AMONG THE THRONG

Elisabeth Guerrier Traductions Textes

Category: Mythologie nord-américaine

La politique derrière le “ scandale russe ” R. Parry

 

Les contenus des médias nord-américains présentent depuis l’élection de Trump une curieuse constance. Ils désignent avec tenacité un ennemi idéal extérieur pour mettre en jeu la légitimité de cette élection. Et à travers cette désignation ostentatoire de l’ennemi à abattre, ils mettent en avant la stratégie déjà bien avancée de déstabilisation du régime russe qui était inscrite dans les projets des Démocrates, associés en ce mouvement aux néo-cons. Le matraquage, puissant, sans répit, exercé à travers les médias et repris en coeur par de nombreuses publications dissidentes cherchant avant tout à saper l’élection qui reste insupportable, est une des multiples marques de la puissance de la propagande et de sa capacité à manipuler sans limite une opinion qui, de jour en jour, devient de plus en plus sensible aux “risques” d’agression encourus par l’Europe ou par les USA face à cet ennemi qui eut l’arrogance de déployer un contre-pouvoir en Syrie et en Ukraine mais est désigné comme le danger à abattre, fût-il soudain surgi de presque nulle part dans les faits mais de la mythologie anticommuniste du Mac Carthysme  dans les fantasmes collectifs.

Les enjeux mondiaux sont si importants, la volonté d’action belliqueuse si marquée dans cette nation qui est la plus déployée militairement au monde et n’est pas restée une seule année sans contribuer ou déclencher une guerre depuis des décennies, nation où la guerre est avant tout une industrie à rentabiliser, qu’il est nécessaire de mettre et de remettre à jour les faits, ou plutôt leur absence, dans un contexte de mensonge politique flagrant, misant sur l’amnésie entretenue des consommateurs d’information.E.G

 

The Politics Behind ‘Russia-gate’

 

 

Le 4 Mars 2017

Exclusif : L’hystérie à propos du “ scandale russe” continue de croître – tout comme le cercle des ennemis du Président Trump – mais en son cœur il est possible qu’il n’y ait rien alors qu’elle pousse le monde vers un anéantissement nucléaire, écrit Robert Parry.

Robert Parry

Il doit y avoir un élément de faire-demi-tour-est-fair-play dans la façon dont les Démocrates font l’analyse grammaticale des termes de l’Avocat général Jeff Session et d’autres officiels de l’administration Trump afin de pouvoir les coincer sur des charges de “ parjure”. Après tout, les Républicains ont fait de «  enfermez-la » un chant populaire, évoquant l’usage discutable et illégal de son serveur emails privé en tant que Secrétaire d’état et de son affirmation sous serment soi-disant fausse suivant laquelle ses avocats auraient vérifié manuellement chacun des 30.000 ou quelques emails  qui furent effacés comme étant personnels.

.Screen-Shot-2017-03-01-at-6.04.52-PM-300x206

Le Président Donald Trump prêtant serment le 20 Janvier 2017 ( Photo de Whitehouse.gov)

Mais c’est gravement dangereux que de jouer le “ je te tiens” partisan  à propos des relations avec l’autre puissance nucléaire mondiale majeure. Si, par exemple, le Président Trump se trouve oblige de démontrer combine il peut être ferme avec la Russie- afin de sauver sa peau politique- il pourrait aisément faire un mauvais calcul qui pousserait les deux puissances dans une guerre qui pourrait bien être la guerre qui les finisse toutes- avec la fin de la civilisation humaine. Mais les Démocrates, les libéraux et les médias de masse semblent haïr Trump à un tel point qu’ils pourraient prendre le risque.

L’hystérie de Washington à l’égard de la Russie a atteint un tel point que le chroniqueur du New York Times Thomas L. Friedman a comparé le soi-disant piratage des emails démocratiques à Pearl Harbor ou au 11 Septembre, deux incidents qui ont amené les USA  à déclarer la guerre. Sur MSNBC, dans le show Morning Joe, Friedman a exigé que les allégations de piratage soient considérées avec le plus grand sérieux : “ C’est un événement de l’ampleur de celui du 11 septembre. Ils se sont attaqués au cœur de notre démocratie. C’est un événement à l’échelle de Pearl Harbor, il touche au plus profond  de notre démocratie. “

 

Pas de “ fausses nouvelles”

 

Il est également important de préciser que rien de ce qu’a publié Wikileaks n’est faux. Il n’y a eu aucune “fausse nouvelle”. Bien sûr une des raisons principales ayant rendu ces emails intéressants est le fait qu’ils mettaient à jour des conduites répréhensibles et des trahisons de la part des Démocrates et de la campagne Clinton.  Le point principal révélé par les emails de DNC fut que les leaders de la campagne des primaires avaient violé leur devoir de l’approcher  d’une manière équilibrée quand ils ont miné le champ d’action de Bernie Sanders. Plus tard, les emails de Podesta ont révélé les contenus des discours de Clinton aux banquiers de Wall Street, qu’elle cherchait à cacher aux électeurs et quelques unes des stratégies de financements de la Fondation Clinton.

 

 

25681712640_b039ab7e67_k-300x200 (1)

L’ancienne Secrétaire d’état, Hillary Clinton s’entretenant avec des supporters lors d’un rallye de la champagne à Phoenix, Arizona en 2016. (Photo by Gage Skidmore)

 

 

Autrement dit, même si les Russe avaient révélé ces informations au people américain, comment le fait d’être au courant de faits concernant la campagne présidentielle s’attaquerait-il “ au Cœur de la Démocratie  “ ? Habituellement; les journalistes croient que fournir la vérité, même si elle embarrasse certains personnages politiques ou certains partis politiques est sain pour la démocratie. En tant que journaliste américain, je préfère recevoir mes informations d’individus qui ont les meilleurs intérêts de l’Amérique à cœur mais je ne suis pas naïf au point de penser que des individus qui  font fuir des documents ne le font pas pour des intérêts personnels. Ce qui est le plus important ce sont des nouvelles authentiques et dignes d’intérêt.

Franchement, j’ai trouvé le matériel de Wikileaks beaucoup plus approprié pour un débat sur la politique américaine que les rumeurs obscènes que la champagne de Clinton a fait circuler sur Trump se faisant soi-disant uriner dessus par des prostituées russes dans un hôtel cinq étoiles de Moscou, affirmation pour laquelle aucune preuve n’a été présentée.

Rappelons-nous également que personne n’a cru que les emails DNC.Podesta ont été significatifs dans le résultat des élections 2016. Clinton elle-même a blâmé le directeur du FBI James Corney pour avoir brièvement ré ouvert  les investigations du FBI dans son serveur email privé vers la fin de sa champagne, ceci étant la raison de l’effondrement de ses sondages. Il est notoire également que Clinton a conduit une campagne horrible, qui a compris des gaffes à couper le souffle, comme celle de qualifier les supporters de Trump de «  déplorables », ce fiant beaucoup trop à des positions négatives et échouant à organiser une vision satisfaisante de l’avenir tout en ignorant les signes que son leadership dans la région industrielle des US étaient entrain de  disparaître. En  d’autres termes, les efforts actuels pour décrire les révélations sur les emails des Démocrates comme décisive dans la campagne est de l’histoire révisionniste.

Et pourtant nous voilà avec le Washington Post, le New York Times, CNN et pratiquement tous les medias  (en cœur avec les libéraux et les Démocrates) haletant à chaque fois qu’on découvre que quelqu’un dans le cercle de Trump a rencontré un Russe. Nous sommes supposés oublier que le gouvernement russe a collaboré d’une façon très proche avec le gouvernement u.s.- et en particulier avec les agences nationales des services secrets- sur des questions vitales. La Russie a assisté les troupes US dans leur approvisionnement en Afghanistan, le Président Putin a joué un rôle majeur dans la restriction du programme nucléaire iranien et il s’est aussi arrange pour que le gouvernement syrien se débarrasse de ses armes chimiques. Les deux derniers points ont fait partie des succès diplomatiques les plus notoires d’Obama.

Mais ces deux domaines de coopérations, l’Iran et la Syrie, ont contribué a faire de Putin une cible pour les puissant néo-conservateurs de Washington qui s’excitaient à l’idée d’une intervention militaire directe sur ces deux pays. Les néo-cons, avec les gouvernements israéliens et saoudiens voulaient des “ changements de régime” à Téhéran et Damas, pas des accords diplomatiques qui laissaient les gouvernements en place.

