Le New-deal des écrans / Screen New deal / Naomi Klein/ Première partie

Naomi Klein

Lien deuxième partie

Lien troisième partie

Screen New deal

Under Cover of Mass Death, Andrew Cuomo Calls in the Billionaires to Build a High-Tech Dystopia

Sous couvert de l’épidémie, Andrew Cuomo fait appel aux milliardaires pour construire la dystopie high-tech

Le Gouverneur de New York Andrew Cuomo regarde le Président de l’exécutif de Google Eric Schmidt, là sa gauche, pendant qu ‘il parle lors de son rapport sur la commission des” écoles intelligentes” à l’école de Mineola, le 27, octobre 2014 in Mineola, N.Y. Photo: Alejandra Villa-Pool/Getty Images

Pendant quelques rares instants  lors du point  quotidien fait par le Gov. Andrew Cuomo mercredi, la sombre grimace qui s’est imposée à nos écrans depuis de semaines a été brièvement remplacée par quelque chose qui ressemble à un sourire : « Nous sommes prêts, nous sommes à fond » s’est épanché “le Gouverneur.  « Nous sommes des New-Yorkais, donc nous sommes agressifs et nous sommes ambitieux. Nous réalisons que le changement n’est pas seulement imminent mais qu’il peut devenir un ami s’il est effectué de la bonne manière. » L’inspiration à l’origine de ces bonnes vibrations assez peu caractéristiques est une vidéo de l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, qui a rejoint le briefing du Gouverneur afin d’annoncer qu’il dirigeait une commission d’excellence afin de réimaginer la réalité post-covid de l’état de New York, insistant sur l’intégration permanente de la technologie dans tous les aspects de notre vie sociale.

« Les toutes premières priorités de ce que nous essayons de faire » a-t-il dit, « sont centrées sur une télésanté, sur l’enseignement à distance et sur le haut-débit… nous avons besoin de chercher des solutions qui peuvent être présentées maintenant et accélérées et utiliser la technologie afin d’améliorer les choses ».  Au cas où existe un doute sur l’entière bienveillance de l’ancien PDG de Google, le fond de sa vidéo présentait dans son cadre une paire d’ailes d’ange dorées. Juste une journée avant, Cuomo avait annoncé  une partenariat similaire avec la Fondation Bill et Melinda  Gates afin de développer «  une système plus intelligent d’éducation. ». Nommant Gates un « visionnaire », Cuomo a dit que la pandémie avait créé « un moment dans l’histoire où nous pouvons incorporer réellement et faire avancer les idées de Gates… tous ces immeubles, toutes ces classes réelles, pourquoi avec toute la technologie dont nous disposons ? a-t-il demandé, d’une façon apparemment rhétorique.

Cela a pris du temps pour se constituer mais quelque chose ressemblant à une Doctrine du Choc pandémique commence à émerger. Appelons cela « le New deal de l’écran ».  Beaucoup plus Haute-technologie que tout ce que nous avons vu lors des désastres antérieurs, on se précipite dans l’avenir alors que les corps continuent à s’entasser et l’on traite nos semaines passées d’isolement non comme une nécessité pénible pour protéger les vies mais comme un laboratoire vivant – et hautement rentable-pour un avenir sans-contact permanent.

 Anuja Sonalker, PDG de  Steer Tech, une compagnie du Maryland-vendant de la technologie d’auto-stationnement, a résumé récemment le nouveau ton autour du virus : « Il y a eu des signes de changement distincts  vers une technologie avec moins de contacts et moins d’humains » a-t-elle dit. « Les humains sont des hasards biologiques, les machines non.

