l’agriculture, des résultats des activités de la fondation, malgré les preuves évidentes que les solutions affairistes ne sont pas les plus efficaces. Pour la fondation, en particulier, il existe une centration délibérée sur les solutions technologiques à la pauvreté. Bien que la technologie puisse jouer un rôle face à la pauvreté et à l’inégalité, les solutions à long terme nécessitent une justice économique et sociale. Ce ne peut pas être offert par des  donations sous la forme de graines résistantes au changement climatique ou de smartphones bon marché mais doit porter sur des changements systémiques, sociaux, économiques et politiques. Questions qui ne sont pas présentées comme les priorités de la fondation.  Ce qui est peut-être le plus étonnant à propos de la fondation Gates, c’est que malgré sa stratégie agressivement corporatiste et son extraordinaire influence au sein des gouvernements, des universitaires et des medias, elle ne fait l’objet d’aucune démarche critique.  Global Justice Now s’inquiète de l’omnipotence de l’influence de la fondation Gates dans le développement international qui amène certains acteurs, qui auraient dans un autre contexte émis des critiques à l’égard de ses choix et de ses pratiques, à être incapables de parler d’une façon indépendante, sous la pression de ses dons et de son patronage.

Independent Commission for Aid Impact, Business in Development 2015

Plus spécifiquement nous demandons à l’OCDE d’entreprendre une analyse et une évaluation internationales indépendantes de la Fondation Bill et Melinda Gates, et l’International Development Select Committee de conduire une enquête sur les relations entre le DFID et la fondation ainsi que sur l’impact et l’efficacité de toutes les activités qui lui sont jointes quant aux questions de la pauvreté et de l’inégalité. Dans une période où les gouvernements sont sous la pression du public pour réduire leurs aides, et où des fondations philanthropiques comme celle des Gates sont plus influentes que jamais nous devons nous assurer que les efforts mondiaux pour faire face à la pauvreté et à l’inégalité sont efficaces, basés sur les perspectives à long terme et  durables Le monde des affaires ne peut pas être la réponse à la pauvreté et à l’inégalité parce que la recherché sans limite du profit est incompatible avec la sécurisation de la justice économique et sociale pour tous.

Polly Jones Responsable de campagne  et de politique :

Introduction  «  Ils s’attellent sérieusement  et très sentimentalement à la tâche de remédier aux affres de la pauvreté mais leurs remèdes ne soignent pas la maladie, ils la prolongent. Le but le plus adéquat est d’essayer de reconstruire la société sur des bases telles que la pauvreté soit impossible. » Oscar Wilde sur la philanthropie.1

Pendant les vingt dernières années, Bill Gates a été la personne la plus riche sur  terre avec la déclaration d’une fortune personnelle de 79.2 milliards de dollars.2 Son organisation caritative, la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) est la plus importante au monde, avec une dotation de 43.5 milliards. La BMGF finance de nombreux projets et organisations dans le domaine du développement international et a été largement saluée pour avoir injecté de la vigueur et de l’argent dans les domaines des débats publics et de la recherche. Dire que la fondation Gates est devenue un acteur important dans le développement international serait un euphémisme. Lorsqu’il s’agit de la santé mondiale et des politiques agricoles, deux de ses secteurs privilégiés, la BMGF est devenue vraisemblablement l’acteur le plus influent du monde. Il est aussi probable que Bill Gates, qui a régulièrement accès aux leaders mondiaux et est le financeur personnel de centaines d’universités, d’organisations internationales, d’ONGs et de médias, soit devenu la voix la plus influente dans le développement international. Un examen plus  attentif de la fondation Gates est délicat dans la mesure où son influence est vaste, bien sûr plus vaste que celles de beaucoup  de gouvernement donneurs. La fondation fournit plus d’aide à la santé mondiale que n’importe quel pays et est le 5ième donateur à l’agriculture dans les pays en voie de développement. En 2013, seulement 11 pays avaient dépensé plus en aides que la fondation en faisant le 12ième plus important donateur. La fondation Gates est devenue un plus grand donateur que des pays comme la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Irlande et l’Italie.3 Mais l’influence mondiale de plus en plus importante de la fondation Gates n’est sujette à aucun contrôle démocratique. Contrairement aux gouvernements, qui sont officiellement redevables à leurs électeurs, la BMGF est une fondation américaine privée et demeure hors de portée du corps électoral (sauf à propos des déclarations fiscales). Pire encore, le BMGF semble avoir acheté le silence des universitaires, des ONGs et des médias qui pourraient autrement être supposés critiquer certains aspects du travail de la fondation. 7

screen_shot_2016-01-20_at_4.14.54_pm (1)