Les Neocons au sein du gouvernement US- y compris l’Assistante du Secrétaire d’état Victoria Nuland, les Sénateur John Mc. Cain et le Président de la foundation pour la démocratie nationale Carl Gershman – ont alors visé un “ changement de régime” en Ukraine, réalisant sa sensibilité pour la Russie. Gershman, dont l’association est financée par le Gouvernement, a appelé l’Ukraine “ le plus grand prix” et une étape majeure pour évincer Poutine de la Russie, Mac Cain a appuyé les ultra-nationalistes ukrainiens qui tiraient suer la police dans le square Maidan de Kiev, et  Nuland conspirait avec l’ambassadeur US en Ukraine, Geoffrey Pyatt sur la façon  de «  coller » ou d’ « accoucher » d’un changement de gouvernement.

La stratégie des néo-cons a fonctionné en évinçant le Président élu ukrainien Victor Yanukovych et en obligeant Poutine à intervenir au nom des ethnies russes menaces en Crimée et dans l’est de l’Ukraine. Ce qui, en retour, a été transformé par l’Ouest en «  invasion russe ».

 

Des intérêts partisans

Au lieu de se positionner contre ces fauteurs de troubles néo-cons, Obama les a suivi. Plus tard, les Démocrates ont vu un avantage politique à devenir les super-faucons faisant face à la Russie, essentiellement manœuvrant à la droite des Républicains, spécialement quand Donald Trump a gagné d’une façon inattendue la nomination, en, partiellement, appelant à de meilleurs relations avec la Russie.

 

amb_Kislyak (1)

L’ambassadeur de Russie aux USA, Sergey Kislyak. (Photo from Russian Embassy)

Comme la campagne 2016 plongeait dans l’infamie comme la plus affreuse de toute l’histoire des USA, Clinton matraquait Trump à propos de la Russie, l’appelant le pantin de Poutine. Mais le dénigrement des Russes n’a pas semblé beaucoup aider Clinton.

Bien qu’il ait été calculé pour attirer quelques Républicains modérés, il a aussi repoussé beaucoup de Démocrates pacifistes.

Cependant, malgré une fondation vacillante et une construction hasardeuse, L’officiel de Washington ajoute maintenant de plus en plus de terrain au «  scandale » russe. Les rescapés d’Obama ont sauté sur un prétexte  indigne pour attaquer le Conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn – citant le Logan Act, de 1799, jamais poursuivi en justice puis enfermant Flynn parce qu’il n’avait pas complètement en mémoire une   conversation téléphonique  du 29 décembre avec l’Ambassadeur russe alors qu’il était en vacances dans la République dominicaine.

D’une façon identique, les medias et les Démocrates mettent au point dans la cadre d’un cas de  “parjure” l’Avocat général Sessions à cause d’une réponse formulée d’une façon  négligente lors d’une déposition de confirmation à propos de ses contacts avec les Russes. Il avait rencontré deux fois Kislyak ( tout comme l’ont fait beaucoup d’autres à Washington). L’accusation  au bord de l’essoufflement est que peut-être Sessions et Kislyak complotaient sur la façon dont le Kremlin pourrait aider dans la champagne de Trump, mais il n’existe aucune preuve pouvant étayer cette théorie de la conspiration.

Ce qui se passé ici devrait être évident; L’administration Obama, les Démocrates et les medias ont été horrifié par l’élection de Trump. Ils ont d’une façon compréhensible été offensés par la comportement personnel de Trump et son inadéquation criante à la présidence. De nombreux supporters de Clinton, spécialement des femmes, furent amèrement déçues par l’échec de la première femme d’un des partis essentiels à être nominée qui perdit face à un rustre se vantant de la manière dont il pouvait, en utilisant se renommée et sa gloire, attraper les génitoires de femmes vulnérables qui, ne pouvaient, selon lui, rien faire contre lui.

Il y avait également des inquiétudes sur les choix politiques de Trump en ce qui concerne l’environnement, l’immigration, l’éducation et la justice. Parmi les néo-cons et leurs acolytes interventionnistes libéraux, il y avait également des inquiétudes sur le fait que Trump ne continuerait pas les stratégies de «  changement de régime » dans le Moyen-Orient et leur hostilité envers la Russie. Aussi, ces forces anti-Trump se sont-elles accrochées à l’arme la plus disponible, les suspicions que Trump ait pu s’acoquiner d’une façon ou d’une autre avec les Russes. Cela n’avait pas d’importance que les preuves en soient faibles ou non existantes. Elles seraient suffisantes pour répandre les allégations sous la couverture des “ déclarations” des services de renseignements US.

Personne d’important n’allait demander la révision des preuves et, certainement, avec la disponibilité de l’Agence de sécurité, la mémoire des individus pourrait être testée contre les transcriptions des conversations et s’avérer active. Des faux-pas verbaux pourraient devenir des pièges parjures. Il pourrait y avoir  une chasse aux sorcières contre quiconque ait parlé à un Russe.   Toute forme de rejet de la part des gens de Trump pourrait être reconstruite comme une « façon d’étouffer l’affaire ».

Ayant travaillé à Washington pendant Presque quarante ans, j’ai déjà vu des investigations politiques, à la fois dans l’évacuation de véritables crimes d’état (comme  le traffic de cocaïne des Contra nicaraguéen et la collaboration des Républicains avec les gouvernements étrangers afin de réduire l’influence démocrate en 1968 et 1980) et dans la fabrique de scandales qui n’existaient pas ( comme les offenses factices de Whitewater, le scandale des voyages, le scandale des dossiers, le scandale chinois etc..sous Bill Clinton qui s’est finalement fait épinglé pour le crime affreux de mentir à propos de sexe.)   Jusqu’ici, au moins, le «  scandale russe »  est plus proche des premiers que des derniers.

Ce que j’ai également appris pendant ces années est que le dans Washington, le pouvoir – beaucoup plus que la vérité- détermine quels scandales doivent être pris sérieusement ou non. «  Le «  scandale russe » révèle que les centres du pouvoir établi se déploient contre Trump – les medias principaux, les néo-conservateurs, et le Parti démocrate – et ont plus de pouvoir que l’administration désorganisée de Trump.

 

 

Le reporter d’investigation Robert Parry  a mis à jour plusieurs histoires sur les Contra d’Iran pour l’ Associated Press et Newsweek dans les années 1980. Vous pouvez acheter son dernier ouvrage :, America’s Stolen Narrative,  ou l’imprimer ici  ou comme E.book chez ( Amazon ou sur barnesandnoble.com).

 

Tags: Democrates Donald Trump Hillary Clinton Robert Parry Russie

 

 

Traduction : Elisabeth Guerrier

Advertisements

La complète stupidité de la guerre froide par Gary Leupp

La complète stupidité de la nouvelle guerre froide

 

 

Par GARY LEUPP

 

 

7557185012_ebaa098fcb_o-1

Photo by Jedimentat44 | CC BY 2.0

 

 

 

Cela semble si étrange, vingt-sept années après la chute du Mur de Berlin  de devoir endurer un nouvelle Guerre froide avec la (en fait capitaliste) Russie.

Le Président russe est attaqué par la classe politique officielle et les medias comme ils n’ont jamais attaqué les anciens leaders soviétiques, il est personnellement diffamé et traité de corrompu, de dictateur vénal, arrêtant et assassinant  des opposants politiques, des journalistes dissidents, voulant à tout prix restaurer l’URSS.

(La dernière accusation s’appuyant largement sur le commentaire de Vladimir Putin disant que la dissolution de l’URSS avait été « une catastrophe », « une tragédie » – ce qu’à plus d’un égard elle a été. La presse choisissant d’ignorer ce qui suivait disant que «  Quiconque ne regrette pas l’URSS n’a pas de cœur, mais quiconque veut la restaurer n’a pas de cerveau. » Ce qui rentre en conflit avec le simple point de vue affirmant que Putin regrette la Russie impériale des Tzars, sinon ses commissaires et, brûlant de ressentiment à l’égard du triomphe occidental, projette une revanche parfaite à travers des guerres d’agression et des expansions territoriales.