C’est un avenir dans lequel nos maisons ne seront plus jamais des espaces strictement personnels mais seront aussi, à travers la technologie digitale haute-vitesse, nos écoles, nos cabinets médicaux, nos salles de gym, et si l’état le décide, nos prisons. Bien sûr pour beaucoup d’entre nous, ces mêmes maisons  avaient déjà été transformé en lieux de travail jamais fermés et en lieux de loisirs avant la pandémie, et l’incarcération sous surveillance « au sein de la communauté » se développait déjà elle aussi. Mais dans ce futur construit à la va vite, toutes ces tendances sont destinées à une accélération à la vitesse warp *

 C’est un avenir dans lequel, pour les plus riches, tout ou presque est délivré, ou bien virtuellement à travers le streaming ou la technologie cloud, ou physiquement à travers des véhicules sans chauffeur et des drones, puis partagé à l’écran sur une plate-forme médiatisée. C’est un futur qui emploie beaucoup moins d’enseignants, de médecins, ou de chauffeurs. Il n’accepte plus de liquide ou de carte de crédit (sous l’argument du contrôle viral) et a un transit de masse squelettique et beaucoup moins d’art vivant.  C’est un futur qui se réclame d’être guidé par « l’intelligence artificielle »   mais est en fait tenu rassemblé par des dizines de millions de travailleurs anonymes enfermés dans des ateliers de fabrication, des centres de donnée, des lieux de modération, des ateliers de fabrication de composants, des mines de lithium, des fermes industrielles, des usines de conditionnement de la viande et des prisons, où ils restent sans être protégés contre es maladies et l’hyper-exploitation.  C’est un futur dans lequel chaque mouvement, chaque mot, chaque relation est traçable et accumulable par une collaboration encore jamais vue entre les états et les géants de la technologie.

 Si tout ceci semble familier c’est parce que pre-Covid, ce future commandé par une app, alimenté par gig nous a été vendu au nom de l’aisance, de l’absence de friction et de la personnalisation. Mais nombre parmi nous étaient inquiets.  A propos de la sécurité, de la qualité et de l’inégalité de la télésanté   et des classes en ligne. A propos de véhicules sans conducteurs écrasant des piétons  et de drones écrasant les colis  (et les gens). A propos du traquage de location et du commerce  sans liquide , oblitérant notre vie privée et entérinant les discrimination par races ou par genres. A propos des plateformes médiatiques sans scrupules  empoisonnant notre information sur l’écologie et la santé mentale  de nos enfants. A propos des “villes intelligentes” emplies de censeurs supplantant les élus locaux. A propos de tous les bons emplois que ces technologies liquideraient, et des sales boulots qui seront produits en masse.

Et plus que tout, nous étions inquiets à propos de la richesse menaçant la démocratie et du pouvoir accumulé dans une poignée de compagnies technologiques qui sont les maîtres de l’abdication. Rejetant toute responsabilité pour le désordre qu’elles laissent derrière  elles dans la champ qu’elles dominent maintenant, que cela soit les médias, la vente ou les transports.

Ceci, c’était le passé ancien, connu sous le nom de février. Aujourd’hui, une grande quantité de ces inquiétudes légitimes sont balayées par une vague de fond de panique et ces dystopies déjà chauffées traversent une course à l’emploi réorganisée. Maintenant, sur la toile de fond de la mort de masse, cela nous est vendu avec la promesse douteuse que ces technologies sont la seule façon de protéger nos vies contre la pandémie, la clé indispensable pour nous garder, nous et nos proches, en sécurité. Grâce à Cuomo et à ses divers partenariat de milliardaires ( y compris un  avec Michael Bloomberg pour les tests et le traçage), l’état de New York se place comme la vitrine rutilante de notre sombre avenir. Mais les ambitions dépassent de loin les frontières  d’un seul état ou d’une  seule nation.

Et au beau milieu de tout cela se tient Eric Schmidt.  Longtemps avant que les Américains ne comprennent les menaces du Covid-19, Schmidt avait entamé une campagne de relations publiques et un lobbying agressif  promouvant justement la vision d’une société Miroir noir “Black Mirror” que Cuomo est entrain de lui donner le pouvoir de construire. Au coeur de sa vision, est l’intégration au sein du gouvernement d’une poignée de géants de la Silicon Valley – avec les écoles publiques, les cabinets médicaux, sous-traitant un grand nombre de leurs fonctions essentielles ( à un coût très élevé) à des tech. Compagnies privées.

