Walter Lippman ” Public Opinion”. Extrait traduit

Traduction d’un bref passage, à l’ humour grinçant, de Walter Lippman ” Public Opinion”.
Ecrit en 1922, éclairé par la débâcle idéologique de la Première guerre mondiale, il est un des fondateurs de la réflexion sur les tenants du libéralisme, alors opposé au mouvement communiste qui prenait de plus en plus de place dans les débats de sociétés. Ce livre est une perle d’analyse des rouages de l’information et de la construction des stéréotypes à la fois individuels et collectifs, de même qu’une description pointue des caractéristiques de ce qui constitue les spécificités de l’esprit américain. Ce passage évoquera des stratégies bien connues et plus que jamais d’actualité d’autant que Lippman à qui un des premiers colloques sur la genèse du libéralisme fût dédié est également le créateur de deux concepts majeurs, celui de “Guerre froide” et lui aussi plus que jamais de circonstance de “fabrique de l’opinion”.

 

41wjhhkotbl-_sx331_bo1204203200_

 

 

“Il arriva alors au sein de la nation que la parti belliciste qui était au contrôle du Bureau des affaires étrangères, des postes clefs et de presque toute la presse eût des visées sur les territoires de plusieurs de ses voisins. Ces revendications territoriales étaient nommées “La grande Ruritanie ” par l’élite qui considérait Kipling, Teitschke et Maurice Barrès comme cent pour cent ruritaniens. Mais cette idée grandiose ne déclenchait à l’étranger nul enthousiasme. Aussi, apposant la fleur la plus fine du génie ruritanien, comme le disait leur poète lauréat, sur les cœurs, les hommes d’état ruritaniens partirent pour diviser et conquérir. Ils séparèrent la revendication en secteurs. Pour chacune des parties ils évoquèrent les stéréotypes à propos desquels un ou plusieurs de leurs alliés trouvèrent difficilement à redire, ces mêmes alliés espérant pouvoir faire aboutir leurs propres revendications territoriales en utilisant ces mêmes stéréotypes.
Le premier secteur se trouvait être une région montagneuse habitée par des paysans étrangers. La Ruritanie l’exigea pour parachever ses frontières géographiques naturelles. Si vous fixez votre attention assez longtemps sur la valeur ineffable de ce qui est naturel, ces étrangers se dissolvent dans la brouillard, et ne restent visibles que les pentes des montagnes.Le secteur suivant était habité par des Ruritaniens, et selon le principe qu’aucun individu ne devrait vivre sous des lois étrangères, il fût réannexé. Puis vint une ville d’une importance commerciale considérable, qui n’était pas habitée par des Ruritaniens. Mais au 18ième siècle, elle avait fait partie de la Ruritanie et suivant le principe du droit historique, elle fût réannexée. Un peu plus loin, se trouvait un magnifique gisement de minéraux appartenant à des étrangers et exploité par des étrangers. Suivant le principe de réparation des dommages de guerre, il fût annexé. Au-delà existait un territoire occupé à 97% par des étrangers, constituant une frontière géographique naturelle avec une autre nation n’ayant jamais historiquement fait partie de le Ruritanie. Mais une de ses provinces, ayant été fédérée à la Ruritanie, avait eu anciennement des échanges commerciaux avec elle et sa classe dominante était ruritanienne. Suivant le principe de défense de la supériorité culturelle et la nécessité de défendre la civilisation, le pays fût réclamé. Finalement, il y avait un port complètement déconnecté de la Ruritanie, à la fois géographiquement, économiquement, historiquement, ethniquement et traditionnellement. Il fût exigé sur la base de sa nécessité pour la défense nationale.”

Public Opinion. p.113 Walter Lippman

Advertisements