Les medias US, suivant le scripte de Département d’état dépeignent la Russie comme un pouvoir expansionniste. Qu’ils puissent le faire, avec un tel succès, jusqu’à ce que même les plus progressifs citoyens – comme ceux consternés par la victoire de Trump se sentant enclins à blâmer des forces extérieures-  puissent le croire, est le témoignage de la force résistante de leur pouvoir  et de l’utilité de la création d’un état d’esprit favorable à la Guerre froide.

Les autorités militaires nous rappellent sans cesse : Nous nous levons contre une menace existentielle ! Et on a envie de dire que ça, évidemment, n’a aucun sens ! La Russie est deux fois plus grande que les US avec la moitié de sa population. Ses bases à l’étranger peuvent être comptées avec les doigts des deux mains. Les US ont plus de 800 bases à l’étranger.

Le budget de l’armée russe représente 14%  de celui des USA.  Elle se réclame pas d’être une nation exceptionnelle envoyée par Dieu pour préserver la “ sécurité “  suivant ses termes partout sur la surface du globe.

Depuis la dissolution de l’URSS en 1991, les USA ont déclenché des guerres  (parfois en créant de nouveaux états-clients) en Bosnie ( 1994.5) en Serbie  (1999)  en Afghanistan ( 2001- ?)  en Irak ( 2003- ?) en Libye ( 2011) en Syrie ( 2014-?) tout en envoyant des pluies de frappes par drones du Pakistan au Yémen en passant par l’Afrique du nord. Ces guerres-basées-sur-du-mensonge  ont produit des centaines de milliers de morts civils, des millions de réfugiés, et la catastrophe actuelle à travers tout le «  Projet pour un grand Moyen-Orient ».

Il n’est aucune raison de sous-estimer leurs malfaisances.

Les USA sont à la tête d’une alliance militaire en expansion formée en 1949 afin de contrer l’Union soviétique et le communisme global en général. Sa raison d’être est morte depuis de nombreuses années. Cependant elle est passée de 16 à 28 membres depuis 1999, et les nouveaux membres, l’Estonie et la Lettonie partagent des frontières avec la Russie.

(Imaginez le Pacte de Varsovie s’étendant jusqu’à inclure Mexico. Mais non, le Pacte de Varsovie de l’URSS et des six alliés européens a été dissous il y a 26 ans dans l’attente idéaliste que l’OTAN suivrait en un grand mouvement de coopération et de paix)

Et cette alliance de l’OTAN, en théorie prévue pour défendre le Nord-Atlantique a été déployée tout d’abord après la longue (et pacifique) Guerre froide dans ce qui avait été une  Yougoslavie neutre (n’ayant jamais été membre du Traité de Varsovie ni de l’OTAN), l’Afghanistan ( à plus de 4828 kilomètres de l’Atlantique nord) et le pays d’Afrique du nord, la Libye. L’été dernier, l’OTAN a effectué ses manœuvres les plus imposantes depuis la chute de l’Union soviétique, impliquant 31.000 militaires en Pologne, répétant une guerre contre la Russie. (Le ministre des affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier les a d’ailleurs critiquées en les qualifiant de bellicistes)

Les officiels de l’Alliance ont exprimé leur outrage quand la Russie a répondu à cette belligérance en plaçant un nouveau missile sol-air S-400 ainsi qu’un système nucléaire Iskander sur son territoire de Kaliningrad, entre la Pologne et la Lituanie sur la côte baltique. Mais la Russie a été, en fait, comparativement plutôt passive au sens militaire pendant toute cette période.

En 1999, alors que l’OTAN s’apprêtait à occuper la province serbe du Kosovo (bientôt proclamée pays indépendant en violation des lois internationales), les gardiens de la paix russes se précipitaient à l’aéroport de Pristina, Kosovo afin d’asseoir le rôle russe dans l’avenir de la province serbe. C’était un geste hardi qui aurait pu provoquer un choc entre l’OTAN et la Russie. Mais l’officier britannique présent sur le terrain, refusa sagement l’ordre donné par le Général  Wesley Clark de bloquer le mouvement russe, déclarant qu’il ne déclarerait pas la troisième guerre pour le Général Clark.

Ceci, souvenons-nous,  s’est passé après que le secrétaire d’état Bill Clinton, Madeleine Albright ( souvenez-vous, la compares d’Hillary qui a déclaré qu’il y aurait une place spéciale en enfer pour les femmes qui ne voteraient pas pour des femmes) a présenté aux négociateurs russes et serbes à Rambouillet un plan pour l’occupation par l’OTAN non seulement du Kosovo mais de toute la Serbie. C’était une exigence ridicule, rejetée par les Ruses et par les serbes mais dépeinte par la porte-parole non-officielle du Département d’état et belliciste Christiane Amanpour comme “ la volonté de la communauté international”. Comme si la Russie n’était pas membre de cette communauté internationale.*

L’opération de l’aéroport était largement un challenge symbolique à l’hégémonie américaine  sur l’ex-Yougoslavie, une marque de protestation qui aurait du être prise au sérieux à l’époque.

En tous cas, le nouveau leader de la Russie,  Poutine fût aimable après les attaques du 11 septembre  2001, allant jusqu’à offrir à l’OTAN un corridor de transport militaire à travers la Russie jusqu’en Afghanistan ( fermé en 2015). Ceci fût salué par George W. Bush par l’accroissement du nombre des pays de l’OTAN augmenté de sept pays en 2004. ( La presse américaine ne rendit qu’un léger compte de cet extraordinaire développement géopolitique, elle vit et continue de voir l’expansion de l’OTAN comme aussi peu problématique que l’expansion des Nations unies ou de l’Europe) Puis en avril 2008, l’OTAN annonça que la Géorgie ferait partie des prochains membres à rejoindre l’alliance.

Bientôt le Président géorgien fou  Mikhail Saakashvili, stimulé par la perspective de son appartenance à venir à l’OTAN déclencha une guerre contre la province dissidente de l’Ossétie du sud, qui n’a jamais accepté son rattachement au nouvel état de Géorgie établi sur la dissolution de la République socialiste de Géorgie de 1991. Les Ossètes, craignant le nationalisme résurgent géorgien cherchèrent un rapprochement avec la Fédération russe. Et le peuple de l’Abkhazia fit de même.

Les deux  « conflits gelés » entre la Géorgie et ses peuples, sont restés tells à cause du déploiement des forces russes et géorgiennes de main mise de la paix. La Russie n’avait pas reconnu ces régions comme indépendantes  ni donné son accord pour leur inclusion dans la Fédération russe. Mais quand des soldats russes moururent  dans une attaque de la Géorgie en août, la Russie répondit par une brève invasion punitive. Reconnaissant ensuite les deux états nouveaux (six mois après que les USA aient reconnu le Kosovo)

Saakashvili, au cas où vous soyez intéressés, fût destitué, accusé de crimes économiques, et privé de sa citoyenneté géorgienne. Après un emploi bref à l’Ecole de droit international et de diplomatie de Fletcher, à propos duquel, en tant que membre de la faculté de Tufts, je me sens profondément honteux – il fût employé comme gouverneur d’Odessa en Ukraine par le régime pro-OTAN mis au pouvoir par le coup d’état du 22 février 2014 soutenu par l’OTAN.

Le Sen. John McCain a proclamé en 2008 : «  Nous sommes tous des Géorgiens maintenant » et a plaidé pour l’aide militaire américaine au régime géorgien En tant qu’avocat de la guerre comme régle, MC. Cain devint alors le premier défenseur d’un changement de régime en Ukraine afin de permettre l’entrée de ce pays dans l’OTAN. Les néocons au Département d’état comprenant principalement l’amie de MC Cain Victoria Nuland, décidèrent de placer 5 milliards de dollars dans le support aux  « aspirations européennes du peuple  ukrainien » ( ce qui veut dire : le désire de nombreux ukrainiens dans la partie ouest du pays de joindre l’UE- risquant, bien que vraisemblablement sans le réaliser, une réduction de leur niveau de vie sous un programme d’austérité à la manière grecque – suivi par une appartenance à l’OTAN, resserrant le nœud coulant autour de la Russie.

Le  président ukrainien a opté pour un pack d’aide généreux. Cette décision – de nier ces “ aspirations européennes ” fut utilisée pour arranger le coup d’état.