C’est une vision que Schmidt a promue dans son rôle de membre du Comité de l’innovation dans la défense, Defense Innovation Board, qui conseille le Département de la défense sur l’augmentation de l’usage de l’Intelligence artificielle dans l’armée et comme membre de la puissante Commission de la sureté nationale sur l’intelligence artificielle,  National Security Commission on Artificial Intelligence, ou NSCAI, qui conseille le Congrès sur « les avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle, des développements de l’apprentissage automatique et des technologies associées » avec le but de « répondre aux besoins nationaux et économiques de sécurité aux USA, y compris les risques économiques. » Chacun de ces comités sont pleins de puissants PDG de la Silicon Valley et de cadres supérieurs de compagnie comme  Oracle, Amazon, Microsoft, Facebook, et bien sûr de collègues de Schmidt chez Google.

WASHINGTON, DC - NOVEMBER 05:  Executive Chairman of Alphabet Inc., Google's parent company, Eric Schmidt speaks during a National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI) conference November 5, 2019 in Washington, DC. The commission held a conference on "Strength Through Innovation: The Future of A.I. and U.S. National Security."  (Photo by Alex Wong/Getty Images)

Eric Schmidt, responsable exécutif de Alphabet Inc., filiale de Google, parle lors qu’un conférence de la Sécurité nationale sur l’intelligence artificielle, en Novembre le 5 2019 à Washington, D.C. Photo: Alex Wong/Getty Images

En tant que président, SCHMIDT, qui détient encore plus de   5.3 milliards de dollars d’actions à Alphabet (Une filiale de Google), ainsi que  d’importants investissements dans des firms tech. A essentiellement mené cette recherche sur Washington DC au nom de la Silicon Valley. L’objectif principal de ces deux commissions étant dans l’accroissement exponentiel des dépenses gouvernementales sur les recherches en intelligence artificielle et dans les infrastructures la permettant comme la 5G – investissements qui bénéficieront directement aux compagnies sur lesquelles Schmidt et d’autres membres ont la main mise étendue.

Le RussiaGate a créé une diversion / Pr. Oliver Boyd-Barrett

Le RussiaGate a organisé la diversion. Par le Professeur Oliver Boyd-Barrett


Les interventions sur le rapport Mueller se succèdent, mettant, s’il en était besoin à jour, la puissance de frappe de la mauvaise foi comme arme politique. Ils n’en démordront pas, “ils” c’est à dire ceux-là même qui ont évoqué une aire de ” post -vérité “, tout ce que le parti de gentils patentés recèle de mauvais perdants, de prévaricateurs, de carriéristes ,du pouvoir, de corruption institutionnalisée, incapables d’affronter les vrais enjeux de leur statut et de remettre le politique au centre de leur mission. Il va sans dire, même si ces temps sont peu favorables aux nuances rhétoriques, que l’accusation faites aux Démocrates, et d’une certaine façon quant aux méthodes, à tout ce que l’Occident compte de libéraux décadents, n’occulte nullement le profond mépris pour la politique menée, ou plutôt non menée par leurs adversaires. L’agonie de ce système va avec un ample remue-ménage de ce qui sous-tend ses dénominations. République. Démocratie. Socialisme. Ethique. etc.etc. tous ces concepts ont besoin d’une reprise en main de leur nature même et de tout ce qu’ils sont supposés avoir cédé à la corruption des esprits.EG

L’écrivain Tom Wolfe dans son roman « The right stuff » décrit les vagues de déclencheurs d’émotions qui se succèdent dans la presse en fonction des priorités politiques ou militaires historiques. Comment le discours se rétrécit de lui-même quant à ses cibles afin d’éveiller tel ou tel champs psychoaffectif et créer autour de lui ce qu’on appelle un ” état d’esprit collectif “, c’est à dire prêt à soutenir n’importe quelle décision avec tout la bonne conscience que donne l’émotionnel comme « vérité » : It was like if the press in America, with all its vaunted independence, were a great colonial animal, an animal made up with countless clustered organisms responding to a single nervous system. In the late 50′ ( as in the late 70′), the animal seemed determined that in all matter of national importance the PROPER EMOTION, the SEEMLY SENTIMENT, the FITTING MORAL TONE should be established and should prevail ; and all information that muddied the tone and weakened the feelings should simply be thrown down the memory hole. In the later period, this impulse of the animal would take the form of blazing indignation about corruption, abuses of power, and even minor ethical lapses, among public officials, here, in April 1959, it took the form of a blazing patriotic passion// In either case, the animal’s fundamental concern remained the same: the public, the populace, the citizenry must be provided with the CORRECT FEELING. Tom Wolfe «  The right stuff » Picador edition. p.95

