Le responsable des Nations unies avertit que “les océans sont menacés comme jamais auparavant”

 

 

Le responsable des Nations unies avertit que “les océans sont menacés comme jamais auparavant”

 

UN chief warns oceans ‘under threat as never before’

 

 

Antonio Guterres nous dit qu’une étude récente affirme que si rien n’est fait, le poids des déchets plastique pourrait dépasser celui des poisons d’ici 2050

 

 

 Nations unies

 

Antonio Guterres parle à l’ouverture de la Conférence des Nations unies sur les océans à New York. [Carlo Allegri/Reuters]

 

 

Le Secrétaire général Antonio Guterres  a ouvert la toute première conférence des UN  sur les océans avec l’avertissement que “les mers sont en danger comme jamais auparavant” avec une étude récente alertant sur les déchets plastiques  qui pourraient dépasser la masse des poissons d’ici 2050 si rien n’est fait.

Le responsable des Nations Unies a dit lundi aux Présidents, ministres, aux diplomates et aux militants environnementaux de Presque 200 pays les océans, “ la source de vie de notre planète “  étaient sévèrement endommagés par la pollution, la surpêche et par les effets du changement climatique ainsi que par les déchets.

La conférence de cinq jours, qui a commence le jour de la journée mondiale de l’environnement est le premier événement majeur à se concentrer sur le climat depuis que le Président Donald Trump a annoncé mercredi que les USA allaient se retirer des accords  historique de 2015  établis lors de la conférence   des accords de Paris sur la climat.  – une décision critiquée par le Président de Bolivie, Evo Morales et par d’autres porte-paroles.

Les Nations unies accentuent leur pression sur la changement climatique, alors que Trump repousse les accords de Paris.

Guterres  a dit que le but de la conférence est de « renverser le courant » et de résoudre les problèmes que nous avons nous-mêmes créés.

Il a ajouté que les intérêts rentrant en compétition sur des territoires et sur les ressources naturelles depuis trop longtemps  freiné les progrès dans le domaine du nettoyage et de la restauration de la santé de nos océans qui couvrent les deux tiers de la planète.

« Nous devons mettre de côté les intérêts nationaux à court terme afin de prévenir une catastrophe globale à long terme. » a dit Guterres. «  conserver nos océans et les utiliser durablement est une façon de préserver la vie elle-même »

Le Président de l’assemblée générale Peter Thomson, un diplomate fidjien a dit que “ le temps est venu pour nous de corriger nos mauvaises pratiques »

«  Nous avons libéré une peste de plastique sur l’océan qui souille la nature de si nombreuses façons. » a-t-il dit, «  Il est inexcusable que l’humanité jette l’équivalent d’une grande benne à ordure de plastique dans l’océan chaque minute de chaque jour. »

 

Thomson  a aussi averti que les pratiques de pêche illégales et destructives et la production d’aliments pour les pêcheries mènent les réserves  vers le point de disparition.” Il a ajouté que la production croissante d’oxyde de carbone par l’homme ne mène pas seulement vers le changement climatique mais conduit à la montée des niveaux de la mer en réchauffant les océans et en les rendant plus acides avec moins d’oxygène, ce qui dégrade la vie marine.”

A regarder : la quête de salut pour les récifs de coraux

Thomson dit que la conférence représente certainement la meilleure opportunité pour” renverser le cycle du déclin que l’activité humaine a apporté aux océans” et pour déclencher les actions afin d’atteindre les buts de s NU de 2030 pour conserver et organiser les ressources des océans.

La Conférence a demandé aux gouvernements, aux groupes des Nations unies, à la société civile de s’engager afin d’agir sur la santé des océans. Jusqu’ici, plus de 730 engagements ont été reçus, la plupart pour préserver des zones protégées, selon le porte-parole de la conférence Damian Cardona.

A la fin de la conférence de vendredi, presque 200 pays vont rédiger un appel à l’action à l’égard des questions marines sur lesquelles Cardona dit que l’accord est fait.

Le Président de la Micronésie, Peter Christian dit que les îles du Pacifique sont inquiètes que l’océan ait été laissé seul pour se soigner après avoir été utilisé comme décharge pour les déchets industriels et comme terrain de test pour l’armement,  et avoir été pollué par l’homme sur ses côtes et par les bateaux en mer.C et appel pressera les nations pour créer des mesures robustes à long terme afin de réduire l’usage du plastique, y compris celui des sacs plastiques et d’agir sur la montée des eaux qui menace de nombreuses îles, sur la montée des températures des océans et l’augmentation de l’acidité.

Accentuant l’importance de la participation des tous les pays faisant partie des Accords de Paris, Christian a ajouté dans une apparente référence à la décision de Trump,  « Pendant que certains peuvent continuer à nier la culpabilité humaine dans les effets destructeurs du changement climatique sur les îles et leurs habitants… aucun homme, aucune île, aucun village ni aucune nation ne peut nier que les déchets dans nos océans sont bien le fait de l’homme. »

 

«  Et que l’homme à cause de ça se doive de nettoyer son désordre. »

Le Bolivien Morales a été plus direct, disant à la conférence que « le gouvernement des USA, un des «  principaux pollueurs au monde », avait décidé de quitter les accords de Paris en niant la science, en tournant le dos au plurilatéralisme et en essayant de denier un possible future aux générations à venir. »

Ceci en a fait une des menaces principales pour la Terre et pour la vie elle-même » a dit Morales.

 
TechKnow – Etouffer la planète: le problème avec le plastique.

Source: AP news agency

 

Traduction : Elisabeth Guerrier

Advertisements