Mais regardons cela du point de vue russe. Regardons simplement cette carte montrant l’expansion de l’OTAN et imaginons le s’étendre sur ce vaste territoire ( le plus vaste d’Europe en fait) entre la Russie à l’est et la Pologne à l’ouest, longeant la Mer noire au sud. Les pays faisant partie de l’OTAN sont à présent montrés en bleu foncé, l’Ukraine et la Géorgie en vert. Imaginons l’incliusion de ces pays. Et imaginons que l’OTAN demande à la Russie de libérer ses équipement navals de Sébastopol, qui sont russes depuis 1783, les retournant en faveur de l’alliance (on répète l’anti-russe). Comment quiconque pourrait-il comprendre la situation en Ukraine sans prendre en compte cette base historique ?

Les Russes ont dénoncé le coup d’état contre le Président Yanukovych (élu démocratiquement- si cela importe- en 2010) qui a été fomenté par des néo-fascistes  et marqué dès le début par une campagne anti-russe infecte encouragée par le Département d’état US. La majorité de la population à l’est du pays, habité par des ethnies russes parlant Russe et n’ayant fait partie de l’Ukraine qu’à partir de 1917, ont aussi dénoncé le coup d’état et refusé d’accepter le régime anticonstitutionnel qui a pris le pouvoir le 22 février.

Quand ces individus rejetèrent le nouveau gouvernement et déclarèrent leur autonomie, l’armée ukrainienne fut envoyée pour les réprimer mais échoua, d’une façon embarrassante, quand les troupes, confrontées aux Babushkas en colère leur tournèrent le dos.  Le régime depuis lors s’appuie sur le néo-fasciste Azov Battalion pour persécuter les sécessionnistes  dans ce qui est devenu depuis un autre “ conflit gelé”.

La Russie, sans aucun doute, a assisté les sécessionnistes pendant qu’ils refusaient leur annexion  au territoire ukrainien, poussant à la création d’un système fédéral pour le pays  négocié par les parties. Des familles russes  enjambèrent la frontière russo-ukrainienne. Il y a de nombreux vétérans de la guerre contre l’Afghanistan dans les deux pays. L’armée soviétique intégrait des éléments russes et des ukrainiens. On peut assumer qu’il y a plus qu’assez de Russes en colère à propos d’atrocités comme celles  des meurtres des 42 Russes opposants au gouvernement à Odessa pour alimenter les volontaires du Dombas.

Mais il existe peu de preuves (mise à part la poignée de rapport faisant état de quelques douzaines de “ véhicules militaires non catégorisés en provenance de Russie à la fin 2014) d’une «  invasion » russe de l’Ukraine. Et l’annexion de la Crimée (c’est-à-dire la restauration de son statut de territoire russe de 1954) suivant un référendum tout à d=fait crédible, n’a nécessité aucune «  invasion » puisque il y avait déjà 38.000 soldats stationnés là. Tout ce qui leur restait à faire était de sécuriser les bâtiments du gouvernement, et de donner aux soldats ukrainiens l’option de quitter ou de rejoindre l’armée russe. (Beaucoup de soldats ukrainiens  ont choisi de rester et d’adopter la citoyenneté russe.)

Malgré tout, ces deux incidents – la brève guerre contre la Géorgie de 2008 et la réponse ( tempérée) de Moscou au coup d’état ukrainien de 2014- ont été présenté comme des preuves d’un projet global d’expansion militaire, demandant une réponse ferme des US. L’ensemble de la classe des commentateurs des medias câblés adopte ce récit.

Mais ce sont des fous aveugles. Qui a, en ce jeune siècle, entraîné plus de désordre que les USA, saccageant des pays entiers, massacrant des centaines de milliers d’innocents, provoqué plus d’outrages à travers des séances de tortures grotesquement décrites, générant de nouvelles troupes terroristes et inondant l’Europe de réfugiés qui comprennent quelques individus prêts à semer le chaos et la terreur dans les villes européennes ?  Comment une personne rationnelle peut-elle avec un tant soit peu  de lucidité sur l’histoire depuis 1991,  conclure que c’est la Russie qui est l’agresseur ?

Et pourtant, c’est ce que dit la sagesse populaire. Je doute de pouvoir obtenir un poste de commentateur à la télévision, si vous me le demandez. Les téléprompteurs vont faire allusion quotidiennement à l’agression de Poutine et à l’expansion russe et au besoin pour tout Président mâture de respecter la tradition séculaire de supporter l’OTAN à n’importe quel prix. Et donc maintenant, les commentateurs se doivent de répéter ce que 17 services de renseignement ont conclu : «  Vladimir Poutine a interféré avec les élections américaines »

Puisqu’il n’y a aucune preuve de ce fait, on doit conclure que les Démocrates perdants  ont plongé les mains dans le sac assez fiable des boucs émissaires  et postulé que la Russie et Poutine en particulier doivent avoir piraté le DNC afin de – à travers la révélation de sources de première main d’une validité irrécusable, révélant la détermination de le DNC à faire élire Clinton, tout en Donald Trump comme le candidat républicain – sabotant Sanders et en promouvant ( à travers leurs représentants médiatiques) compromettre la légitimité de Clinton.

Toutes sortes de libéraux, y compris les meilleurs défenseurs de Sanders comme Tina Turner, sont complètement embarqués dans la champagne de diffamation anti-Poutine. C’est triste et préoccupant que tant de personnes progressistes souhaitent sauter dans le train d’une nouvelle guerre froide. C’est comme si ils n’avaient rien appris de l’histoire mais avaient positivement hâte, dans leur peur et leur rage, de revivre l’époque du Maccarthysme.

Mais le fond de l’affaire est que la russophobie américaine ne repose pas sur la raison, le jugement ou le savoir sur l’histoire récente et sur la capacité à faire des comparaisons rationnelles. Elle repose sur des présupposées quasi-religieux sur «  l’exceptionnalisme américain” et en particulier sur le droit des USA à s’étendre militairement au dépend de la Russie – comme un bien évident en soi, plutôt que comme le risque affreux distinct, évident d’une menace de troisième guerre mondiale.

Les faucons du Congrès – bipartisans, immoraux, ignorant, soumis à Israël, opportunistes salauds – sont déterminés à dissuader le président –élu ( la bile me monte à la gorge en utilisant ce terme mais c’est vrai, c’est ce qu’il est techniquement)  de tout rapprochement significatif avec la Russie ( Mon  dieu, ils doivent être horrifiés à l’idée de la possibilité que Trump suive le conseil donné par Kissinger de reconnaître le droit d’annexion russe de la Crimée ! )  Ils veulent tant l’embarrasser avec l’accusation d’être ( Comme Hillary l’a accuse lors de la champagne) la « marionnette » de Poutine qu’il se dédit de sa vague promesse de «  s’entendre avec la Russie »

Ils  ne veulent pas s’entendre avec la Russie. Ils veulent plus d’expansion de l’OTAN, plus de confrontations. Ils sont furieux contre la victoire russo-syrienne contre les forces menées par Al Qaeda soutenues par les USA en Syrie, spécialement la libération d’Alep que les médias US (1) n’ont jamais pu couvrir n’ayant aucun journalistes sur place et peu d’intérêt puisque les événements de Syrie provoquaient d’une façon si puissante les points proposés par le Département d’état organisaient les reportages (2). Transformant systématiquement, comme la victoire tragique du mal, la victoire d’Assad sur une héroïque opposition imaginaire et (3) voyant le renforcement de la position de la Syrie comme la réémergence de la Russie comme superpuissance.  (ce qu’ils ne peuvent absolument pas accepter, au titre d’une sorte de conviction religieuse. Les USA de la doctrine officielle devant maintenir «  leur dominance sur un spectre entier » sur la monde et prohiber l’émergence de tout compétiteur possible, pour toujours.)