« C’est comme si la presse en Amérique, avec toute son indépendance si vantée, était un gros animal colonial, un animal composé d’innombrables organismes agglomérés répondant à un seul système nerveux.  A la fin des années 50, (comme à la fin des années 70), l’animal semblait déterminé à ce que dans chaque question d’importance nationale, l’émotion adéquate, le sentiment bienséant, le ton moral  convenable soient établis et prévalent, et  que toute information qui brouille ce ton ou affaiblisse les sentiments soit simplement jetée dans le grand trou de la mémoire. Dans la dernière période, les pulsions de l’animal prenaient la forme d’une indignation enflammée contre la corruption, les abus de pouvoir, ou même certains défauts éthiques mineurs, au sein des officiels, mais là, en 1959, elles prirent la forme d’un patriotisme ardent.// Dans chacun des cas, la préoccupation fondamentale de l’animal resta la même : le public, la populace, la foule, doit se voir fournie avec l’émotion correcte.

Pendant plus de deux ans, le Russiagate  a occupé une proportion importante du journalisme politique de masse US et, parce que les médias de masse US ont également un agenda de promotion, de la presse internationale également. Le Timing a été catastrophique. L’administration Trump a déchiqueté les protections environnementales, jeté par-dessus bord les accords sur le nucléaire, exacerbé les tensions avec les rivaux des Etats-Unis et  favorisé les riches.  Au lieu de consacrer une attention soutenue dans les médias à la fin de l’espèce humaine, liée au réchauffement climatique, à sa disparition de plus en plus imminente par l’entremise de l’armement atomique, ou à l’éviscération toujours plus intense du discours démocratique dans un société déchirée par des inégalités de richesse sans précédent et une cupidité capitaliste sans limite, les médias saturent leur public avec un récit puéril d’une supposée collusion de la campagne électorale de Trump et de la Russie.  Le discours sur le Russiagate est profondément mensonger et hypocrite. Il suppose que les USA soit un état où le système électoral est totalement fiable et sûr. Rien ne peut être aussi éloigné de la réalité. Le système démocratique américain est profondément ancré dans un système bipartite dominé par la classe nantie et ayant largement des comptes à rendre aux oligopoles des multinationales. Il est soumis au regard des valeurs du capitalisme extrême et de la domination impérialiste. Les problèmes entre le système électoral US et les médias sont nombreux et bien documentés.