 Davos, 2015

 

Ce ne serait pas si  terrible si les programmes de la fondation étaient véritablement centrés sur ses buts affichés d’amélioration  de la santé à un niveau mondial et de l’éradication de la pauvreté et de la faim.4 Mais ce rapport pointe que l’influence très en vue de la BMGF est de plus en plus problématique. Bien sûr les évidences suggèrent que les programmes de la BMGF sont – par-dessus tout- néfastes à la promotion d’une politique de développement et de justice collective. On vend au monde le mythe que la philanthropie privée recèle de nombreuses solutions à ses problèmes, quand, en fait-elle pousse le monde dans des mauvaises directions nombreuses. La fondation est autorisée à parler trop fort et de trop nombreux acteurs du développement international s’alignent derrière les priorités mal choisies de la fondation. L’analyse des programmes de la BMGF montre que la fondation, dont le comité directeur est composé majoritairement par les corporations américaines, promeut les intérêts des multinationales au détriment de la justice économique et sociale. Sa stratégie est d’approfondir – et a l’intention d’approfondir – les rôles des compagnies multinationales dans les domaines de la santé mondiale et de l’agriculture tout spécialement, même si ces compagnies sont responsables    pour une grande part de la pauvreté et de l’injustice qui écrasent déjà les pays du Sud.  Bien sûr, la plupart de l’argent que la fondation a à dépenser provient des compagnies les plus importantes et les plus controversées, c’est pourquoi l’actuel travail de la BMGF dépend d’une façon significative des bénéfices de l’actuelle Amérique des corporations, détail qu’il n’est pas aisé d’adapter à d’authentiques progrès dans la justice sociale et économique dans les pays du Sud.  De plus, la fondation est devenue le leader mondial de la recherché dans les modifications génétiques (GM) des semences et finance des organisations qui appuient les céréales génétiquement modifiées à travers l’Afrique ainsi que le changement national des législations sur la question, ceci en faisant face fréquemment à une opposition considérable. Elle est aussi leader dans l’incitation à l’augmentation de l’usage des produits chimiques par les agriculteurs africains et promeut la privatisation de la production des semences qui bénéficiera principalement à l’agro-industrie européenne et américaine. Ces priorités sont un défi direct aux mouvements de plus en plus populaires en soutien à la souveraineté alimentaire et à l’éco-agriculture en Afrique.   En plus, la fondation utilise également ses fonds fin de promouvoir la privatisation de plus en plus importante des services de santé dans les pays en voie de développement. Le programme de la BMGF n’est pas une stratégie charitable neutre pour laquelle le monde devrait se montrer reconnaissant qu’un homme riche veuille dépenser son l’argent pour de bonnes causes. L’analyse des programme de la fondation montre qu’elle a un agenda – c’est une stratégie idéologique spécifique qui promeut les choix politiques néolibéraux, la globalisation des entreprises, la technologie qu’elle amène ainsi qu’une vision dépassée depuis longtemps de la centralisation  de l’ ”aide” à apporter aux  “pauvres”. Le système d’aide official manqué à demander des comptes à la fondation Gates sur ses activités. Bien sûr les donateurs officiels croient en l’agenda, partiellement parce que beaucoup d’entre eux- surtout en Grande-Bretagne et aux US – partagent l’agenda idéologique de la BMGF et partiellement parce que la fondation  injecte de nouveaux fonds dans des domaines où les donateurs réduisent les leurs. Mais à travers l’Afrique, et dans d’autres parties des pays du Sud, des gens demandent non des aides de la BMGF mais la promotion de leurs droits et de la justice. Cela prendrait en charge les varies causes de leur manque de ressources et de pouvoir – y compris le pouvoir excessif des multinationales, le drainage de la richesse à travers des politiques fiscales injustes et des paradis fiscaux, des systèmes politiques inertes et le changement climatique.  – projets politiques qui sont ou bien largement ou bien complètement exclus de l’agenda de la BFGF.8