*****

La première Guerre froide était basée sur la peur de l’Occident capitaliste devant l’expansion socialiste. Elle était basée sur la compréhension que l’URSS avait battu les Nazis, avait une prestige extraordinaire dans le monde et représentait alors le centre du mouvement d’accès global au communisme dans le monde.  Elle était basée sur la crainte de voir plus de pays affirmer leur indépendance face à au capitalisme impérialiste, empêchant les investisseurs d’accèder le monde des affaires. Elle avait un contenu idéologique. Celle-ci n’en a pas. La Russie comme les USA sont engagés dans le capitalisme et l’idéologie néolibérale. Leurs conflits sont de mêmes natures que ceux des USA et de l’Allemagne au début du 20ième siècle. Le Kaiser était au moins aussi «  démocratique » que l’étaient les US, le système n’était pas le problème. Il s’gissait juste de s’affronter pour le pouvoir, et comme cela s’est produit, les uSA intervenant dans la Première guerre mondiale tardivement et après que tout le monde soit épuisé, n’eurent qu’à nettoyer la place. Lors de la deuxième guerre mondiale, en Europe, les USA avaient hésité à envahir le continent en dépit des appels répétés des Soviets à le faire, ils ont répondu à la chute de Berlin aux mains des forces armées rouges en déployant des témoignages de forces vers la ville afin de pouvoir en réclamer le crédit partagé.

Puis les choses se tendirent, après la guerre, établissant  leur hégémonie sur presque toute l’Europe – beaucoup, beaucoup plus d’Europe que celle devenue une zone pro-soviétique, qui s’est depuis la fin du Traité de Varsovie complètement évaporée. La Russie est une version tronquée, affaiblie de son ancien self. Elle ne menace les USA d’aucune des façons don’t les USA s’effrayent eux-mêmes. Elle ne s’étend pas sous forme d’alliance militaire, elle ne détruit pas le Moyen –Orient à travers des changements de régime justifiés auprès des Américains par une désinformation pure et simple. En septembre 2015, Putin a demandé aux US, aux Nations unies «  Réalisez-vous ce que vous avez fait ? »

Malheureusement, les habitants de ce pays ne sont pas éduqués par leurs écoles, par la presse ou même par leurs site web favoris, à réaliser ce qui s’est fait et à quel point c’est horrible, et comment tout est basé sur des mensonges. Les informations mensongères sont ce qui est à l’ordre du jour.

Le haut est le bas, le noir est le blanc, la Russie est l’agresseur, les USA sont la victime. Le nouveau président doit jouer avec son équipe et , au nom de dieu, comprendre que Poutine est l’Hitler de notre temps et si Trump veut s’entendre avec lui, il faudra qu’il devienne un joueur de l’équipe embrassant la plus basique de ces vérités  dans ce pays si particulièrement impérialiste : La Russie ( avec son patrimoine nucléaire, qui fait pendant à égalité avec celui des USA) est l’ennemi, dont chaque action se doit d’enflammer les sentiments anti-Russes,  comme le sentiment par défaut à l’égard de ce pays encerclé par l’OTAN, criblé de sanctions, non menaçant en place d’une relation raisonnable et prudente.

*****

L’affreux « correspondant national en chef » de CNN, John King ( ancien époux de Dana Bash,  l’également affreuse «  correspondante politique en chef » de CNN, vient juste de poser une question, avec un air d’agressivité irritée :  «  Qui Donald Trump respecte-t-il le plus ? Les services de renseignements US ou le type qui a commence Wikileaks ? »  (Assange)

IC’est une exigence pour le camp Trump d’acheter le jeu du blame sur les Russes, ou d’être accuse de diffamation comme proche du lanceur d’alerte motive piour exposer les crimes multiples de l’impérialisme US.

.Donc, la vraie question est : Est-ce que Trump joue le jeu et crédite les  « les services de renseignements »  qui génèrent des «  productions des services de renseignements » à la carte, ou est-ce qu’il repousse les poussées des bellicistes qui cherchent une épreuve de force avec la Russie de Poutine ? Est-ce que la seconde Guerre froide va tou »ner court gentiment ou culminer dans une conflagration que la « Destruction mutuelle assure » (MAD)  était supposée rendre impossible ?

La dernière solution serait plus que stupide. Mais les gens stupides – ou les gens sages exploitant cyniquement la stupidité des autres – modèlent l’opinion chaque jour et depuis la première Guerre froide se sont basés sur d’innombrables mensonges.

Gary Leupp est Professeur d’histoire à l’Université de Tufts et occupe un poste au Département des religions. Il est l’auteur de «  Servants, Shophands eand laborers in the town of Tokugawa au Japon, Male colors, The construction of homosexuality à Tokugawa, Japon, de Interratial intimacy in Japan, Westerne men and japanese women, 1543. 1900. Il est contributeur à “ Hopeless : Barack Obama etand the politics of illusion ( AK Press)s Professor of History at Tufts University, and holds a secondary appointment in the Department of Religion. He is the author of Servants, Shophands and Laborers in in the Cities of Tokugawa JapanMale Colors: The Construction of Homosexuality in Tokugawa Japan; and Interracial Intimacy in Japan: Western Men and Japanese Women, 1543-1900. He is a contributor to Hopeless: Barack Obama and the Politics of Illusion, (AK Press). 

Il peut être joint à gleupp@tufts.edu

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier

 

 

 

Plus d’articles de :GARY LEUPP

 

La pathologie de l’homme blanc. Au coeur de l’électorat de Trump et Sanders

 

La pathologie de l’homme blanc. Au coeur des fans clubs de Trump et de Sanders.

 

THE WHITE MAN PATHOLOGY: INSIDE THE FANDOM OF SANDERS AND TRUMP

Stephen Marche

 

Deuxième partie de ce voyage d’un Canadien au coeur des électorats de Donald Trump et Bernie Sanders. Une façon de regarder à travers sa vision à la fois intime et étrangère des phénomènes collectifs fonctionnant sur des logiques ou des absences de logique, différentes, des contradictions qui font partie intégrante du mythe de chaque nation, beaucoup plus palpables de l’extérieur que de l’intérieur, serré autour des habitus indéracinables et des histoires partagées par une communauté, ici blanche puisque ce travail ne cesse de pointer les disparités et les ambiguïtés des mots d’ordre et des textes de références et du peu d’évolution des pratiques ségrégationnistes sur le terrain de la vie quotidienne. Trump semble pour l’heure écarté de la joute finale et Sanders le sera vraisemblablement mais les questions de fond posées par un abord féerique et émotionnel de la vie politique, décrit ici tant dans l’électorat des Républicains que dans celui des Démocrates, cette étrange familiarité, qui fait qu’il suffit de dire ” Je vous aime” à la foule pour être considéré comme un homme ou une femme politique digne de ce nom, qui amène cette même foule à vous aimer avec passion en retour et à vous appeler par votre prénom en vous confiant votre avenir et celui de vos enfants sur la force de rumeurs et d’émotions, laisse perplexe les enfants des Lumières, que, qu’on le veuille ou non, nous sommes encore. Afin de rendre les références à des détails très spécifiques de musique ou de slogans non familiers, nous avons pris la liberté d’ajouter au texte initial quelques liens. EG

 

1280

Deuxième Partie

 

Le panorama de Fun City

 

Le lendemain matin, il était devenu clair que l’Iowa allait devenir le Buisson d’épine sur le chemin de Trump. Un scandale autour d’un tweet dévoyé a éclaté. Il a accusé un jeune interne mais les huit points de plus de Carson ont du être exaspérants. Trump possède la faiblesse de quiconque ne vit que par la force de ses résultats. Les résultats varient. Quand les résultats baissent, où êtes-vous ? Qui êtes-vous ? Trump est dans le business du succès. Un Trump perdant existe-t-il seulement ?

J’avais un jour entre Trump et Sanders et tout ce qui me restait à faire était de lire le PDF de Ta-Nehisi Coates Between the World and Me, ( Entre le monde et moi) que j’avais accepté  de consulter dans le cadre du Club du livre du mois. Après un autre «  hot mess » chez Jerry’ mainlunch, et une course pour en brûler les calories, j’ai passé la journée au Motel 8, lisant, pendant que de l’autre côté de la rue, l’usine Winegard, fabricant des antennes paraboliques 24 heures par jour, battait sourdement comme un cœur sans syncope. Savez-vous que vous pouvez acheter six packs de bière et une bouteille de bourbon pour un pu plus de 20 dollars en Iowa . Quel pays magnifique !