Les procédures sont profondément compromises par un collège électoral qui détache des votes comptés des votes qui comptent. La composition des districts électoraux ont été redécoupés afin de minimiser la possibilité de surprises électorales. Le vote dépend d’un système électronique conçu par une multinationale et peut être aisément hacké. Les administrations de droite jouent avec le coffre à jouet de la suppression des votants qui déploie toutes les possibilités, de la réduction des lieux de vote potentiels et des équipements, à l’imposition d’exigences d’identifications d’électeurs et à l’élimination de certaines traces (e.g les groupes de personnes ayant commis des crimes ou de personnes ayant les mêmes noms que ceux des criminels, ou de personnes n’ayant pas voté lors de précédentes élections). Même les résultats des campagnes sont corrompus quand les administrations en place abusent des semaines restantes au pouvoir pour pousser des arrêtés ou des lois qui saborderont les efforts de leurs successeurs. Le principe démocratique  présuppose l’équivalence de fait de chaque voix sur le champ de bataille des idées.  Rien ne peut être aussi éloigné de la réalité du système «  démocratique » américain dans lequel un petit nombre d’intérêts puissants apprécie l’avantage donné par un mégaphone assourdissant sur la  base de l’argent des donations au noir, souvent anonymes, filtrées par SuperPacs et consorts, opérant en dehors des confins des ( quelque peu mieux contrôlées)  dix semaines de campagne électorale. En ce qui concerne les médias, la théorie démocratique présuppose des infrastructures de communications qui facilitent les échanges d’idées libres et ouverts. Il n’existe pas d’infrastructure de cette sorte. Les médias sont possédés et contrôlés par un petit nombre de conglomérats multi-médias, multi-industriels, situés au cœur même du capitalisme oligopole et dont la plupart des contenus et des revenus de publicité sont fournis par d’autres conglomérats. L’incapacité des médias à soutenir un environnement qui puisse inclure l’histoire, les perspectives et le vocabulaire libérés des chaînes de l’autosatisfaction ploutocrate est aussi bien documentée.  L’actuelle couverture médiatique de la crise vénézuélienne générée par les USA  en est le parfait exemple. Le potentiel révolutionnaire si célébré des médias sociaux est illusoire. Les principaux fournisseurs de l’architecture sociomédiatique sont encore plus corporatistes que leurs prédécesseurs. Ils dépendent non seulement de la publicité mais également de la vente des big datas qu’ils réquisitionnent des usagers et vendent aux corporations ou aux propagandistes politiques souvent lors de campagnes micro-ciblées assistées par de l’IA lors de «  campagnes » de persuasion. Comme leurs prédécesseurs, les médias sociaux sont imbriqués, collaborent et sont vulnérables aux machinations de l’établissement de surveillance militaro-industrielle. La soi-disant ingérence dans les élections à travers le monde a été une figure magistrale de l’exploitation des médias et des médias sociaux par des compagnies liées à la défense, à la politique et à l’espionnage, comme – mais d’une façon non exhaustive- l’ancien Cambridge Analytica et son parent britannique SCL.

Au regard de  de cet arrière-plan d’échecs électoraux et médiatiques, il n’est pas raisonnable de porter la discussion ou l’attention sur de soi-disant activités des médias sociaux de, disons, L’Agence de recherche internet russe. L’attention est détournée des problèmes substantiels vers des problèmes triviaux et sans substances.  De plus, dans un climat d’hystérie maccarthyste, le Russiagate fait l’hypothèse que toute communication entre une campagne présidentielle et la Russie est en soi une chose déplorable. Même si on devait confiner cette conversation uniquement à une communication entre les oligarques des deux pays, par contre, l’opposé s’avèrerait certainement vrai.  Et ce n’est pas simplement à cause des bénéfices pouvant découler d’une meilleure compréhension du monde, de l’identification d’intérêts ou d’opportunités partagés et de leur promesse de relations pacifiées.  Une analyse de real politick  pourrait conseiller l’insertion de coins entre la Chine et la Russie de façon à décapiter le contrôle de la superpuissance hybride perçue comme une menace sur une région du monde qui a longtemps été considérée comme indispensable pour une réelle hégémonie mondiale. Même si on considère le RussiaGate comme un problème digne de notre attention, les bases de l’audience probatoire sont faibles. Le dévoilement final du discours sur le RussiaGate attend avec impatience le rapport du Conseiller spécial et ancien directeur du FBI Robert Mueller. L’enquête et les investigations de Mueller impliquent plusieurs personnes qui dans certains cas, n’ont rien à voir avec la campagne présidentielle de 2016. Ils apparaissent être plutôt concernés par des mensonges et des obstructions à son enquête que par un matériel d’actes illégaux, ou font face à des charges qui sont peu susceptibles d’être retenues dans une cour pénale. L’investigation elle-même est retraçable jusqu’à deux rapports significatifs mais extrêmement problématiques rendus publiques en janvier 2017. Un était le «  Dossier Steele », par l’ancien officier M16 Christopher Steele. Il est principalement intéressant pour ses allégations largement infondées que d’une façon ou d’une autre, Trump est de mèche avec la Russie.  La compagnie de Steele, Orbis, a été recrutée pour rédiger un rapport par Fusion GPS, qui à son tour a été contactée par des avocats travaillant pour la campagne nationale du Parti Démocrate.   Des passages de brouillons initiaux du rapport Steele, à travers des sources proche des renseignements britanniques et le compte-rendu, par le conseiller de Trump, George Papadopoulos touchant des conversations en sa possession concernant l’éventuelle possession par les Russes des emails de Clinton avec un personnage qui pourrait tout aussi bien être un espion russe que britannique, ont été les instruments ayant éveillé l’intérêt du FBI et l’espionnage sur la campagne de Trump.  Il existe des liens indirects entre Christopher Steele, un autre ancien agent M16, Pablo Miller (qui a lui aussi travaillé pour Orbis) et  Sergei Skripal, un agent russe qui a été recruté comme informateur d’M16 par Miller et qui a été la cible d’une tentative d’assassinat en 2018. Cet évènement a occasionné des  attaques controversées, pour ne pas dire hautement improbables et pernicieuses de la part du gouvernement britannique  et des accusations contre la Russie. L’élément le plus significatif présenté dans le deuxième rapport, publié par l’Intelligence Community Assessment et représentant les conclusions d’une petite équipe tirée du bureau du Directeur de L’Intelligence, de la CIA du FBI et de la NASA, était la déclaration de responsabilité des services de l’espionnage russe pour le hackage du système informatique de la DNC et de son président John Podesta durant l’été 2016, et le transfert de ces documents à Julian Assange et à Wikileaks.  Aucune preuve n’en a été fournie.   Bien que les allégations de hacking soient devenus des articles de foi largement incontestés du discours  RussiaGate, ils ne s’appuient d’une manière significative que sur les découvertes problématiques d’une petite compagnie privée embauchée par la DNC. Il existe aussi des preuves formelles que les documents puissent avoir été fournis plutôt que hackés et par des sources basées aux USA. Le fait que ces documents révèlent que le DNC , un agent supposé neutre dans la campagne des primaires, ait en fait pris part en faveur de la candidature de Hillary Clinton, et que les points de vue de Clinton sur l’industrie données en privé aient pu différer de ses positions données en public , a longtemps été obscurci dans la mémoire des médias en faveur du narratif plus chéri de la vilénie russe.