La richesse de Bill Gates : est-ce celle qu’il donne ? La richesse personnelle de Bill Gates est de 78.9 milliards, elle est 3O millions de fois plus importante que la richesse moyenne des adultes les plus démunis de la planète..10 Gates  est en fait plus riche que 45 pays de l’Afrique sub-saharienne. Seules trois pays sur tout le continent on un PIB plus élevé que les avoirs personnels de Gates.11 Il y a quelque chose qui ne va pas lorsqu’un individu est autorisé à accumuler une telle fortune quand des milliards d’autres vivent dans la pauvreté. Gates es t le bénéficiaire d’un système économique global qui a permis à 1% de la population mondiale de posséder presque la moitié ( 48%) des richesse mondiales quand la moitié la plus pauvre ( 3.5 milliards) ne possède pas plus que les 80 personnes les plus riches au monde.12 En dépit de l’impression que Bill Gates abandonne sa fortune à la charité, elle est sans cesse en augmentation. Selon Forbes, la fortune personnelle de Gates a augmenté de 56 milliards en 2011 à 78.9 milliards en 2015 – une croissance de 23 milliards en quatre ans, à peu près la même quantité d’argent que la BMGF lui a coûté depuis sa création.13 En janvier 2014, the Guardian rapportait quelles actions de Microsoft avaient subi une augmentation de 15.8 milliards en 2013.14. La même année, la BMGF recevait la somme de 3. 6 milliards. 15 milliards conservés. Nous ne voulons pas suggérer que Bill Gates n’est pas sincère dans son désir d’aider les pauvres et les pays en voie de développement. Ni que certains des projets de la BMGF ne sont pas positifs, beaucoup le sont. Un éditorial de 2009 paru dans le journal médical The Lancet loue la BMGF pour avoir donné  «  Une impulsion massive au financement de la santé mondiale.»

La fondation a sollicité le monde pour qu’il pense grand et qu’il soit plus ambitieux dans le domaine de l’aide aux pays en voie de développement. La Fondation a amené un dynamisme renouvelé, de la crédibilité, de l’attractivité à la santé mondiale (en tant que cause). » 9 Beaucoup d’autres projets finances par la BMGF sont également importants, dont certaines ONG, certaines politiques universitaires et travaux de promotion qui n’auraient pas eu d’écho à cause d’un manqué d financement. Cependant ces projets considérés séparément masquent l’image générale. Dans ce qui suit, nous soulevons les questions des financements de la BMGF qui deviennent de plus en plus problématiques. Nous croyons que ces questions sont sérieuses et qu’il est temps que la BMGF soit soumise au contrôle démocratique et à la surveillance publique et que son influence soit remise en cause. La fondation Gates a dépensé 3.9 milliards en subventions en 2014 et a dépensé 23.9 milliards depuis sa création en 2000.5 Son aide fonctionne dans plus de 100 pays .6 et les listes de subvention sur son site web sont de 6210 entre 2010 2014.7 La BMGF se présente ainsi : «  Guidée par la conviction que toutes les vies ont une égale valeur, la Bill & Melinda Gates Foundation travaille à aider les individus à mener des vies saines et productives. Dans les pays en voie de développement, elle se concentre sur l’amélioration de la santé et l’opportunité de sortir de la faim et de l’extrême pauvreté. Aux USA, elle cherche à s’assurer que tous – spécialement ceux ayant le moins de ressources- puissent avoir accès  aux opportunités dont ils ont besoin pour réussir à l’école et dans la vie..8

 

 

Conference on vaccines and immunization
Le businessman américain Bill Gates parle lors d’une conférence ayant pour thème” Toucher chaque enfant” organisée par l’Alliance globale pour la vaccintation et l’immunisation ( GAVI) à Berlin en Allemagne le 25 Janvier 2015. Parmi les membres de l’Alliance, on trouve des memebres de gouvernements, des fabricants de vaccins, des OGNs. Photo by: Bernd von Jutrczenka/picture-alliance/dpa/AP Images