Le titre de entre le monde et moi vient d’un poème de Richard Wright appelé White Man, Listen! (Homme blanc, écoute ! ) et il n’y allait jamais y avoir plus blanc et plus mâle que moi, dans le Motel 8, sirotant du bourbon et des bières, avec mon Iphone, avec les éclairs des Jays and Royals  vacillant et le ronflement de la fabrication d’antennes paraboliques dans le fond.  L’urgence du livre, la vitalité de l’imagination historique en jeu ont levé comme des vagues se transformant en crêtes de colère se heurtant à leurs propres forces. C’était tout d’un bloc et ça prenait un sens féroce. Entre le monde et moi est un de ces livres qui possède l’inévitabilité puissante d’un phénomène naturel – comme si il revenait à l’éther qui nous entoure, une formation cristalline de l’outrage qui définit le moment. Le critiquer est inapproprié, c’est juste là. Pour moi, le passage essential d’entre le monde et moi, vient après que Coates soit passé à la télévision et ait expliqué à son hôte les conséquences désespérantes d’un autre assassinat de garçon noir par la police.

Je suis sorti du studio et j’ai marché un peu. C’était un jour calme de décembre. Des familles, se pensant blanches, étaient dans les rues. Des enfants, élevés pour être blancs étaient promenés dans des poussettes. Et je me sentais triste pour tous ces gens autant que j’étais tirste pour mon hôte et triste pour tous cela, regardant et se divertissant dans des espoirs spécieux. J’ai compris pourquoi j’étais triste. Quand un journaliste m’a questionné sur mon corps, c’était comme si elle m’avait demandé de la réveiller du plus beau des rêves. J’ai vu ce rêve ma vie durant. C’est la maison parfaite avec de jolies pelouses. C’est le barbecue du Memorial day, les associations de quartiers et les allées. Le rêve ce sont les cabanes dans les arbres et les Scouts. Scoutisme, le rêve sent la menthe et a goût de tarte aux fraises.

Dès lors, en lisant ce livre, je savais que les blancs allaient aimer ce livre. Ce dont les blancs ont faim – plus ce qu’ils exigent, ils l’exigent pour vivre. – est un alibi pour leur blancheur, une échappée de l’injustice de leurs existences. Il existe différents alibis suivant la quantité de stupidité que vous pouvez supporter. Vous pouvez dire, à vous-même et aux autres que les noirs sont stupides et paresseux, vous pouvez dire que vous ne regardez pas la couleur, vous pouvez traiter votre oncle de raciste de façon à ce que tout le monde sache que vous, vous ne l’êtes pas, vous pouvez partager la dernière critique sur la brutalité sur Twitter avec le mot CECI et mainentant vous pouvez dire à une amie qu’elle devrait vraiment lire «  Entre le monde et moi. » Parce que ce rêve de blancheur, ce rêve de cabanes dans les arbres et de Scouts qui ont le goût de la menthe et l’odeur de la tarte aux fraises, est un alibi parfait. Qui vit ce rêve ? Quelqu’un d’autre le vit peut-être mais moi pas, ni personne que je connaisse, personne parmi ceux que j’ai pu voir à Burlington. C’est un rêve qui appartient à quelqu’un d’autre. Toujours à quelqu’un d’autre. Il n’appartenait certainement pas aux ouvriers de chez Winegard qui se dirigeaient vers leurs voitures après leur poste. La blancheur de mon existence était un IPhone et les effluves du Bourbon et des bières, et le jeu de la nuit dernière et le picotement dans ma hanche. Le picotement, c’était mon corps – la réalité vers laquelle je ne veux pas regarder parce que j’ai trop peur de ma mortalité. Á mes yeux, la meilleure question jamais posée à propos des races aux USA a toujours été celle que James Baldwin a posée quant un interviewer a voulu savoir si il était optimiste ou pessimiste à propos de l’avenir de l’Amérique. : «  Ce que les blancs doivent essayer de découvrir dans leurs propres cœurs c’est pourquoi ils ont eu un  jour besoin de créer un nègre » a-t-il dit  « si vous l’avez inventé, vous les blancs, alors vous avez à découvrir pourquoi, et l’avenir de ce pays dépend de ça. »L’obsession des intellectuels autour de la question de la résistance passive ou active de Malcom X ou de Martin Luther King,  – devient alors discutable, la matière essentielle est pourquoi les blancs font-ils sauter des églises emplies d’enfants.

La blancheur est une distorsion spirituelle, de toute évidence. Par le fruit tu connaîtras l’arbre. Et sur la question de la pathologie blanche, quelle bonne réponse a produit l’Amérique depuis que Baldwin a posé la question en 1963 ? Et maintenant que la pathologie blanche est retournée à son absence d’hôte, sans examen et mystérieuse, un golem. Dans la soirée j’ai fini le livre et ne voulais plus penser aux corps blanc ou noir ou au cliquetis dans ma hanche.  Face à mon hôtel, le complexe de Fun City est composé d’une imitation de fête foraine, d’une piste de bowling, de deux ou trois bars, d’un magasin replica diner, et, coincé entre un hôtel et un spa ; du Casion Catfish Bend. La salle de poker est miteuse mais fonctionnelle. Une partie a commence à six heures. Je voulais jouer. Je voulais savoir comment on pouvait s’amuser dans un lieu appelé Fun City. Le plus jeune type à la table, avec sa casquette de base ball recourbée, cultivait des haricots et du maîs. Un homme avec une moustache coléreuse animait la conversation, un autre homme à la barbe de trois jours ajoutant de ci de là une remarque. Le reste des joueurs restait assis en silence, baignant calmement dans le jus de notre addiction, comme dans tous les casinos. Tout le monde à la table connaissait tout le monde, sauf moi et un soudeur noir arrivé dans la ville pour un travail de spécialiste. C’était la Happy Hour à Fun City et les bières étaient à un dollar. Tout le monde en a commandé des litres. Et j’ai senti combine j’avais de la chance d’être aux USA, en dépit de la politique, en dépit de tout. De la bière bon marché et des gens francs et un jeu conduit honnêtement dans une pièce propre. Même comparé au Canada, la prospérité inconsciente de l’endroit est étonnante.  La barbe de trois jours avait vu Trump le jour précédent et la moustache coléreuse lui a demandé son avis.

«  Je pense qu’il pourrait gagner » a dit la barbe de trois jours prudemment, comme si il s’agissait d’une critique, comme si c’était tout ce qu’on pouvait dire de lui, qu’il pouvait avoir une chance aux présidentielles, pour ce que ça valait.

«  Peu importe » a dit moustache coléreuse, «  Peu importe qui y va, Washington les ruine »

«  Il est possible que ce soit différent avec lui parce qu’il n’ $a pas besoin d’argent. »

Moustache coléreuse cita une statistique, que j’ai vérifié plus tard et qui s’est montrée être une connerie, que tous les membres du Congrès deviennent millionaires la première année de leur nomination. Tout le monde a acquiessé sur le fait que la e principal avantage de Trump était qu’il venait là pré-corrompu.

«  Ce n’est pas même l’argent » a dit Barbe de trois jours, « Ils arrivent là. Ils ont tous des idées et des plans mais ils ne peuvent rien faire. » Barbe de trois jours prenait presque en pitié les politiciens.

«  Le système est foutu «  a ajouté moustache coléreuse comme une evidence, de lma faon don’t vous faites part de n’importe quel fait historique, comme « L’Allemagne a perdu la Deuxième guerre mondiale” ou «  Frances Farmer a été une star un jour ». Les visions de la politique américaine à Fun City est un désespoir douillet. C’est un désespoir non seulement sur qui a le pouvoir mais sur qui que ce soit qui pourrait le prendre un jour. Ce n’est pas un désespoir uniquement sur le fait que le système est cassé mais sur le fait que tout système, imaginable dans l’actuelle itération des USA ne pourrait s’avérer que tout aussi cassé.  Le choix est un choix entre l’impotence et la coercition. La réponse n’est pas la révolution mais un haussement d’épaule. La casquette de base ball recourbée, le gars qui faisait pousser des haricots et du maïs et qui avait des traces de terre sous les cuticules de ses ongles, a demandé quelque chose à propos d’une ancienne salle de jeu qui était en ville, et les souvenirs des jours où Burlington était pleine de monde- les bâtiments qui avaient été fermés, les femmes qui étaient belles avant et qui étaient maintenant Á la fin, le joueur noir, qui n’avait presque rien dit sauf ses annonces, ses mises s’en alla. «  Avez-vous vu les doigts de ce type ? «  a demandé moustache coléreuse lorsqu’il a eu disparu. Il fit un geste de quelques centimètres au-dessus de son index. Nous sommes tous, c’était clair dans une pièce entre hommes blancs. «  Vous savez ce qu’on dit. Mon frère travaille à la prison et il dit que c’est vrai. Je suppose que c’est pour ça qu’ils disent «  once you go black »

Tout le monde a acquiescé, ou sourit ou s’est tu, baissant les yeux vers les cartes. Maintenant que nous avions montré à quel point nous étions blancs, la pièce était plus amicale. Nous savions que personne ne dirait mot sur les tares des autres. Et si la réponse à la question de Baldwin était aussi banale qu’elle apparaît à Fun City ? Et si les blancs avaient créé le nègre pour se sentir un peu moins seuls ? Et je n’ai rein dit. Je n’ai pas offert de résistance, bien que la ligne entre l’homme de Fun City et le flic tirant en plein la figure d’un enfant noir soit difficile à tracer. Ceci était mon alibi ce soir-là : Je suis canadien. Ce qui signifie que je suis un espion venu de nulle part. Ou peut-être un lâche ou quelque chose entre les deux. C’est un alibi plutôt élimé, n’importe comment. Mais quel alibi ne l’est pas ?. La conversation a glissé à nouveau sur Trump. Elle était plus polie.

«  Je peux imaginer Trump » a dit moustache coléreuse. «  Il n’est pas le pire que j’ai vu ».  « Je commence à aimer ce docteur »   a ajouté barbe de trois jours en se reprenant. Ce docteur, Ben Carson, propose une baisse des impôts de 10% qui mettrait le budget du gouvernement, au bas mot dans un déficit de 3 milliards de dollars. Il croit que Joseph a construit les pyramides pour stocker du grain, que Hitler n’aurait jamais pris le pouvoir si le peuple d’Allemagne avait été armé, qu’Obamacare est pire que l’esclavage, et que les Américains vivent à l’âge de la Gestapo.

J’aimerais que Coates ait un projet un peu fou, une fantaisie utopique pour les communards de Georgia ou le retour vers une terre mère ou une autre mais il veut juste la fin de la suprématie blanche. Il demande juste que les blancs d’Amérique deviennent adultes, qu’ils abandonnent leur sens inhumain de supériorité idiote. Je ne peux pas imaginer pourquoi ils le feraient. C’est amusant de boire et de jouer aux cartes et d’imaginer ce que Trump dirait au Président mexicain le lendemain de son élection, ou que Ben Carson baisse les impôts de 10 ou 12%. L’alibi ultime est l’ignorance. – c’est lui le plus proche de l’innocence- mais si vous ne pouvez pas vous débrouiller avec l’ignorance, la démence peut parfaitement la remplacer. Je veux dire, rien de tout ça ne va se passer n’importe comment, non ? N’importe qui qui soit élu, ça va être une impasse sans issue et un outrage de toute façon, non ? Est-ce que j’ai mentionné que la bière coûte un dollar, un seul dollar solitaire.

‘Ellen Degeneres, eat your heart out!’ ( prends garde à toi, tiens toi le pour dit verdirait de jalousie ?”

Le rallye de Bernie Sanders à Davenport était exactement l’opposé du rallye de Donald Trump à Burlington et pourtant précisément le même au détail prêt. «  Rendre l’Amérique à sa puissance/  Make America Great Again était remplacé par “ Relever le défi / Feel the bern. Des démarcheurs vendaient des badges, 3 pour 10 dollars. Il y était marqué : Bernie est mon animal fétiche / Bernie Sanders is my spirit animal,  Les chats avec Bernie et Je supportais Bernie Sanders avant que ce soit cool.  Davenport, au moins près du Adler Theater est le même que le Brooklyn-outside-Brooklyn qui a conquis tous les coins du monde qui ne sont pas des rues commerçantes.  Les tatoueurs de Davenport ne meurent pas de faim. Les hipsters nourris au maïs qui assistent au rallye de Sanders semblent avoir participé à une fête dans laquelle quelqu’un a joué du bongo. Ils ont même peut-être assisté à une lecture publique.

4147

 Bernie Sanders à un meeting dans la salle des fêtes de Ottumwa, Iowa. Photograph: Charlie Neibergall/AP

Il y avait quelques toxicos également comme chez Trump, sauf que dans ce cas c’étaient des femmes dans leur vingtaine avec des lunettes et criant  « Feel the Bern », et « Nous allons construire une révolution. » Quelqu’un avec une caméra de NBC a demandé à un groupe qui avaient amené leurs enfants précoces parce qu’ils voulaient qu’ils s’engagent dans le processus politique «  Puis-je vous avoir là comme si vous étiez excités à propos de Bernie ? »  Ils ont posé prudemment leurs verres au sol, hors de vue pour lui rendre service. ? Le même spectre d’hommes blancs en colère hante les rallyes de Sanders, le même sens d’une attente pour un pays qui est, un pays qui a été, éliminé. La foule de Bernie a amené des babioles faites maison plutôt que manufacturées, parce que j’imagine qu’elles sont bios. Ils les agitent de la même façon. Ils assistent à un spectacle. Ils veulent être une bonne audience.  La différence fondamentale entre la foule de Trump et celle de Sanders est que celle de Sanders a plus d’argent, la conséquence naturelle de la machine à contradiction américaine : les riches peuvent s’offrir de penser au socialisme, les pauvres peuvent uniquement s’offrir leur colère.   La première partie de Sanders a été un député plein d’espoir, Gary Kroeger. Il n’a pas participé à The Apprentice mais à Saturday Night Live, un comédien de deuxième classe facile à oublier de la grande période entre 1982 et 1985. Il a commencé évidemment avec un gag foireux « Le patchouli frais que l’on sent dans l’air est si beau ! » Le traducteur en langue des signes a offert un sourire timide pour signifier que c’était une plaisanterie. Puis après une brève incursion dans les gaucheries, appelant  l’Amérique «  une social-démocratie  aussi connue en tant que république » Kroeger a pris un grand selfie avec la foule derrière lui : «  Ellen Degeneres, tiens-toi bien ! » a-t-il crié. Tous les téléphones se sont levés pour se prendre en photo dans une image imitant celle des Oscars : quel socialisme pour l’année 2015 ! ». Puis vinrent quelques orchestres en ordre dispersé, jouant un assortiment de chansons issues de divers mouvements historiques de gauche. Ils ont joué ensemble sur The Auld Triangle, une ballade de prison tirée de Inside Llewelyn Davis (Coen Brothers). Le chanteur de Alice in Chains (vous vous souvenez ?) a proposé une version électrique de I won’t back now. Une vieille chanson de The Clash Jail Guitar Doors a été chantée par le sujet du premier couplet, Wayne Kramer. Et tout cela, si évidant, un acte nostalgique, de l’indulgence pour le regret d’un temps ou la musique encourageait la politique, où l’activisme possédait un visage artistique, et vice et versa.

Puis Sanders a fini par arriver. Les téléphones se sont levés. « Assez est assez » a-t-il crié, laissant en blanc ce dont il avait assez. Puis il a parlé de la façon dont il voulait terminer la guerre anti-drogue, mener une campagne pour la réforme financière et un gouvernement qui ne soit pas composé de ploutocrates et comment ils allaient construire une révolution (un mot tellement embarrassant quand il est prononcé à voix haute) et comment l’Amérique allait devenir une social-démocratie par le peuple et pour le peuple.

L’exaspération de Sanders est le fait premier à communiquer, plus que tout contenu politique. Trump était centré sur le fait de gagner à nouveau, Sanders sur le fait d’avoir perdu. Le flou de la politique américaine est ce qui étonne les étrangers. C’est tout à propos de sentiments, de dieu et de conneries. Sanders a prononcé cette phrase : «  Ce que je veux dire c’est que quand des millions de personnes se groupent pour restaurer un gouvernement, des choses extraordinaires peuvent être accomplies. » Et personne ne lui a demandé ce qu’il voulait dire.  Personne ne lui a demandé des chiffres. Ils ont applaudi. Mieux valait le prendre dans l’esprit dans lequel ça avait été donné.  Une comédie de centre de vacances dans les Catskills.