Pourquoi le discours sur le RussiaGate est-il si attirant ? Qui en profite ? Premièrement, Le RussiaGate sert les intérêts de (1) un Parti Démocrate  corrompu, dont l’organisation contestable de la campagne, biaisée et incompétente a amené la perte des élections en 2016, alliés à (2) des factions puissantes de l’établissement de surveillance industrio-militaire qui, pendant les dernières 19 années,  à travers l’OTAN et d’autres  agences internationales malléables, a cherché à compromettre le pouvoir de Poutine, à démembrer la Russie et la Fédération russe, ( indubitablement pour les bénéfices du capitalisme occidental) et plus récemment maintient la Chine dans une lutte incessante et titanesque au cœur de l’Eurasie.  Dans la mesure où Trump, quelqu’en soient les raisons, ait pu être en désaccord avec au moins quelques aspects de cette stratégie à long terme, il s’est montré comme étant non fiable par l’état sécuritaire US.   Tout en servant le but immédiat de contenir Trump, les accusations US d’une implication dans leurs élections sont une farce dans le contexte d’une histoire d’implications largement documentée des USA dans les élections et la politique de nations souveraines pendant plus de cent ans. Ces inférences dans tous les hémisphères ont inclus l’organisation de coups d’état, des invasions, des occupations sous de faux prétextes additionnés à de nombreuses instances de stratégies de «  révolutions de couleur » impliquant le financement de partis d’opposition et provoquant des soulèvements, souvent couplée avec une guerre économique ( sanctions) . Un autre bénéficiaire, (3)  est le cumul de tous ces intérêts qui rétrécissent le champ de l’opinion publique à un cadre supportant l’impérialisme néolibéral. Exploitant paradoxalement la panique morale associée aux plaintes de Trump sur les « fake news », à chaque fois que les couvertures médiatiques font sa critique, et l’embarras des médias sociaux à propos de leur disponibilité et de la vente des données privées à des clients et des corporations puissantes, ces intérêts ont pointé la nécessité de plus de régulation, ainsi que de l’auto-censure des médias sciaux. La réponse des médias sociaux a impliqué des algorithmes  de plus en plus restreints et ce que les «  fact-checkers », (illustrés par le support financier de Facebook et sa dépendance à l’égard du groupe de pression pro-OTAN The Atlantic council).  L’impact du net a été dévastateur pour de nombreuses organisations d’information dont le seul « péché » dans l’arène des médias sociaux est d’analyser et de donner leur point de vue qui se montre à contre-courant de la propagande néolibérale.  La justification standard de telles attaques sur la liberté d’expression est d’insinuer leur lien avec la Russie et/ou le terrorise. En fonction de sa réponse grossière et des réponses par la censure de certains acteurs puissants, il semble que peut-être le récit du RussiaGate est devenu de plus en plus improbable pour beaucoup et que le seul espoir actuel pour ses propagateurs est d’étouffer tout questionnement. Ce sont bien sûr de bien sombres jour pour la Démocratie ?