9 Microsoft et l’évasion fiscale.

La richesse de Bill Gates vient en premier lieu de Microsoft, la compagnie informatique de software qu’il a fondé avec Paul Allen en 1975. En 2008, Gates a arrêté de travailler à plein temps pour Microsoft afin de se concentrer sur sa fondation. 16  Cependant, Gates est resté le président du conseil jusqu’à Février 2014, continue d’être présent dans l’équipe de directeurs de Microsoft et reste un conseiller sur le développement des projets essentiels.17 Bien sûr, Gates passe maintenant un tiers de son temps à Microsoft.18 Il possède à peu près 4.5 % de la compagnie et en est encore l’actionnaire principal.19 Un conseiller fiscal éminent de Grande Bretagne, le comptable Richard Murphy a nommé Microsoft « un merveilleux exercice de prévision fiscale. ».20 Bien sûr de nombreuses histoires d’évasions fiscales ont été rapportées depuis 2005.21 En Août 2014, par exemple, il a été rapporté que Microsoft était assise sur presque 29.6 milliards qu’elle  devait aux impôts américains si elle rapatriait les 92.9 milliards d’avoirs qu’elle avait délocalisés. Un sénateur nord-américain a trouvé en 2012 que la compagnie  utilisait les filiales offshores afin de réduire d’une façon substantielle ses impôts, décrivant Microsoft comme une «  toile complexe d’entités offshores reliées afin de faciliter les ventes internationales et de réduire les impositions aux US et à l’étranger. » Le rapport note qu’en dépit du fait que la compagnie mène la plupart de ses recherches sur le sol américain et générant du crédit d’impôt US, les droits à la propriété intellectuelle étaient largement localisés dans des paradis fiscaux. Ce qui signifie que «  Microsoft a été capable de faire passer Presque 21 milliards offshore (sur une période de trios ans) soit presque la moitié des revenus de ses ventes au détail, économisant jusqu’à 4.5 milliards en impôts sur les ventes de marchandises aux USA soit juste plus de 4 millions en impôts  chaque jour. » .22 Les 4.5 milliards perdus pour la trésorerie US chaque année sont plus importants que les dépenses annuelles totales de la BMGF.  D’autant plus que la valeur de Microsoft en tant que compagnie a indubitablement été accrue par son planning fiscal, c’est-à-dire que beaucoup de la philanthropie de Gates a été payée par le Ministère des finances, et donc par les contribuables américains.23 En Grande-Bretagne, une enquête du Sunday Times a trouvé que le circuit des paiements en ligne pour les ventes de l’opérateur Windows 8 évitait la taxe britannique sur les entreprises de 1.7 milliards jusqu’à concurrence de  revenus chaque année.24 Richard Murphy estime la perte en impôts sur les sociétés de plus de 103 millions de livres sterling en fonction de ces revenus.25 Il est fort probable que le tout soit plus important que les sommes dépensées par la BMGF sur les organisations britanniques. 26 Apple et General Electric sont les deux seules entreprises américaines qui ont plus de fonds offshore  que Microsoft, selon les données rassemblées par Citizens for Tax Justice. L’usage par Microsoft des filiales offshores a explosé ces dernières années, et la quantité de gains de Microsoft ayant bascules offshore a crû de 516 % depuis 2008, selon ses données transmises à l’US Security et à l’Exchange Commission.  27 Il est connu que Gates ne voit aucun mal à l’élaboration de stratégies d’évitements fiscaux complexes tout en disant aux nations comment dépenser leurs revenus et défendre les stratégies fiscales de Microsoft.28  Plus encore, Microsoft fait partie d’un lobby qui veut réduire les freins à l’évasion fiscale.  En janvier 2015, par exemple, des groupes de lobbies représentant l’industrie technologique US comme Microsoft, Apple et Google «  ont lancé une attaque en règle sur les plans mondiaux pour réduire les structures commerciales artificielles utilisées pour éviter la fiscalisation. ». En réponse au programme de réforme fiscale décidé par le G20, les lobbyistes ont condamné les projets criblés «  de défauts fondamentaux » et ont dit que certaines parties «  devaient être rejetées ». Ils ont dit que les réformes proposées allaient trop loin, serait trop coûteuses et ne conduirait qu’à la confusion et aux disputes.29

 

 

 

Suite de l’enquête samedi 21 Mai

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier