Dialogues non-sexistes. A propos des ” Monologues du Vagin” de Even Ensler

Un groupe d’étudiantes de l’Université de Mount Holyoke a décidé d’annuler la représentation annuelle des  « Monologues du Vagin », disant que la pièce excluait l’expérience des femmes transsexuelles qui n’ont pas de vagin.

Depuis que le décision a été annoncée la semaine dernière, plusieurs organisations médiatiques, commentateurs de théâtre et activistes féministes ont discuté autour de l’adéquation de la pièce écrite il y a une vingtaine d’années à propos de la sexualité féminine et de la question de sa pertinence sur un campus universitaire contemporain.

Projet : Le théâtre, le groupe Mount Holyoke qui produit le spectacle a dit avoir pris cette décision en ayant tenu compte des avis des étudiants sur « Les Monologues du Vagin » Cette traduction a été demandée par l’association féministe canadienne Sisyphe. Il s’agit de l’annulation demandée par un groupe d’étudiante de la pièce programmée ” Les Monologues du Vagin ” de Even Ensler, pièce qui continue d’être jouée un peu partout dans le monde. L’argumentaire doit, semble-t-il nous mettre sur nos gardes. La décision en effet a été prise parce que le thème et l’écriture de la pièce n’évoquaient pas la réalité transsexuelle des femmes vivant sans vagin et par conséquent était discriminatoire. Il lui avait aussi été précédemment reproché de ne s’adresser qu’à des femmes occidentales et blanches et de ne pas prendre en compte les femmes d’autres appartenances culturelles ou ethniques. Il y a ici  une forme de totalitarisme qui s’ignore en voulant plaider le meilleur. Mais le meilleur dans ce contexte, que pourrait-il être ? Des œuvres ou tout, absolument tout de la diversité humaine serait évoqué ? Genre, culture, race ? Et pour en dire quoi ? Une litanie de l’unification et de l’effacement des écarts, un penser correct qui castre  de sa nécessité strictement individuelle même lorsqu’elle est politisée, toute nécessité d’écrire, de peindre dans son propre contexte avec ses propres outils d’analyse et sa propre histoire  au profit d’une bienséance aussi violente que toutes les répressions contre lesquelles elle s’est battue ? 

Comment créer autrement ? Avec la pression des groupes du nouvel âge du fondamentalisme inclusif où il ne peut s’évoquer de spécificité qu’à lui faire d’une façon ou d’une autre prendre les couleur des LGTB , horreur d’ailleurs que cet acronyme qui tente de laisser croire que derrière lui peut se rassembler une collectivité alors qu’il n’endosse qu’ une forme de norme encore plus contraignante que celle qui a été fuie. Plaque d’immatriculation identitaire qui agglomère toutes ces situations si diverses et n’identifie chaque individu qu’au regard de son appartenance. Les évolutions récentes ont certainement ouvert des droits indiscutables mais ont créé des cases dures comme le peu de jeu entre la pensée catégorielle dont elles sont issues.

Le Bien et sa défense sont toujours à prendre avec beaucoup de prudence, le Bien est l’origine du mal, par la main mise qu’il s’octroie sur tout comportement et toute spécificité. Il est un domaine dont il devrait être exclu, surtout lorsqu’il touche à ce qui n’existe que sans limites et sans censure : l’Art

EG

Continue reading “Dialogues non-sexistes. A propos des ” Monologues du Vagin” de Even Ensler”