Oliver Boyd-Barrett est Professeur Emérite à la Bowling Green State University. IL est l’auteur d’un livre à venir : RussiaGate and Propaganda: Disinformation in the Age of Social Media (Routledge)

Traduction : Elisabeth Guerrier

Un message essentiel de Patrick Henningsen

TRES IMPORTANT : Il semble que la machine du Parti démocrate/ des agences gouvernamentales sans nom/Le conseil atlantique OTAN/ La silicon valley/ CNN/ l’établissement, font maintenant pression sur les centres d’hébergement pour éliminer des site web entiers. selon des rapports, il semble que le site http://Infowars.com soit actuellement hors ligne du DDoS et j’ai appris par Jay Dyer que sont site web https://jaysanalysis.com/ ait été bloqué par WordPress. Noez aussi qu’hier, la chaîne anglophone vénézuelienne Telesur, extrême gauche, a également été éliminée de Face Book. ceci prouve ce qe j’ai tent d dire la semaine dernière : il ne s’agit pas d’un sple question gauche, droite, et la suppression de Telesur montre vraisemblablement qu’il ne s’agit pas simplement d’une main mise partisane US, c’est orchestré au niveau gouvernemental. Nous savons que 21st century wire est probablement sur leur liste à cause du travail d’investigation que nous avons mené en Syrie, et après avoir été diffamés par MSM comme des propagandistes prorusses etc. donc nou s nous préparons à ça. Ils ont dépassé la limite, et les masques sont tombés.
Comprenez qu’il s’agit du complex-gouvernement-médias, mais que le Gouvernement utilise maintenant des entités privées, anonymeset sans visages avec un agenda autoritariste – afin de mener un programme de censure de masse sur les vues politiques dissidentes, sur le journalisme d’investigation qui gène le complex gouvernement-média et tout aisni que toute publication ou commentaire “politiquement incorrect”. Point plus que sombre de l’histoire, les US. Occidentaux sont en train de muter dans les mêmes despotes et tyrans minables qu’ils ont été supposé combattre pendant les 75 dernières années.
VERY IMPORTANT: Seems that Democratic Party machine/unnamed Gov Agencies/CNN/First Draft/Atlantic Council (NATO)/Silicon Valley/Establishment are now leaning on hosts to pull down entire websites – according to reports, it appears as if http://Infowars.com is currently offline from DDoS, and I was told by Jay Dyer that his website http://JaysAnalysis.com has been taken down by WordPress… Note also that yesterday, Venezuelan English Channel TeleSUR (ultra left) also taken off Facebook – so that proves what we’ve been saying last few weeks: that this is not just a Right/Left issue, and TeleSUR take down likely means this is not merely US partisan power-grab, this is being orchestrated at a US government level…. We know 21st Century Wire probably on their hit-list because of the great investigative work we’ve done on Syria, and after being slandered by corporate #MSM outlets as ‘Russian propaganda’ etc, and so we are preparing for it. They have stepped over the line, and the mask is off. Understand this is GOVERNMENT-MEDIA-COMPLEX, only the Gov is now using PRIVATE entities, nameless, faceless people with an authoritarian agenda – to conduct a program of mass censorship of dissenting political views, investigative journalism which embarrasses the Gov-Media Complex, and also any ‘politically incorrect’ information and commentary. Very dark point in history, the US/West is mutating into the same despots & petty tyrants we have supposedly been fighting for last 75 years…