Sanders m’a rappelé une ligne de Seinfeld, peut-être à cause de la parodie de Larry David sur SNL que j’avais vue il y avait seulement quelques jours. «  La mer ce jour-là mes amis était aussi démontée qu’un vieil home essayant d’échanger sa soupe dans un deli. »  Quand Ben et Jerry feront une glace Bernie Sanders, j’espère que le parfum sera gingembre et piment : le goût  délicieux  qui nettoie les outrages en passant par les narines. Le discours de Sanders a été beaucoup plus court que celui de Trump. Il y avait déjà eu la musique je suppose. J’ai eu l’impression comme avec Trump que j’avais parcouru des centaines et des centaines de kilomètres pour regarder la coiffure d’un homme. Les chevaux de Sanders sont tout autant un fait que ceux de Trump. Ils ressemblent à ceux d’un professeur titulaire  que sa femme a cessé de harceler pour qu’il aille chez le coiffeur parce que le harcèlement ne marche pas. Vous ne pourriez pas froisser la coiffure de Sanders. Le désordre est tout autant un choix esthétique que la mèche rabattue. Je veux dire qu’il ne change jamais d’aspect. Quelqu’un le coupe, de façon à ce qu’il tombe de cette façon-là, au-dessus des oreilles.

La vue de Tampico

Comme le désespoir a brusquement envahi le people blanc d’Amérique comme un brouillard, comme les blancs meurent en nombre inégalé les commentateurs sont surprise, un peu, de ne pas avoir de plans d’action. Pas de propositions de mesures tendant à améliorer le sort des blancs.

Comment le pourraient-ils ? Si vous suivez le rapport de Case and Deation, les blancs sont victimes de leurs propres privilèges. – littéralement -. Leur précieux droit de posséder des armes à feu et l’augmentation gigantesque de détention d’armes signifient que leurs tentatives de suicide sont plus fréquentes. Ils ont plus d’accès aux opiacés parce que les médecins sont plus susceptibles de faire confiance à des blancs pour leur usage. Ils ont assez d’argent pour se rendre solitaires et ivres. Je me souviens avoir lu un passage de Bell Hooks un  jour, le genre de ceux qui circulent sur Face Book parce qu’il semble légèrement inhabituel dans son questionnement prédictible, «  Le premier acte de violence que la patriarchie exige du mâle, écrit-elle, n’est pas la violence à l’égard des femmes. La patriarchie exige de tout homme qu’il s’engage dans une automutilation, qu’il tue la partie émotionnelle en lui-même. » Sa compassion est admirable, même glorieuse mais aussi inappropriée. Personne n’est plus émotionnel qu’un homme blanc minable. Ils sont la sentimentalité personnifiée. Sion, comment tant d’entre eux pourraient-ils être ému jusqu’à devenir enragé par l’absence d’un sapin de Noël sur des tasses Starbucks ?  Ce rêve, ce rêve blanc, ce rêve blanc qui sent la menthe et a le goût de tarte à la fraise, vient avec son pesant de merde. Si vous acceptez la merde, mangez la merde, si vous vivez dans la merde, survivez à des guerres stupides et à des boulots insignifiants, vous pouvez être sûr de celui que vous êtes et de ce que vous méritez. Mais si vous n’en êtes pas sûr et n’avez pas reçu ce que vous méritez, pourquoi avez vous accepté, mangé et respiré toute cette merde ?

4257

Du maïs non moissonné près du promontoire du Conseil Iowa. Photographie: Nati Harnik/AP

Dans l’après-coup de ce marché, le choix, je suppose, est ou bien d’être fier d’être blanc, ce qui est une forme de folie, ou de fantasmer une cosmopolis post-raciale, ce qui est une forme de chimère, ou d’avoir honte. Il est tellement plus facile d’oublier ces choix ou de les différer éternellement, ou de débattre des difficultés du choix infiniment, parce que la chair blanche n’est pas sous une menace mortelle comme celle des noirs ou des femmes. Nos corps sont saufs. Ce sont eux la menace.

Dans les monarchies médiévales, l’état demandait l’existence d’un corps double, un pour le monde réel et un pour le monde symbolique. Il y avait le corps imparfait et mortel du roi qui sanglotait, baisait et mourait et puis il ya avait le Corps du Roi, sacré, pur, indestructible.  La race nous donne à tous un corps double «  une double conscience » , dans la phrase de Du Bois, quelle que soit la façon dont vous appelez le fait de vivre mortellement à travers le jugement des autres. La nouvelle distortion blanche, la maladie enfoncée dans le cœur, la pathologie, est peut être simplement être l’arrivée de la conscience de ces deux corps : le vertige et la nausée qui se produisent quand on voit double. Parce qu’ils doivent être comme tout le monde, leur cœur se brise en deux.

Le matin suivant le rallye de Sanders, j’ai trouvé assez de force pour regarder dans le miroir à mon corps blanc et male, pour examiner sa nature mortelle et symbolique. À l’angle de mon aine, là où ça chatouillait, se trouvait une tache brune, comme du lait tourné. Une large tache brune ayant la forme de la Floride après le changement climatique à l’angle de mes hanches. Aussitôt j’ai su que j’allais mourir. Et juste après je suis reparti vers Toronto, vers ma femme et mes enfants, la chair de ma chair.

Bernie Sanders veut une révolution pour détrôner le capitalisme de casino mais le problème, ou peut-être juste le premier problème, est que les Américains aiment les casinos. Ils ne peuvent pas s’empêcher d’en construire. Sur la route à la sortie de l’Iowa, j’en ai croisé des dizaines, des dizaines de Fun Cities de différentes formes et tailles où se déroulent diverses conversations sur Trump et Sanders.  Les autoroutes de l’Illinois son tune vision unique des désirs humains au travail. Un marché presque illimité pour les addictions et leur traitement. Des clubs de striptease, des points de vente de poulet rôti, ou de jeux ou des centres de réhabilitation ou des églises ou des centres anticancéreux. L’ I94 parle exactement au corps sans blessure, avec des promesses de sucre artificiel, de chattes et de salut pour eux.  Il y avait une autre attraction sur la route du retour : la ville de naissance de Ronald Reagan, Tampico. La beauté du paysage autour de ces villes, pour d’obscures raisons, n’a jamais été correctement décrite. Il n’y a pas de bus de touristes vers ces régions comme il y en a vers la mer ou a montagne mais le paysage y est certainement aussi sublime. L’enfance de Reagan s’est déroulée dans le bas-ventre du continent, la grande jointure entre le centre industriel des Grands lacs et le cœur agricole. La mémoire historique de ses monuments présidentiels a été consumée par les fantasmes d’une vie de petite ville mais c’est un paysage d’immeubles blanc délavé contre le vide ondoyant, un pays bouillonnant de rêves. On put imaginer Reagan en jeune garçon dans ces champs, rêvant de cinéma et d’Amérique – de vastes écrans sur lesquels il pouvait se projeter. L’autoroute les traverse comme une rivière d’attentes dans un ancien rêve. Les anciens rêves sont encore si vivant ici. Aux USA les écrits vieux de 240 ans peuvent être récités par cœur par des individus qu’on ne peut pas décrire comme étant éduqués. Des documents écrits par des hommes qui possédaient des esclaves sont évoqués comme si ils pouvaient résoudre les problèmes aujourd’hui et demain et dans tout avenir concevable, peu importe son éloignement. Thomas Jefferson croyait que la Constitution devrait expirer au bout de 19 ans, de façon à ce que les morts n’exercent pas de domination sur les vivants. Ce destin semble se concrétiser. Les Américains sont dans un débat constant avec des fantômes et leurs conversations avec les morts sont plus puissantes, plus féroces exactement là où elles sont le plus absurdes. Ils affirment d’un ton de défi que tous les hommes sont nés égaux quand n’importe qui peu constater qu’ils ne le sont pas.  Ils proclament que les hommes et les femmes devraient être jugés par le contenu de leur caractère quand personne ne peut savoir quel est le contenu du caractère de qui que ce soit. Ces rêves, ces impossibilités sont les fondements absolus et réels de leur nation. Et ces rêves sont si enchanteurs qu’il est impossible de savoir si le problème est que les Américains les croient ou qu’ils ne les croient pas. D’une façon ou d’une autre, c’est totalement enfantin.

De retour à Toronto, ma femme a jeté un oeil sur la tache brune à l’aine et m’a envoyé chez le docteur et il m’a dit que c’était  une eruption due à l’excès de course et il m’a été donné le plus beau cadeau qu’on puisse espérer, à ce moment et dans ce lieu. J’ai été pardonné, pour un instant, pour mon corps.

 

 

Traduction Elisabeth Guerrier